PROXENETISME A BAMAKO : Il donne les jeunes filles en location

0

Si les enquêtes montrent que le système d’éducation malien connaît une inadéquation avec le marché de l’emploi, il n’en est pas de même pour le marché du sexe qui connaît aujourd’hui une sorte d’apogée. Autant il y a des "bordeliers", autant il y a des gens qui sont à leur service pour chercher des clients ; "bon gré malgré gré".

Elles sont aujourd’hui comme n’importe quel produit qu’on trouve sur le marché. Telle est l’histoire de ce jeune étudiant qui se nourrit et paye sa location à travers les services d’une dizaine de jeunes filles.

Il faut signaler que les phénomènes sociaux sont comme un être humain, qui naît, grandit et meurt. Le proxénétisme fait allusion à cet état de fait. Le proxénétisme dans son " stricto sensu " est une activité délictueuse consistant à favoriser la prostitution ou à en tirer profit.

Autrement dit, cette activité consiste donc à chercher des clients pour des jeunes filles qui se prostituent.

Elles deviennent comme des troupeaux, guidés par un berger qui les amène au pâturage.

Bien attendu, " lafia-city " ou Lafiabougou est parmi les quartiers les plus bruyants de Bamako et qui bouge au rythme du changement et de l’évolution des événements. Voila, l’histoire d’une dizaine de  jeunes filles qui habitent toutes à Lafiabougou vers le " tournant Magnan ".

Tout les week-end, cet étudiant de la FSTE du nom de M.T, cherche des preneurs pour ses marchandises ambulantes. Ce proxènète passe tout son temps à leur chercher des clients.

Notons que sur chaque client, il a 1000f, et le reste du marché ne lui regarde plus. Notre Pauvre M.T empoche du Lundi au dimanche un minimum de 40.000f. M.T n’était pas boursier bien qu’il faisait la 2ème Année Economie. Il est en location dans une piaule qu’il paye à 12 500f .Selon lui, il y a parfois plus de demandes que d’offres.

Quelle est  la typologie  de ces jeunes filles ? 

Parmi elles, il y a des " aides ménagères ", des élèves et étudiantes. La fille la plus timide du quartier, la fille de la vieille vendeuse au marché.

Elles sont là à supporter tous les jours les " décharges électriques " des francs-tireurs. Elles opèrent si vous le désirez dans votre chambre ou dans les " chambres de passe " où tout s’y passe sans que ça ne casse. Nous avons tendu notre micro à M.T qui martèle : " Les week-end sont pour moi, ce qu’est les jours ordinaires pour les fonctionnaires.

Et 40.000f/nuit ce n’est pas mal ! " Bien que la prostitution  soit le plus vieux métier du monde, elle doit être exercée de la bonne manière, sinon une telle pratique obsolète dans notre pays, ne fait que fouler nos valeurs cardinales par terre.

Le Che

 

PARTAGER