Recensement à vocation d’état-civil : Plus de 3 millions de personnes à enrôler

Recensement à vocation d’état-civil : Plus de 3 millions de personnes à enrôlerL’opération de collecte de données alphanumériques et biométriques pour les nouveaux majeurs et les omis en vue de l’achèvement et la pérennisation des résultats du Recensement administrative à vocation d’état-civil (Ravec) a été lancée le 1er octobre 2014 à Sikasso par le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, le général Sada Samaké. Cette première phase, qui concerne les Maliens de l’intérieur, se déroulera du 1er au 30 octobre et enrôlera près de 3 millions de personnes.

 

Les opérations d’achèvement et de pérennisation du Ravec ont débuté mercredi pour un mois sur toute l’étendue du territoire. Les activités ont été  lancées à Sikasso. Une localité de plus de 2 millions d’habitants et une population électorale très importante.

L’opération va concerner plus de 3 millions d’âmes et coûtera plus de 13 milliards de F CFA. Pour la bonne marche de cet enrôlement environ 2000 agents Ravec sont  mobilisés et 800 valises et d’autres matériels et accessoires d’un coût d’un milliard de nos francs.

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, le général Sada Samaké, a salué l’accueil réservé à sa délégation avant de s’appesantir sur les objectifs de cette seconde opération qui durera 30 jours pour les Maliens de l’intérieur.

L’objectif majeur, a précisé le ministre, est d’enrôler un maximum d’électeurs en vue des prochaines échéances électorales ; à savoir : les élections communales et régionales. Il s’agit de prendre en compte les préoccupations formulées par les formations politiques et électorales.

Cette opération de mise à jour va permettre la prise en charge des omis et d’enrôler de nouveaux inscrits sur la liste électorale, de corriger les erreurs relatives aux noms des villages, fractions et quartiers, ainsi que les noms des personnes et leurs professions. Le ministre Sada Samaké a invité à la mobilisation pour la réussite de cette opération ultime.

Ce recensement qui se situe dans le cadre d’un vaste programme de modernisation et de consolidation de l’état-civil, en cours depuis 2003, vise plusieurs objectifs, notamment l’amélioration de l’accessibilité de tous les citoyens à l’état-civil ; le traitement automatique des données de l’état-civil ; l’attribution d’un identifiant unique à chaque personne recensée par l’affectation d’un Numéro d’identification national (Nina) et la constitution d’un fichier d’état-civil.

Le général Sada Samaké a noté les acquis enregistrés après la première phase entre 2009 et 2011 ; à savoir : la disponibilité des données nominatives individuelles et alphanumériques des citoyens et des données personnelles biométriques des citoyens pouvant servir de base à l’établissement des documents d’identification sécurisés.

En 2013 il a servi de support à la tenue des élections présidentielle et législatives. En dépit de ces acquis, force est de reconnaître que les opérations du Ravec ont également enregistré quelques difficultés techniques qui justifient l’organisation des présentes opérations d’achèvement, a indiqué le ministre.

Le ministre a remercié l’ensemble des partenaires, notamment le Papem, la Minusma, le Pnud.

Ousmane Daou

Envoyé spécial

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. merci sambou tu a tou dit helas des journee perdu a cause de ce ravec on a des recu ce ecoeuran jai pa de mot mai pa de carte on existee pas on fee koi ,,,,

  2. Votre histoire de RAVEC là ce n’est que de la poudre aux yeux!Ici à Paris nous avons été enrôles.Moins de 12% seulement ont reçu leurs cartes NINA nous avons encore nos reçus.Ce fut donc un véritable sabotage !Alors laissez-nous respirer avec vos mensonges.Pour nous le RAVEC a été un échec total… 😉

Comments are closed.