Plan de sortie durable de la crise sociale et Sécuritaire au Mali : Le mouvement co-entreprendre Joko ni Maaya développe une nouvelle norme de Gouvernance

0

Des chercheurs socio-économistes maliens du Centre Senè d’études stratégiques sur le co-entrepreneuriat et du Groupe de réflexion stratégique, de communication et de facilitation sur Joko ni Maaya,  ont développé un plan de sortie de la crise sociale et sécuritaire. Axé sur une nouvelle norme de gouvernance ledit plan a été partagé lors d’une conférence débat le 20 juin au centre international de conférence de Bamako. C’était en présence du  ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Messaoud Ould Mohamed Lahbib.

MaayaDans ce plan, le groupe offre quatre arrangements stratégiques pour sortir le Mali du gouffre dans lequel il se trouve pour en faire un État fort, comptable, responsable et capable de répondre à la demande du citoyen à travers la dignité retrouvée, la grandeur de la société restaurée et la prospérité partagée dans la stabilité, la paix, et la sécurité.

Le plan et les programmes proposés par le groupe ont pour but de contribuer à  la relance de la croissance économique globale au Mali, en Afrique et dans le monde à travers la restauration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et le développement durable. Selon Dr Abdoulaye Niang chercheur au centre Sené, la crise sociale globale et sécuritaire est une opportunité pour faire du Mali et de  l’Afrique, un État et une Union d’États plus responsables et comptables. Selon lui, la relance de la croissance économique globale se planifie au-delà de la pauvreté de la culture et de la culture de la pauvreté avec l’émergence de co-entreprises économiques africaines.  Elle se ferait avec très peu de risque de rebellions armées et sécessionnistes, d’attaques contre les 4S (la sécurité économique, la sécurité financière, la sécurité du capital et la sécurité humaine et sociale), la pire forme d’extrémisme violent et de guerre de richesse.

“En cas de menaces et d’attaques contre les 4S comme à In Amenas (Algérie, le site gazier) ou Arlit (Niger site uranifère d’AREVA) ou le 11 septembre aux États-Unis, l’entreprise multinationale sécuritaire africaine pour la lutte contre l’extrémisme violent, notamment la branche saharienne, la Co-Entreprise sécuritaire du sahara (COESS) basée à Tessalit, localité géostratégique dans le Sahara malien, sera immédiatement en action ” a-t-il soutenu.

Pour le ministre de l’enseignant supérieur, la discussion de la valeur des faits, l’amélioration des théories est une activité permanente de la science, qui exerce son activité critique la plus légitime sur le front d’émergence des connaissances.

La stabilité des savoirs scientifiques y compris donc des théories économiques n’est donc que temporaire. C’est pourquoi, il dira que  les difficultés économiques des pays développés affectent également les pays en  développement et les économies en transition à travers l’affaiblissement de leurs exportations et la volatilité accrue des flux de capitaux et des prix des matières premières.
” En somme il n’est pas inutile de revisiter nos systèmes pour les améliorer et les réadapter au nouveau contexte. C’est pourquoi je salue ici l’initiative de Joko Ni Maaya, du Centre Senè et leur approche de  la co-entreprise dont les analystes ont réfléchi à un système alternatif de l’évolution actuelle de nos sociétés et de nos économies ” a dit le ministre.
Ramata TEMBELY

Commentaires via Facebook :

PARTAGER