Ramadan et accoutrements : Les mini-jupes cèdent la place aux hidjabs

0

En ce mois de Ramadan, ce ne sont pas seulement les habitudes alimentaires qui changent, c’est aussi l’accoutrement surtout chez la gent féminine.

La communauté musulmane a débuté le mois de Ramadan le lundi 6 juin dernier. C’est parti pour un mois d’abstinence alimentaire et de plaisirs charnels, du lever du soleil à son coucher. S’il y a bien une autre habitude qui change au cours de ce mois, c’est bien celle vestimentaire. Ce changement est surtout perceptible chez les femmes. Depuis dimanche dans la nuit, le ton a été donné sur les réseaux sociaux. Elles sont nombreuses les filles à avoir posté des photos avec leurs têtes voilées et des boubous amples. La mode, pardon le phénomène est allé crescendo le lendemain lundi, le début officiel de ce mois de Ramadan. De quoi faire réagir cet  internaute : “Nous assistons à une prolifération de Hadja sur facebook…pourvu que ça dure…. “.

C’est vrai que  le changement est tellement soudain que cet autre internaute réagit en ces termes : “Ce n’est pas sincère et que ça ne durera pas”. Sincère ou pas, l’accoutrement de nombreuses filles changent pendant ce mois de Ramadan au grand bonheur de certaines personnes dont Moussa, commerçant au Dabanani. Pour lui, cette métamorphose chez les filles et jeunes femmes n’est pas pour lui déplaire. “Franchement si c’est seulement au mois de carême qu’il faut voir certaines de nos filles et femmes s’habiller de façon décente, j’aurais aimé que les 12 mois de l’année soient le Ramadan pour éviter de voir à longueur de journées des filles et femmes à moitié nues et  sillonnant nos rues et marchés sans gêne”.  Mère Fatou trouve une explication à ce changement vestimentaire : “Le mois de Ramadan est un mois béni. Les gens s’abstiennent de beaucoup de choses. Les femmes aussi se couvrent car étant en jeûne pour la plupart et pour celles qui ne sont pas en jeûne, c’est pour épargner les regards des hommes qui observent le jeûne”. Toutefois, elle regrette que cela s’estompe à la fin de ce mois, souvent même avant.

Les hidjabs qui rapportent

Il est 11h heures ce mardi 07 Juin. Deuxième jour de Ramadan. Le grand marché grouille de monde. De femmes pour la majorité. Elles font provision pour le mois entier. Les jus en poudre, le sucre et le lait en poudre se vendent à merveille. Les feuilles de “Kenkéliba” et le gingembre ne sont pas épargnés par ces femmes. Les vendeuses et vendeurs se frottent les mains.  Tout juste à côté, les commerçants d’habits amples et les hidjabs font un chiffre d’affaires.  A l’entrée de la Boutique de Moussa, l’odeur de la parfumerie “made in Arabie Saoudite” vous submerge. Dans son antre, la boutique propose les boubous pour homme, les hidjabs pour femmes, les chapelets, les livres coraniques, les recueils de hadiths, etc.  Oumou a choisi de venir  (re) garnir sa garde-robe. Si elle admet avoir d’habitude un choix difficile en matière vestimentaire, en ce deuxième jour de Ramadan et dans cette boutique de Moussa, le problème ne se pose pas parce qu’il n’y a qu’un seul choix : le hidjab.  Pour la couleur, elle opte pour des couleurs sobres. “Je m’habille souvent en habits amples mais pour ce mois de Ramadan, ce serait tout le mois car mon mari n’admettra pas le contraire” dit-elle.

Le choix de s’habiller ample ne serait donc pas la seule volonté des femmes. Choix volontaire des femmes ou pas, Moussa, quant à lui, se fait de l’argent.

           Fatoumata Bamba

PARTAGER