Périple sous régional de la Première Dame du Mali: Quand le Cœur de TRAORE Mintou Doucouré bat pour les réfugiés maliens

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Fin janvier 2013, l’épouse du Chef de l’Etat, Mme TRAORE Mintou Doucouré est partie à la rencontre des maliens refugiés au Niger et au Burkina Faso. C’était en marge du 12ème Congrès de la Société Africaine de Gynéco-Obstétrique tenu à Niamey. Dans les différents Camps des Réfugiés, la Première Dame n’a pas pu retenir ses larmes. Emotion !

La Première Dame au Niger : Hommage à Issoufou Mahamadou
La Première Dame du Mali Mme Traoré Mintou Doucouré, sur invitation de la Première Dame du Niger, Docteur Lala MALIKA ISSOUFOU MAHAMADOU, a participé, du 22 au 24 janvier 2013 à Niamey au Niger, aux  travaux du 12ème Congrès de la Société Africaine de Gynéco-Obstétrique.
A l’ouverture du Congrès le 22 Janvier 2013, Mme Traoré Mintou Doucouré a rendu un vibrant hommage au Président de la République du Niger Issoufou Mahamadou. Elle dira notamment : « Monsieur le Président de la République, cher frère, votre position, en ce qui concerne le Mali, a toujours été constante. Il est utile de rappeler que depuis les premières heures de la crise malienne, vous avez sans cesse appelé à la mobilisation générale pour arrêter l’hémorragie. Sur toutes les tribunes et à toutes les occasions, vous aviez privilégié l’option militaire, même si vous n’avez pas totalement épargné le dialogue. Aujourd’hui, vous avez été écouté, j’allais dire, vous avez été enfin suivi.  Je voudrais ici saluer votre courage politique et votre  clairvoyance. Mieux, Monsieur le Président de la République, vous n’avez ménagé aucun effort pour réserver un accueil de la pure tradition africaine à  ces nombreuses Maliennes et nombreux Maliens qui ont trouvé refuge sur le sol nigérien. A vous chers compatriotes qui n’avez jamais choisi de partir, je vous dis que très bientôt, inchallah, vos souffrances qui sont les nôtres, ne seront que de mauvais souvenirs. Monsieur le Président de la République, cher frère, je vous prie de bien vouloir transmettre  notre reconnaissance aux  autorités administratives et politiques ainsi qu’aux organisations humanitaires des localités de Ayorou, Ouallam, Filingué et Niamey qui abritent les sites de cantonnement des réfugiés maliens. Merci pour leur solidarité. Merci pour leur  fraternité. Merci pour leur  humanisme. J’associe à ces remerciements tous les pays de la CEDEAO, du Tchad, du Burundi, de la France et ses alliés pour les soutiens divers et multiformes qu’ils apportent au Mali pour la reconquête de ses territoires occupés et la préservation de notre démocratie. »

Soutien aux réfugiés et aux familles d’accueil du Niger
Le mercredi 23 janvier 2013, l’épouse du Président de la République du Mali Mme Traoré Mintou Doucouré, en compagnie de la Première Dame du Niger Docteur Lala MALIKA Issoufou Mahamadou, a rencontré à l’Ambassade du Mali à Niamey, les membres de la Commission de crise du Niger, le Conseil des maliens du Niger, la communauté malienne, les familles d’accueil et les représentants des camps de réfugiés du Niger.
La Première Dame Mme Traoré Mintou Doucouré a délivré un message du cœur en disant notamment : « C’est avec le cœur meurtri que je vous rencontre aujourd’hui pour vous transmettre le soutien, la solidarité et la fraternité du Président de la République, le Professeur Dioncounda TRAORE, du Gouvernement et de tout le peuple malien … Je suis peinée de voir ces milliers de personnes qui ont quitté leurs familles, laissant  derrière elles troupeaux et champs. Je suis peinée de voir ces milliers d’enfants qui ne vont plus à l’école, et ne jouent plus au ballon.  Je suis peinée de voir ces milliers de femmes qui ne fréquentent plus les centres de santé pour les consultations ordinaires. Mesdames et messieurs, mon cœur est blessé de voir que notre religion, l’ISLAM qui est une religion de paix, de tolérance, soit en train d’être bafouée   par des terroristes  sans foi ni loi. Les pratiques obscurantistes (les viols des femmes et des filles, la lapidation à mort de couples, la mutilation des membres à des présumés voleurs, etc.)  qu’ils veulent nous imposer sont bannies par  l’Islam. Haram. Chers compatriotes, je suis convaincue que les actions en cours menées par nos Forces de Défense et de sécurité, avec l’appui de la communauté internationale viendront à bout des forces du mal, Inch Allah. Je puis vous assurer que  les efforts déployés par notre  gouvernement et les amis du Mali ne seront pas vains. Soyez sûrs que le peuple du Mali, le gouvernement et les forces armées et de sécurité ,sont déterminés à tout mettre en œuvre pour obtenir la libération rapide des zones occupées. Mais ils auront besoin dans cette mission, que nous considérons comme sacrée, de la solidarité et de l’accompagnement de tous les Maliens. »
Le message du cœur de la Première Dame a été accompagné d’une donation de 5 millions de francs CFA, de 100 cartons de savon et de 100 couvertures à nos compatriotes réfugiés au Niger.
Il convient de signaler qu’au Niger, la majorité des sites de cantonnement des réfugiés maliens se trouvent dans la région de Tillabéry. Il s’agit des sites de Tabarey-barey à Ayourou (200 km de Niamey), de Mangaïzé à Ouallam (150 km de Niamey) et de Abalak à Filingué (300 km de Niamey). Les autorités de l’Ambassade du Mali à Niamey ont recensé 2.000 réfugiés maliens à Niamey ville. Ils n’ont pas un site de regroupement, mais habitent dans la ville dans des familles d’accueil chez un parent ou un nigérien.

La grande émotion au Burkina Faso
La Première Dame du Mali Mme Traoré Mintou Doucouré, en compagnie de la Première Dame du Burkina Faso Mme Chantal Compaoré, s’est rendue le jeudi 24 janvier 2013 dans le Camp des réfugiés de Saagniogniogo, à 35 kms de Ouagadougou.
Ce camp, érigé en novembre 2012, abrite actuellement 2.000 réfugiés maliens. Les porte paroles des réfugiés, tout en souhaitant la bienvenue à la Première Dame du Mali, ont remercié les autorités burkinabé pour leur bon accueil. Ils ont martelé leur désir ardent de retourner le plutôt au bercail, et ont invité Mme Traoré Mintou Doucouré à s’investir davantage pour le retour de la paix au Mali.
Lors de son adresse aux réfugiés, la Première Dame du Mali, dont les larmes coulaient abondamment sur le visage, a dit : « Je souffre énormément de voir les pères et mères de famille abandonner leurs familles pour prendre la route de l’exode, souvent sans bagages à cause d’une guerre inutile et insensée qui nous a été imposée par des aventuriers et terroristes de tout acabit. Je souffre, mesdames et messieurs, de voir ces centaines d’enfants, dont l’avenir est compromis par la faute d’individus aux projets criminels inavoués. Mesdames et messieurs,  l’ISLAM est une religion de paix, de tolérance. L’ISLAM est antinomique aux viols de femmes et de filles. Hélas, ces prétendus islamistes ne se sont livrés qu’à ces exactions abominables que la religion musulmane condamne. Chers compatriotes, je suis convaincue que les actions en cours menées par nos Forces de Défense et de sécurité, avec l’appui de la communauté internationale viendront à bout de ces forces du mal, Inch ALLAH. Prions ensemble Dieu pour que le pays puisse être débarrassé des terroristes et autres narco trafiquants. Et que nos souffrances ne seront désormais que de mauvais souvenirs. Soyez sûrs que le peuple du Mali, le gouvernement et les forces armées et de sécurité sont déterminés à tout mettre en œuvre pour obtenir la libération rapide des zones occupées. Mais ils auront besoin dans cette mission de la solidarité et de l’accompagnement de tous les Maliens. »
Après avoir délivré son message, la Première Dame du Mali a remis un montant symbolique de 5 millions de francs CFA à l’Ambassadeur du Mali, pour le compte des réfugiés du Burkina Faso.
Mme Traoré Mintou Doucouré et Mme Chantal Compaoré ont ensuite visité les adductions d’eau potable réalisés dans le camp, l’école des enfants tenue sur place, et, le Centre de santé rénové et tenu par un médecin pour faire face aux besoins sanitaires des réfugiés.
Avant de quitter le camp de Saagniogniogo, la Première Dame du Burkina Faso a promis d’envoyer, le lendemain, une moto ambulance à nos compatriotes qui ont posé cette doléance. Une moto ambulance qui a d’ailleurs été réceptionnée le vendredi 25 janvier 2013 par Mme Traoré Mintou Doucouré, avant son acheminement sur Saagniogniogo.
Notons que les deux Premières Dames étaient accompagnées d’une forte délégation comprenant, entre autres, l’Ambassadeur du Mali, l’épouse du Premier ministre, la Ministre de la promotion de la femme et du genre, le Coordonnateur national de la Commission nationale pour les réfugiés du Burkina Faso, les représentants du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, et, les autorités administratives, politiques et traditionnelles locales.
Correspondance particulière de
Ibrahima Sangho, CM/MAHSPA

SOURCE:  du   1 fév 2013.