Primature : Le premier ministre sollicite l’accompagnement des leaders religieux

7
Primature : LE PREMIER MINISTRE SOLLICITE L’ACCOMPAGNEMENT DES LEADERS RELIGIEUX

Après les institutions de la République et les familles fondatrices de Bamako, le nouveau Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga, a rendu, hier, une visite aux leaders des différentes confessions religieuses. A ses interlocuteurs, le chef du gouvernement a expliqué la lettre de mission que lui a confiée le chef de l’Etat et qui s’articule autour de quatre grands axes : la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, l’apaisement du front social, l’exécution du programme d’urgences sociales et la revitalisation de la diplomatie malienne. Cette mission ne pourrait être menée convenablement sans l’accompagnement des forces vives de la nation, notamment les leaders religieux dont le rôle est extrêmement important dans la résolution de nombreux problèmes sociaux. C’est par le Haut conseil islamique que le Premier ministre a entamé sa visite. Il a été reçu par le président, Mahmoud Dicko entouré de ses proches collaborateurs. Après une demi heure d’entretien, le président du Haut conseil islamique a confié à la presse qu’il a apprécié la démarche du chef du gouvernement de venir présenter aux leaders religieux les grandes lignes de sa lettre de mission. «Nous sommes contents de la visite du Premier ministre et nous sommes disposés à l’accompagner dans l’accomplissement de sa mission par des prières, des conseils et des suggestions. Nous souhaitons que la dynamique qu’il a entreprise pour apaiser le front social soit maintenue pour que des solutions soient trouvées aux autres problèmes auxquels le pays fait face», a déclaré Mahmoud Dicko.

Le chef du gouvernement s’est, ensuite, rendu au siège du Groupement des leaders spirituels musulmans du Mali dont le président est le célèbre prêcheur, Ousmame Chérif Madane Haïdara. « Nous sommes très heureux de recevoir le nouveau Premier ministre. Ce qu’il a dit lors de nos échanges nous rassure pour la paix et l’unité dans le pays, pour que les Maliens agissent dans l’intérêt du pays. Nous lui faisons beaucoup de bénédictions pour que la mission que le président de la République lui a confiée soit menée à la satisfaction de tous. Nous savons que la tâche n’est pas facile, c’est pourquoi nous allons l’aider pour que la paix et la quiétude reviennent au Mali », a indiqué en substance Ousmame Chérif Madane Haïdara, à l’issue de l’entretien avec Abdoulaye Idrissa Maïga. Après avoir pris congé du Groupement des leaders spirituels musulmans du Mali, le Premier ministre a été reçu par le délégué général de l’Association des groupements des Eglises et Missions protestantes évangéliques au Mali, Dr. Youssouf.

Primature : LE PREMIER MINISTRE SOLLICITE L’ACCOMPAGNEMENT DES LEADERS RELIGIEUX

L’entretien a pris fin par des prières pour la paix et la réconciliation au pays, pour la quiétude et le bien-être de l’ensemble des Maliennes et des Maliens. « Le Premier ministre est venu nous expliquer les grands axes de son action, plus particulièrement la réconciliation au pays. Nous l’avons assuré de notre accompagnement à travers nos prières, nos prêches et nos comportements. Nous voulons que le Mali soit un havre de paix et cela ne peut être possible que lorsque chacun s’y engage. Nous sommes des ouvriers de la paix et nous sommes prêts à accompagner le Premier ministre dans ce sens », a assuré le premier responsable de l’Eglise protestante au Mali. La dernière étape de la visite du Premier ministre a été l’Eglise catholique où il a été reçu par l’archevêque de Bamako, Monseigneur Jean Zerbo.

Au cours des échanges, il a été notamment question de la situation de la Sœur Gloria Cécillia, la religieuse catholique colombienne enlevée à Karangasso le 7 février dernier et dont on a depuis aucune nouvelle. Ses co-religieuses ont demandé au chef du gouvernement de beaucoup s’impliquer dans la recherche. «Nous remercions le Premier ministre pour cette visite. Quand vous êtes chargé d’une responsabilité au niveau national, et cela dans un contexte extrêmement difficile, vous ne pouvez que vous confiez à Dieu car l’autorité appartient à Dieu et il la confie à des hommes à un certain moment de leur vie. Je pense que la démarche du Premier ministre s’inscrit dans ce cadre. Il vient donc auprès des religieux pour recevoir des conseils et des prières. En tant que leaders religieux, nous ne pouvons qu’être pour lui des conseillers, des sentinelles et non des espions. Quand nous voyons des choses qui ne vont pas, nous le signalons. Quand ça chauffe entre humains, nous intervenons et nous demandons à Dieu d’avoir pitié d’eux. Nous souhaitons que le Premier ministre réussisse sa mission en interpellant les Maliens sur le terrain de la miséricorde», a indiqué Monseigneur Jean Zerbo.

Madiba KEITA

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Merci monseigneur Jean ZERBO d’avoir recu le nouveau PM. Tout ce que vous dites vient du fond de votre coeur. Ensemble aidons AIM a resoudre les problemes du pays. Votre sincerite ne fait l’objet d’aucune ambiguite. Il y a religion ! et il y a religion ! Notre pays traverse un moment difficile de son histoire, vos benedictions et prieres pourront nous aider a sortir de ces crises a multiples facettes. Le Mali est otage de ceux qui se reclament etre ses defensseurs . Dieu le tout puissant ne dort pas.

  2. La mafia polit ici à religieuse du mali, il ne restait que ça . un pays ou on mélange tout. Monsieur le premier ministre la séparation des pouvoir ca vous dit? On voit bien l’ignorance politique et intellectuelle de certains de nos dirigeants comment acceptez vous faire de telle déclaration? Et dans un pays détruit par le cancer métastasé ( intégrisme religieux )?

  3. separation du pouvoir et la religion .Rendre visite mais que chacun donne a Ceasare ce qui appartient a Ceasare et a dieu ce qui appartient a dieu.MR LE PM

    • C’est normal ces visites et l’important est que chacun fasse ca part pour une entente et paix nationale et que chacun reste a sa place sans ingerance qui est difficile cas même que ca soit très modéré.
      Etat et les differentes tendances relgieuses se doivent mutuellement du respect sans que nos soi disant leaders religieux surtout musulmans exagerent sous pretexte que la population est 95% musulmans.
      Me Mali est in pays laic et toutes les confessions doivent etre considerees et traitees d’egal a egal.

  4. Maintenant il lui faut aller voir les Griots, les danseurs de Donso Ngoni et les apprentis chauffeurs, nous sommes tous les forces vives de la nation !

    courage Monsieur le Premier Ministre !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here