Opération d’achèvement du RAVEC : Plus de 3.700.000 nouveaux électeurs seront concernés

0
Opération d’achèvement du RAVEC : Plus de 3.700.000 nouveaux électeurs  seront concernés
Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Général Sada Samaké

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Général Sada Samaké a procédé, mercredi  1er octobre dernier, à Sikasso, au lancement de l’opération d’achèvement  et de pérennisation du Recensement Administratif à Vocation d’Etat Civil (RAVEC). Il était accompagné par une forte délégation de ses collaborateurs, préfets, sous-préfets de la région de Sikasso et des représentants de la division électorale de la MINUSMA.

Cette opération d’achèvement du RAVEC se fera en un mois, du 1er au 30 octobre. Elle a pour objectif de prendre en compte les nouveaux majeurs, mais aussi corriger les erreurs issues de la première opération qui s’est déroulée entre 2009 et 2011.

Cette journée de lancement a débuté par une conférence-débats que le ministre et ses collaborateurs ont animée au Centre Lamissa Bengaly. Une rencontre au cours de laquelle, les préfets et sous-préfets qui vont jouer un rôle déterminant dans cette opération ont été suffisamment informés sur  cette deuxième phase qui doit prendre en compte environ 3.700.000 personnes.

D’entrée de jeu, le gouverneur de la région de Sikasso s’est réjoui du choix porté sur sa région pour le lancement officiel de cette opération.

Selon lui, Sikasso est une région à vocation agropastorale. Sans compter que le secteur des mines est en train de s’y développer avec l’ouverture de plusieurs sites d’extraction d’or par des sociétés spécialisées. Mais aussi, l’orpaillage traditionnel qui prend de plus en plus de l’ampleur dans la région.

Pour le gouverneur, les élections présidentielle et législative de 2013 se sont déroulées à Sikasso sans incidents.

Le gouverneur a ajouté que la situation sécuritaire  est relativement calme dans la région. Mais, il a regretté que sa région soit en train de devenir, de plus en plus, une zone de passage de la drogue. C’est pourquoi, il a exhorté le gouvernement à doter les forces de sécurité de moyens adéquats pour accomplir leur mission.

Le gouverneur a par ailleurs ajouté que des réunions hebdomadaires sont organisées avec les forces de sécurité pour assurer la sécurité de la région qui compte le plus grand potentiel électoral au Mali.

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, à sa suite, s’est réjoui de la qualité de l’accueil des Sikassois. Toute chose qui, selon lui, dénote de leur attachement aux valeurs de la nation.

Le ministre rappellera les actions entreprises par le gouvernement avec l’appui de la communauté internationale. Il s’agit de la récupération des trois régions du nord, le retour progressif de l’administration, des services sociaux de base, des représentants de l’Etat, afin que les populations du nord ne se sentent pas abandonnées, la facilitation du retour des déplacés, le renouvellement des bâtiments publics, leur équipement, l’instauration du dialogue sur le plan national…

Et le ministre Sada Samaké de préciser que les populations de la région de Sikasso ont déboursé plus de 92 millions pour l’effort de guerre. Toute chose qui constitue l’une des plus grandes contributions à cette opération qui était destinée à mobiliser des fonds pour équiper les Forces armées maliennes.

A en croire le ministre, cette phase d’achèvement du RAVEC répond à un souci exprimé par le Premier ministre Moussa Mara dans sa Déclaration de politique générale. Il s’agit de la prise en compte des nouveaux majeurs et la correction des erreurs survenus lors de la première opération.

Le ministre précisera que la reconnaissance du mérite et la sanction des fautes seront désormais les principes de l’administration.

Lors de cette conférence, plusieurs thèmes ont été exposés par les nombreux collaborateurs du ministre. Il s’agit des élections communales  à venir, le renouvellement des conseils de villages, fractions et quartiers, la gestion de l’état civil, l’achèvement et la pérennisation du RAVEC, la situation sécuritaire, l’exercice de la tutelle, la situation des infrastructures, le retour de l’administration dans les localités du nord.

Corriger les erreurs de la première phase

Après la conférence-débats, la délégation du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité s’est rendue sur la place du cinquantenaire en face du camp Tièba Traoré de Sikasso pour le lancement officiel de cette opération.

Dans son intervention, le 1er adjoint au Maire de la commune urbaine de Sikasso a salué cette initiative du  gouvernement de poursuivre le RAVEC. Car, cela permettra de corriger les erreurs intervenues dans la première phase. Mais aussi, de doter le pays d’un fichier fiable  pour organiser de bonnes élections.

Pour sa part, le président de la CENI, Mahamadou Diamoutani dira que sa structure veillera à ce que les  droits des électeurs soient respectés. Toute chose qui passe d’abord par leur mobilisation autour de cette seconde phase du RAVEC.

Et le ministre Sada Samaké de conclure que c’est le 20 décembre 2008 que le président ATT lançait le RAVEC. Une campagne qui s’est déroulée entre 2009 et 2011 avec des résultats louables. Toute chose qui a permis l’organisation des élections présidentielle et législative.

Mais pour lui, cette opération a aussi dénombré beaucoup d’insuffisances qui vont être corrigées  à travers cette opération d’achèvement qui se déroulera du 1er au 30 octobre.

Le premier nouveau majeur qui a été enrôlée s’appelle Abdou N. Bengaly.

A noter que cette opération d’achèvement coutera 13 milliards FCFA et concernera environ 3.700.000 nouveaux majeurs et omis.

D. Diama, envoyé spécial à Sikasso

PARTAGER