Neuf mois après l’incendie du marché rose de Bamako : Une plainte de la mairie du district plane sur les sinistrés pour loyers impayés

2
Le rapporteur de la commision de suivi de l'incendie du marché rose Madassa Soukouna
Le rapporteur de la commision de suivi de l’incendie du marché rose Madassa Soukouna

En dépit de l’incendie du marché rose, les occupants de ce souk (marché en arabe) ne sont pas au bout de leur peine. Et pour cause, la mairie du district de Bamako projette  de porter plainte contre certains commerçants pour non payement de loyer.

L’information a été donnée mercredi 3 décembre par le rapporteur de la commission de suivi de l’incendie du marché Rose, Madassa  Soukouna

D’entrée de jeu, celui-ci s’est dit surpris par l’attitude de la mairie du district de Bamako qui s’est montrée indifférente depuis ce sinistre. “ Aussitôt après l’incendie,   nous avons pris contact avec la mairie pour voir comment elle pourra nous aider pour qu’on puisse reprendre nos activités. L’hôtel de ville nous a répondu qu’elle n’est pas une assurance. En plus de cela, elle nous a fait savoir qu’elle n’a pas les moyens pour dégager les gravas ” a précisé l’intéressé.

A l’en croire malgré que le marché soit toujours fermé, ils ont pu convaincre le ministre du commerce pour s’installer cette fois -ci  aux alentours, mais  tout en dégageant des voies pour les équipes de la protection civile afin de faciliter leur intervention en cas de problème.

Tous ceux qui se sont réinstallés   ont pris des prêts pour reprendre leurs activités et on construit leur boutique sur fons propre. Cependant,  la mairie nous rend la vie difficile en envoyant ses agents pour réclamer les frais de loyer. En guise de réponse nous leur avions envoyé des correspondances   pour  demander de nous exempter des frais de location pour le reste de l’année 2014, cela  compte tenu de la période de difficulté que nous traversons. Nous n’avons pas eu de réponse  et les tracasseries continuent. C’est pourquoi, nous avons demandé des allégements dans une autre lettre. Et cette correspondance est restée aussi sans suite ” a déploré  l’intéressé. Avant de poursuivre qu’à leur grande surprise, la mairie  a envoyé des agents pour mettre les cadenas à leurs boutiques. Et les occupants ont aussi    cassé ces serrures. Toute chose qui aurait provoqué l’ire de l’hôtel de ville, qui a convoqué le rapporteur de la commission de suivi à la police du premier arrondissement pour explications.

Non content d’avoir satisfaction au niveau de la police, la représentante de la mairie Sira Dramé projette d’amener l’affaire au tribunal ”  a précisé M. Soukouna.

En tout cas, le rapporteur de ladite commission juge inqualifiable l’attitude de la mairie qui au lieu de faire preuve de solidarité à leur égard les traine devant les juridictions.                  Affaire à suivre.

K THERA

 

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre en même temps cet a dire que les commerçants ne veulent pas prendre de l’assurance pour leurs boutiques et quand il ya dégât ils veulent avoir des faveurs de l’état normalement tout les commerçants sont obligé de s assurer pour se protège et pour protéger les autres mais au mali les gens ont dans la tête que s’assurer est une arnaque

Comments are closed.