Meeting du Haut Conseil Islamique : « Ce pays n’est pas à vendre»

0
1

C’est en présence du Chérif de Niono, M. Boué Haïdara que s’est tenue, samedi 14 Janvier dernier au Stade du 26 Mars ? Un grand meeting, deuxième du genre, initié par le haut conseil islamique à l’intention de tous les fidèles du pays. Il s’agissait de donner une large information sur les modifications intervenues dans le nouveau code de la famille et des personnes adopté le 02 décembre dernier par l’Assemblée Nationale.
 
«Nous avons gagné, mais il reste encore des défis à relever comme celui des élections générales de 2012 ».  Le Haut conseil Islamique a-t-il laissé entendre, ne restera indifférent face aux élections à venir. Il examinera le programme de société de tous les candidats avant de se prononcer pour un prétendant.


Mahmoud Dicko  s’est adressé à la communauté musulmane, voire à la nation entière dans un stade archicomble. Il a prié  pour la paix règne et appelé à la cohésion et l’unité nationales, à la lutte contre chômage, pour la sécurité, l’éducation, bref, pour la bonne gouvernance.


Le président du HCIM  a interpellé les autorités politiques à privilégier  l’intérêt général du peuple de manière que les élections générales de 2012 se déroulent dans la paix et dans la transparence, surtout, la transparence, a-t-il insisté ! Autrement, poursuit-il, «le peuple est désormais debout ! Ça suffit, ce pays n’est pas à vendre, et cette terre ne sera jamais mise aux enchères, car personne ne pourra l’acheter…»


M. Dicko a profité de la tribune pour remercier le président de la république pour avoir tenu sa promesse en renvoyant le code pour une seconde lecture, en écoutant surtout son peuple… Ce qui, aux yeux de l’orateur, est bon signe.


Pour conclure, le chérif de Niono, M Boué Haïdara, a procédé à la lecture de quelques sourates du Sain Coran. Pour sa part, M. Ousmane chérif Madane Haïdara, 2ème vice-président du HCIM, a remercié les fidèles pour avoir effectué le déplacement.
Ce meeting, deuxième du genre, atteste que la Umah malienne se porte bien. En 2009, un rassemblement similaire a fait trembler la République toujours à propos du code adopté par l’Assemblée Nationale.  Certains points ont été rejetés par le Haut Conseil Islamique. Il s’agissait entre autres, de ceux ayant trait au respect mutuel entre épouse et mari et non du devoir d’obéissance ; du droit d’adoption, de la gestion de l’héritage, de l’âge du mariage  de la jeune fille… D’autres points ont fait évoqués. Il s’agit de l’excision qui ne sera plus abolie.
Rappelons que c’est suite au tollé soulevé par la communauté musulmane et autres gardiens du temple que le président de la République a procédé à une nouvelle lecture et renvoyé le document à l’Assemblée nationale où la  seconde mouture sera adoptée après consensus. 
Djibi

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.