Ouverture hier du forum national sur l’observation du croissant lunaire : L’Administration et les chefs religieux musulmans décidés à mettre un terme aux polémiques sur la célébration des fêtes

0

Un forum national sur la problématique de l’observation de la lune s’est ouvert, le lundi 4 juillet, dans notre pays sous l’égide du ministère de l’Administration territoriale, du Haut conseil islamique et de nombreuses associations et organisations religieuses de notre pays. Il s’agit, au cours de cette rencontre, de trouver des solutions idoines aux disfonctionnements des commissions locales d’observation du croissant lunaire, de définir les liens organiques et surtout les règles de fonctionnement de ces organes et de mettre un terme aux polémiques liées souvent à l’apparition de la lune.

C’est par la lecture du Saint Coran que le forum a démarré sous la présence effective du ministre de l’Administration territoriale et des collectivités locales, le général Kafougouna Koné. Lequel avait à ses côtés divers leaders religieux de notre pays. On notait également la présence des préfets de différentes localités. C’est une façon pour le gouvernement d’associer les responsables administratifs au niveau local, eux qui sont le plus souvent mis en cause par la population  qui leur reproche de ne pas donner l’information à temps réel.

 Il est à rappeler que le présent forum se tient à la suite des journées de réflexion sur les questions religieuses tenues  entre les 25 et 26 septembre 2000 et qui avaient porté sur les modalités d’observation de la lune et le fonctionnement des différentes commissions.

En dépit des conclusions de cette rencontre, force est de reconnaitre, aujourd’hui, que l’annonce de l’apparition du croissant lunaire pour le début et la fin du mois béni du Ramadan, constitue toujours une source de discorde au sein de la communauté musulmane. Une situation qui se manifeste par la célébration de ces fêtes à des dates différentes ou à l’observation du carême à des jours différents.

La question est prise très au sérieux par les plus hautes autorités du pays. Le ministre Kafougouna Koné ne croyait pas si bien dire lorsqu’il précisera à l’ouverture que " la situation doit interpeller les consciences de tous les musulmans. Il importe de nous remettre en cause, de changer notre méthode de travail en ce qui concerne l’observation du croissant lunaire. Autrement dit, une nouvelle stratégie doit être définie et qui doit prendre en compte les difficultés éventuelles que rencontrent les organes d’observation ".

Le chef du département de l’Administration territoriale et des collectivités locales,  en charge des cultes, a invité les participants à pouvoir contribuer positivement à la réussite du forum afin que la mise en œuvre des résolutions qui en seront issues soit de la responsabilité non seulement de toutes les autorités religieuses, mais aussi de celle des autorités administratives.

Les leaders religieux, de leur côté, ont salué la tenue de ce forum tout en espérant qu’il puisse apporter plus de transparence  entre pouvoirs publics et autorités religieuses dans l’observation de la lune, de renforcer les liens entre les différentes parties concernées et de les regrouper autour d’un mécanisme stable unifié afin de leur permettre d’aboutir à un résultat concret.

 Les leaders religieux disent, en outre, espérer que ce mécanisme sera capable d’éviter à la communauté musulmane de connaitre la contradiction et l’ambigüité survenues lors de nombreuses fêtes religieuses et  qui ont failli troubler le climat et la sérénité qui sous-tendaient l’unité et la cohésion des musulmans. Pendant trois jours, les participants vont plancher sur des questions relatives à " la place du croissant lunaire au sein de la religion musulmane " et le " rôle de l’Etat et la société civile dans la fixation des dates des fêtes musulmanes au Mali".

Abdoulaye DIARRA

 

PARTAGER