Mission de Guina Dogon au Nord : Les occupants sont dans une dynamique du dialogue

0

L’association Guina Dogon a animé une conférence de presse, le samedi 15 septembre, à la Maison de la presse. Objectif: entretenir les hommes de médias sur le déroulement de la mission que des membres de l’association ont effectuée, du 4 au 13 septembre, dans les régions occupées du nord de notre pays. Il s’agit de Madani Tolo, Ali Teme, Alassane Guindo et Modibo Kadjoké

un village dogon

Le principal conférencier, Mamadou Togo a tout d’abord défini l’objectif de l’association Guina Dogon comme étant culturel, pour la paix et le développement. Avant soutenir que, quand il y a un conflit, il n’y a point de développement.

En ce qui concerne la mission de l’association, Mamadou Togo a expliqué que celle-ci avait pour objectifs de manifester la solidarité et l’amitié de Guina Dogon à ses cousins du Nord. Il s’agit des Bellas, des Sonrhaïs, des Peuhls, des Touaregs et des Tamasheqs. Cela leur a aussi permis de poser la question de savoir dans quelle situation se trouvent les populations et d’avoir des entretiens avec les occupants pour voir leur point de vue sur la crise et écouter leurs doléances.

Il a, ensuite, entretenu les journalistes du déroulement du voyage, étape par étape, en commençant par Douenza, où les éléments du MUJAO les ont escortés jusqu’à Hombori. Et, toujours selon ses affirmations, à partir d’Hombori, la mission a continué  le voyage jusqu’à Gao sans problème. Tour à tour, les membres de la mission se sont ensuite entretenus avec les responsables du Mujao, les Oulémas, les populations et le Cadre de concertation qui gère la ville. Enfin, ils ont visité l’hôpital et discuté avec le personnel médical resté sur place.

Puis la mission s’est rendue à Kidal, où elle a rencontré le député Ag Bibi, puisque Iyad Ag Aghali se trouvait à Anefis. Après avoir discuté avec le député, la mission a été conduite à Anefis où elle a rencontré Iyad Ag Aghali.

Enfin, la mission s’est repliée sur Gao puis Douenza, avant de continuer sur Tombouctou, dernière étape du voyage. La mission, selon les affirmations de Mamadou Togo, s’y est entretenue avec les occupants, avant de visiter l’hôpital.

Dans sa contribution, le ministre Modibo Kadjoke a déclaré que Guina Dogon n’est pas allée les mains vides au nord. Aussi, la mission a-t-elle fait de petits gestes symboliques un peu partout où elle est allée. Il s’agit de fournitures scolaires et de dons aux hôpitaux.

Réagissant aux questions des journalistes, Mamadou Togo a expliqué que Iyad Ag Aghali avait confié à la mission qu’il n’était pas pour la partition du Mali, mais qu’il voulait que la loi musulmane soit appliquée à tous les musulmans du Mali. La mission, a-t-il déclaré, est porteuse d’un message, mais ce message ne peut être divulgué avant d’avoir été transmis aux hautes autorités.

Concernant l’analyse de la mission, il dira «nous sommes dans une situation très ambiguë, mais, grâce à Dieu, nous trouverons une solution». Avant d’ajouter que les occupants sont dans une dynamique de dialogue.

Concernant les services publics qui fonctionnent, Mamadou Togo a cité la santé, l’électricité et l’eau.  La vie, selon lui, est peu chère, mais les gens sont pauvres. Ils attendent impatiemment le retour de l’administration. Autre remarque, les cours de rattrapage ont déjà commencé et les programmes sont nationaux. Seulement, il y a un besoin cruel en ressources humaines. Conséquence, les ONGs sont à la recherche de travailleurs.

Pierre Fo’o Medjo  

PARTAGER