Mme Ramata Coulibaly, Présidente de l’Association des Maliens pour la paix : Monsieur Hollande merci du fond du cœur

1 réaction [-] Texte [+] Email Imprimer

Reçus à l’Elysée en fin de la semaine dernière pour remercier le chef de l’état français et l’ensemble du peuple français pour le geste inestimable, combien fraternel à l’endroit de notre pays. Les maliens de France ne pouvaient pas ne pas demander cette audience pour dire merci à François Hollande, merci pour ce qu’il a fait ce jeudi et tout ce qu’il compte faire dans les heures, jours et semaines à venir pour le Mali.
Sans la promptitude du chef de l’état français, les rebelles dans les heures qui suivraient leur chevauchée victorieuse de Konna, auraient sans coup férir prit Sevaré – Hambodedjo et dans la foulée Mopti, dernier verrou essentiel. Sans l’intervention décisive du président français et son armée, le Mali millénaire aurait sans doute changé de visage, de statut. C’est pour tout ça, que la présidente de l’Association, au nom de tous les maliens résidant en France a fait parler son cœur. Malienne et fille ressortissante de Gao, Ramata Coulibaly très émue retenant difficilement ses larmes a encouragé le président français à avancer dans son bienfait.
En marge des frappes aériennes, les centaines de soldats français présents sur le sol malien,  à Bamako, la capitale, sont une aubaine. La sécurisation des institutions de la république du Mali et la protection des intérêts français sur le sol malien.
Sory de Motti

 
SOURCE:  du   15 jan 2013.    

Une Réaction à » Mme Ramata Coulibaly, Présidente de l’Association des Maliens pour la paix : Monsieur Hollande merci du fond du cœur

  1. alsace

    Je suis malien, j’ai sillonné beaucoup de pays européens y compis la France dans laquelle je compte beaucoup d’amis. J’ai décidé de mourrir malien et en terre malienne. Depuis que j’ai commencé à distinguer ma main droite de celle de la gauche, la France n’a jamais aussi promptement aider le Mali. C’est dans des épreuves pareils qu’un Peuple peut distinguer son amis de son énnemis. Le discours de Hollande était si juste que j’ai compris qu’il a été fidèlement renseigné par ses services de renseignements. J’étais à Sévaré quand les hostilités se déclenchaient à Konna. Si la France n’avait pas agit aussi tôt, même 24 heures de retard serait fatal au Mali. Aujourd’hui, nous ne devons pas avoir honte de demander l’aide des pays amis. Cet orgueil ne nous serre pas. Toutes les Nations ont eut besoin de l’aide à un moment donné de leur histoire. Aujourd’hui, nous en avons besoin, je n’ai pas honte de la demander. Je la demande pour nos soeurs et mamans.