Népotisme, clientélisme et favoritisme au Mali : Le président du Haut Conseil Islamique dresse un tableau sombre

0
0





Le Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM) a organisé le samedi, 14 janvier 2012 au Stade du 26 Mars de Yirimadio, un grand meeting d’information des fidèles musulmans sur le Code des personnes et de la famille et les élections générales de 2012. Ce meeting a regroupé des fidèles musulmans venus des quatre coins du District de Bamako et environnants. Il  a  également enregistré la présence de plusieurs leaders religieux du pays dont  Cheick Ould Bouyé (chef spirituel de Nioro) et Chérif Ousmane Haïdara.

On notait aussi la présence des quelques leaders politiques, notamment El Hadj Boubacar Keïta du RPM, Me Mountaga Tall du CNID Faso Yiriwa Ton, Tiebilé Dramé du PARENA,  Choguel Kokala Maïga du MPR, N’Diaye Bah du PDES ….

L’Imam Mohamed Traoré a expliqué  les  articles qui ont fait l’objet des accords par rapport au vote du Code des personnes et des la famille. Ces articles portent, selon lui, sur l’âge du mariage désormais ramené à 16 ans au lieu de 18 ans, la non participation de l’enfant naturel dans l’héritage, l’obéissance du mari par sa femme, le choix de la résidence par le mari …

A l’en croire, le Haut Conseil Islamique adhère au nouveau Code des personnes et de la famille et salue les efforts inlassables des plus hautes autorités du pays avec en ligne de mire le chef de l’Etat Amadou Toumani Touré et le Professeur Dioncounda Traoré qui ont évité le pire pour le Mali, en acceptant de renvoyer ce Code pour une seconde relecture.

Tour à tour, les leaders religieux, les  représentants des chefs des quartiers de Bamako et les porte-parole des régions se sont succédés à la tribune pour témoigner leur satisfaction par rapport à l’élaboration du nouveau Code des personnes et de la famille.

Mahamoud Dicko, président du Haut Conseil Islamique du Mali, après avoir remercié le chef de l’Etat pour son  engagement pour une meilleure stabilité au Mali, a exhorté les fidèles musulmans à la lutte contre l’injustice, la corruption, le népotisme, le clientélisme et le favoritisme qui gangrènent notre pays.

Par rapport au l’insécurité au Nord-Mali, Mahamoud Dicko en appelle à la retenue, car selon lui, aucun pays ne peut se développer sans la paix. Dans  sa déclaration dite Déclaration du Haut Conseil Islamique du Mali à propos des élections générales de 2012, le Haut Conseil Islamique du Mali a invité les pouvoirs publics à faire en sorte qu’elles soient libres, transparentes et acceptables par tous.

A.T

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.