Message du Secrétaire d’Etat Américain à l’Occasion de la Célébration de la Journée Internationale de la Femme

0
John_Kerry
John_Kerry

Les femmes, essentielles à la paix et à la sécurité

A l’occasion de la Journée internationale de la femme, nous renouvelons notre détermination non seulement à faire en sorte que le monde soit plus paisible et prospère – mais aussi à reconnaître qu’un monde où il y a davantage de possibilités pour les femmes, est un monde où les possibilités de paix, la prospérité et la stabilité se développent encore plus.  Nous reconnaissons le rôle spécial que jouent les femmes dans la réalisation de ce monde meilleur. En tant que secrétaire d’État, j’ai le privilège d’identifier des femmes leaders du monde qui servent d’exemples pour nous tous.

 

 

Le prix International des Femmes de Courage du Secrétaire d’Etat Américain honore annuellement des femmes dans le monde entier qui ont démontré un courage exceptionnel et un leadership dans la défense de la paix, de la justice sociale, des droits humains, de l’égalité entre les sexes et de la promotion de la femme, souvent au prix de grands risques personnels.  C’est un grand plaisir pour moi de féliciter Madame Touré, une des récipiendaires du Prix International des Femmes de Courage 2014 du Secrétaire d’Etat Américain au titre à Washington le 4 mars. Depuis la création de ce prix en 2007, le Département d’Etat a honoré 76 femmes en provenance de 49 pays différents.

 

mme_fatima_award
Madame Touré, une des récipiendaires du Prix International des Femmes de Courage 2014

 

 

Rejoint par neuf autres femmes extraordinaires, sous l’égide de  la Première Dame Michelle Obama, Madame Touré est honorée pour avoir risqué sa propre vie en défendant publiquement les droits des femmes et des enfants, tout en dénonçant les abus des droits humains pendant l’occupation du nord du Mali en 2012 par les extrémistes. Pendant la crise politico-sécuritaire du Mali, elle a continué à dénoncer publiquement les violations des droits de l’homme malgré qu’elle ait été menacée par les extrémistes. Pendant l’occupation, elle a joué un rôle essentiel en faisant en sorte que les malades de l’hôpital de Gao transférés à Mopti reçoivent des soins médicaux et en s’assurant que les abus qu’ils ont subi ne tombent pas dans l’oubli.  Et le travail continue.  En tant qu’actuelle présidente du Forum Régional sur la Réconciliation et la Paix de Gao, elle mène des activités de plaidoyer pour la justice et les droits des femmes.

 

 

 

 

Je le constate tous les jours en ma qualité de secrétaire d’État que les femmes nous donnent l’espoir la résolution de conflits.  Alors même que le régime d’Assad continue de larguer des barils d’explosifs sur Alep, montrant au monde les vraies couleurs d’un régime brutal, par chaque acte de courage et de persévérance, les Syriennes elles aussi montrent au monde leurs vraies couleurs. Nous avons entendu quelques-unes de ces femmes remarquables prendre la parole à Montreux pas plus tard que le mois dernier.

 

 
Leurs récits révèlent la bravoure d’innombrables autres Syriennes. Une femme d’Idlib a travaillé avec l’Armée syrienne libre pour faire en sorte que les habitants de son village puissent rester dans leurs foyers et continuer à cultiver leurs terres. Une autre, d’Alep, s’est débrouillée pour faire lever les restrictions sur l’accès des humanitaires en offrant de la nourriture aux soldats du régime aux postes de contrôle. Si cela ne symbolise pas le courage au combat, je ne sais pas quel exemple le ferait.

 

 

Les Femmes sont indispensables à la réalisation de nos objectifs communs de prospérité, de stabilité et de paix. C’est tout aussi vrai qu’il s’agisse de mettre fin à nos batailles ou de relancer l’économie. Le fait est que ce sont les femmes qui portent le plus lourd fardeau en temps de guerre. Mais leur voix ne se fait entendre que trop rarement dans la négociation de la paix.

 

Il faut que cela change.
 

 

Les pays qui valorisent les femmes et leur donnent les moyens de participer pleinement à la prise de décisions sont plus stables, plus prospères et plus sûrs. L’inverse est également vrai. Quand les femmes sont exclues des négociations, la paix qui s’ensuit est plus ténue. La confiance est érodée, les droits de l’homme et la reddition de comptes souvent ignorées.

 

Dans trop de pays, les traités sont rédigés par des combattants pour des combattants. Rien d’étonnant, dès lors, que plus de la moitié des accords de paix tombent à l’eau au cours des dix premières années suivant leur signature. L’inclusion des femmes dans le maintien de la paix et la prévention des conflits peut inverser cette tendance.

 

 

 

Comment faut-il donc procéder ?

Des éléments recueillis à travers le monde montrent que les conflits mortels sont plus susceptibles d’être évités, et la paix mieux forgée et protégée, quand des femmes sont incluses sur un pied d’égalité.

 

 

Voilà pourquoi nous nous employons à soutenir les femmes dans les zones de conflit et post-conflictuelles dans le monde.

 

 

 

En Afghanistan, nous plaidons pour l’inclusion et l’élection de femmes à tous les niveaux de gouvernance. Aujourd’hui, les Afghanes vont de l’avant d’une manière qui aurait été inimaginable il y a dix ans seulement. Elles montent des entreprises. Elles siègent au parlement. Elles enseignent et elles travaillent comme médecins et comme infirmières. Elles constituent le fondement sur lequel se construit l’avenir de l’Afghanistan.

 

 

 

Tandis que les Birmans cherchent à résoudre le conflit qui sévit dans leur pays depuis des dizaines d’années, les États-Unis soutiennent la participation significative des femmes au processus de paix et aux initiatives intercommunales en faveur de la paix.

 

Nous savons que la sécurité des femmes est essentielle à leur participation à l’établissement de la paix. C’est pourquoi nous veillons à ce que les femmes aient un accès égal à l’aide et aux secours humanitaires, où que nous soyons.

 

 

 

De surcroît, les États-Unis montrent l’exemple. Ma sœur travaille aux Nations unies depuis de nombreuses années, suivant les traces de notre père au département d’État bien des années avant moi. C’est une pionnière. Mais elle n’est pas seule. Ce n’est pas une coïncidence que certains de nos plus hauts diplomates et négociateurs pour la paix soient des femmes : de Susan Rice, la conseillère chargée de la sécurité nationale, à Samantha Power, la représentante permanente des États-Unis à l’ONU, à Heather Higginbottom, secrétaire d’État adjointe, à Wendy Sherman, sous-secrétaire d’État chargée des affaires politiques. Aujourd’hui, à une exception près, tous les secrétaires d’État régionaux adjoints sont des femmes.  Et bien sûr, vous savez qu’au Mali, nous avons l’Ambassadeur Mary Beth Leonard, qui a accompagné le retour du Mali à la démocratie et les efforts continus afin d’améliorer votre sécurité et promouvoir votre développement

 

 

Nous célébrons leurs accomplissements, non seulement parce qu’elles sont des femmes, mais parce que leur travail dans le monde entier renforcera la sécurité de tout le monde – hommes et femmes, garçons et filles.

 

La paix n’est pas l’absence de conflit. C’est la présence de chaque membre de la société dans une action commune visant à promouvoir la stabilité et la prospérité.

 

 

Aucun pays ne peut réussir tant que tous ses citoyens n’ont pas les moyens de contribuer à son avenir. Et aucune paix ne peut s’inscrire dans la durée si les femmes n’ont pas les moyens de jouer un rôle central. Aujourd’hui, nous prenons actes des kilomètres parcourus par les femmes à travers le monde – mais, ce qui est plus important encore, nous nous engageons envers ceux qui restent à parcourir.

 

 

Par John Kerry

PARTAGER