La Présidente de la Commission d’organisation de la filière privée du Hadj, Mme Cissé Fatimata Kouyaté hier face à la presse

4
Mme Cissé Fatoumata Kouyaté et le ministre Aissata Bangaly
Mme Cissé Fatoumata Kouyaté et le ministre Aissata Bangaly

La Commission d’organisation de la filière privée était hier face à la presse pour faire le bilan de la campagne du Hadj 2014. Après avoir tiré tous les enseignements, la Commission présidée par Mme Cissé Fatimata Kouyaté a recommandé le retrait de la filière gouvernementale de l’organisation commerciale du pèlerinage à travers le ministère des Affaires religieuses et du Culte et sa mise sous la tutelle du département de l’artisanat et du tourisme. Pour la simple et bonne raison que c’est le ministère de tutelle des agences de voyages.   

La conférence de presse organisée, hier mardi 11 novembre, par la Commission chargée de l’organisation du Hadj de la filière privée au ministère de l’Artisanat et du Tourisme, visait à faire l’évaluation de la campagne 2014. Pour ce faire, la présidente de la commission, Mme Cissé Fatimata Kouyaté avait à ses côtés le ministre de l’Artisanat et du Tourisme, Mme Berthé Aïssata Bengaly ainsi que les autres membres de la commission.

D’après les exposés, on peut dire que la campagne du Hadj 2014 s’est  bien passée malgré quelques difficultés. En d’autres termes, certains aspects notamment le transport, l’hébergement et la restauration des pèlerins ont connu des améliorations. Selon Mme Cissé Fatimata Kouyaté, le Hadj 2014 a connu trois innovations majeures. Il s’agit du changement de département ministériel, l’introduction du système électronique par l’Arabie Saoudite et le lecteur passeport.

S’agissant du premier cas, il faut préciser que le Hadj 2014 a été géré par le ministère des Affaires Religieuses et du Culte. Cela, en lieu et place du ministère de l’Intérieur. Ce qui fait que le pèlerinage a été beaucoup critiqué par les pèlerins de la filière gouvernementale. “Cet exercice fut très laborieux, car ce nouveau ministère n’avait pas d’expérience. Cette situation a joué un peu sur le lancement de la campagne et sur nos activités, car c’est l’administration qui assure l’interface avec le Royaume d’Arabie Saoudite. Cela a eu pour conséquence la lenteur dans l’envoi de la liste des quotas des agences, le retard dans l’ouverture du dossier du Mali en Arabie Saoudite” déplore Mme Cissé Fatimata Kouyaté.

Pour le traitement de      s passeports pour l’obtention du visa, précisera-t-elle, “le ministère saoudien des Affaires Etrangères a exigé un type de lecteur passeport, qui n’était pas disponible sur le marché malien. Grâce à l’engagement de la commission, les difficultés furent résolues”.

 

Les 2/3 des pèlerins maliens transportés par AMSA et Al Madina

L’établissement des passeports par la Police de l’Immigration, la vaccination, l’obtention de visas, le transport aérien ont été évoqués. S’agissant du transport des pèlerins maliens sur les Lieux Saints de l’Islam, Mme Cissé Fatimata Cissé dira que cette opération s’est bien déroulée. Les deux transporteurs de vols charters à savoir l’Agence Malienne des Services Aériens (AMSA) de Boukary Sidibé dit Kolon et Al Madina ont transporté 2/3 des pèlerins. Le transport du reste des pèlerins a été assuré par les compagnies régulières. “Je pense que tout s’est bien passé. Le timing a été respecté dans l’ensemble” dira-t-elle.

 

Il  faut noter que l’Agence Malienne des Services Aériens (AMSA) a effectué dix vols pour le retour des pèlerins. Et tous ont reçu leurs bagages contrairement à certains de la filière gouvernementale.

 

S’agissant du séjour des pèlerins en Arabie Saoudite notamment l’hébergement et la restauration, Mme Cissé Fatimata Kouyaté estime que ces deux volets ont connu aussi des améliorations par rapport aux années précédentes.

 

Compte tenu des expériences vécues en matière de préparation et l’expérience de la sous-région, Mme Cissé Fatimata Kouyaté pense qu’il faut désormais anticiper l’ouverture de la prochaine campagne au plus tard en janvier 2015 pour clôturer en fin mai de la même année.

 

Trois décès enregistrés

Autre recommandation formulée par la filière privée, c’est le retrait du gouvernement dans l’organisation commerciale du Hadj. Selon Mme Cissé Fatimata Kouyaté, le ministère des Affaires Religieuses et du Culte  ne doit plus gérer le pèlerinage. Il doit laisser la place au ministère de l’Artisanat et du Tourisme, tutelle des agences de voyages. “Les modalités de ce transfert de gouvernement seront gérées au niveau gouvernemental en tenant compte des propositions que nous ferons en temps opportun” a-t-elle conclu.

En tout cas, lors de cette conférence de presse, le ministre en charge des Affaires religieuses et du Culte, Thierno Diallo a été critiqué pour la mauvaise organisation du Hadj 2014, qui a connu trois décès. S’agissant de l’arrestation de deux femmes en Arabie Saoudite, la conférencière dira tout simplement qu’elle n’est pas au courant de cette affaire.

Alou B HAIDARA

 

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Dire que tous les pèlerins de la filière privée sont rentrés en possession de leurs bagage n’est pas vrai. A présent certains pèlerins de l’agence ALdina attendent leurs valises et dieu seul sait pour quand. On ne remettra rien au ministère du tourisme. Le pèlerinage restera à sa tutelle. ” MOGO TE SO NI FALYW NIAGAMIN”

  2. puisqu’elle est insignifiante elle n’a d’autre moyen
    qu’à se faire montrer que de s’opposer aux autres
    qui font du bien

  3. Les agences de voyage n’ont que cette dame pour parler en leur nom? Faut-il être le plus bavard lorsqu’on est le nain d’un secteur d’activités. Bon, I Kouyaté tu n’as qu’à parler parce que c’est tout simplement ce qu’il te reste car après des périodes fastes avec des responsabilités que tu n’as assumé qu’avec des errements et mesures hautaines, tu es aujourd’hui dans la dèche, presque dans l’oubli. normal donc que tu t’accroches à de semblants de responsabilité pour exister…

Comments are closed.