Badalabougou : Une mosquée, ‘’deux’’ imams et ‘’trois’’ autorités !

11

Badalabougou :  Une mosquée, ‘’deux’’ imams et ‘’trois’’ autorités !

 

Le torchon brûle entre les fidèles de la grande mosquée de Badalabougou en commune V du district de Bamako. Après le décès de l’imam principal, Youssouf Diaby, sa succession génère des conflits entre les prétendants au poste d’imam, et les fidèles acquis à leur cause. Le temps pour trouver une solution à cette belligérance ‘’islamique’’, le gouverneur du district a décidé de fermer provisoirement la mosquée.

 

En effet l’affaire remonte à quelques mois de cela, quand l’imam principal de la mosquée, Youssouf Diaby fut évacué en France à la suite d’une maladie, son adjoint, Sory Makadji dirigeait la prière avec les fidèles. Mais avec l’absence prolongée de l’imam principal, Youssouf Diaby, les fidèles demandent à son successeur, Sory Makadji de traduire les sermons de la grande prière du vendredi en langue nationale Bambara, comme son prédécesseur le faisait avant de tomber malade. Toute chose que ce dernier refusa, au motif que cela est contraire aux principes ‘’malikite’’ dont-il se réclame. Selon les témoins, c’est ainsi que Ibrahim Gamby qui accepta de faire le sermon en langue nationale (Bambara), fut appelé en rescousses  pour exécuter la grande prière du vendredi. Ainsi, la conduite des autres prières quotidiennes est dévolue à  Sory Makadji. Selon nos sources, probablement convaincu ou pas que l’imam Diaby ne rentrerait pas vivant de son séjour sanitaire de Paris, l’imam Ibrahim Gamby soutenu par un vieux richissime du nom de Soya Golfa,  tente d’écarter carrément, Sory Makadji. Et pour ce faire, il fait appelle à son fils afin que ce dernier devienne son adjoint.

Et quand bien même, qu’avant que l’imam principal Youssouf Diaby ne tombe malade son fils Soufiane Diaby qui dirigeait souvent les prières surérogatoires avec les fidèles pendant le mois de ramadan, en présence de son père. Du coup, ce dernier était devenu par la force des choses, l’adjoint naturel du substitut de son père, qu’est Sory Makadji.  Désormais déterminé à renverser l’imam Sory Makadji, à en croire les témoins, Ibrahim Gamby  à pousser sa réticence jusqu’à l’empêcher de diriger la prière du crépuscule un jour. C’est dans ce contexte de climat délétère que l’imam Diaby retourne  au pays, après avoir passé près d’une année en France, où il était en soin. Aussitôt retourné, sa maladie rechute et comme le malheur ne vient jamais seul, au même moment son fils se fracture un pied dans un accident. Ainsi, il instruit à Ibrahim Gamby de diriger la grande prière du vendredi, et Sory Makadji, les prières des jours ordinaires le temps que lui et son fils se rétablissent. Mais quelque temps après, l’imam Youssouf  Diaby succomba finalement à sa maladie.

Dès la fin des cérémonies de la quarantaine du décès de ce dernier, le chef de quartier de Badalabougou, du nom de Adama Koné et ses conseillers, après avoir informé les Haut conseil Islamique, ont décidé de choisir, Sory Makadji comme Imam principal et Soufian Diaby, le fils du défunt pour être son adjoint.

Cette décision n’aura pas longue vie, car d’autres voix discordantes vont se lever contre l’imam designé, Sory Makadji, au motif qu’il prononce mal les versets coraniques et qu’il n’a pas une belle voix. Pourtant, selon nos sources, le président du Haut Conseil Islamique, Mahmoud Dicko après avoir écouté les différentes parties a tranché en faveur du choix du chef de quartier et de ses conseillers. Les mêmes sources révèlent, que l’imam Dicko aurait, même indexé, le vieux Soya Golfa qui soutient Ibrahim Gamby comme l’instigateur principal du conflit.

Après moult tractations, sous la médiation du HCI, les parties parviennent à un accord donnant le droit à Sory Makadji de faire les prières des jours ordinaires, et son adversaire, Ibrahim Gamby, celle du vendredi du mois de ramadan et des jours de fête. Mais mécontent et rancunier, le mois de ramadan dernier, l’imam Gamby décide d’aller à la Mecque pour l’Umra (petit pèlerinage) et avant de partir il aurait porté son choix sur d’autres personnes pour le substituer avant son retour. Et ce, sans concerter l’imam principal, et le chef de quartier. Ses désignés ont pour noms : Tidiane Diallo pour la prière surérogatoire du mois de Ramadan et Bourama Traoré pour la grande prière du vendredi.

 

Le conflit dégénère et le maire de la commune V entre dans la danse

 

Le maire de la commune V, Boubacar Bah entre à son tour dans la danse, en ordonnant sans l’avis du chef de quartier, la mise en place d’un nouveau comité de gestion,  afin de choisir à nouveau un nouvel Imam. Alors que l’ancien comité de gestion n’avait pas été dissout.

 

Ainsi, à en croire certains fidèles, le comité mis en place sur initiative du maire de la commune V procédera à son tour à la répartition des taches concernant la conduite des cinq prières obligatoires de la journée entre les deux imams rivaux. A savoir, celles  du matin, de l’après midi (14 heures et 16 heures) à l’imam Sory Makadji et les deux autres du soir à son rival, Ibrahim Gamby.

La situation perdura ainsi jusqu’au vendredi 10 octobre, ou le fils de l’imam défunt, Soufiane Diaby revint après s’être rétablit de sa fracture de pied, suite à un accident. Selon les témoins, ce jour après la grande prière du vendredi, celui-ci remercia les fidèles pour leur soutien, avant de dénoncer la situation compliquée dans laquelle s’est retrouvée la mosquée. « Je n’ai jamais vu ni entendu de toute mon existence, un partage des horaires de prière entre deux imams dans une seule et même mosquée », aurait-il dit, selon des témoins. Mais avant qu’il ne termine ses propos, un jeune partisan d’Ibrahim Gamby, débrancha le micro pour l’interrompre.

Pire, l’imam Gamby et ses partisans vont plus loin en faisant intervenir des loubards le lendemain de l’incident pour empêcher l’imam Makadji et les fidèles de prier. Le commissariat du 4ème arrondissement intervient alors pour ramener le calme, mais peine perdue. Car, révoltée, une partie de la population réclame le renvoi  pure et simple de ‘’l’imam putschiste’’, Ibrahim Gamby.

Le temps de trouver un terrain d’entente, le gouverneur du district de Bamako a ordonné une fermeture provisoire de la mosquée, qui depuis la semaine dernière est sous le contrôle des éléments de police du 4ème arrondissement.

Affaire à suivre !

 

Lassina NIANGALY

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. avec tous ces imams les prières seront bien faites 😆 😆 😆 😆 😆 :mrgreen: voilà un métier d’avenir pour un pays pauvre ! 💡 💡

  2. الوجه الأخر نعم الذي يعمل لوجه الله أكيد مايحارب من لأجل الامامة ليصل الامر لتفرقة كلمة المسلمين واغلاق بيت الله ،لكنه الوجه الاخر المال بل الصدقات والجاه والمكانة الاجتماعية ،لقد أصبحت امامة المساجد إماوراثيا أو يأخذه صاحب النفوذ والحقيقة أن مشكلات الساجد لا تعد وناهيك من أن تحصى وقل ماتجد مسجدا إلا وله ألف مشكلة وتزيد إلى متى سنعرف أن المساجد بيوت الله يعمها صاحب الكفاءة علما وأخلاقا .
    من جهة متى سيعلم المسلمون في بلد يقدر عددهم 95بالمائة أن الائمة ونوابهم يجب ألا يكونوا طماعين بسبب قلة مافي أيديهم والحقيقة هي غياب مسؤولية المسلمين اتجاه الائمة وسعي هذا الاخير وراء الدنياوالنتيجة كما نرى دون أن نسمع!!!!!

  3. الوجه الأخر نعم الذي يعمل لوجه الله أكيد مايحارب من لأجل الامامة ليصل الامر لتفرقة كلمة المسلمين واغلاق بيت الله ،لكنه الوجه الاخر المال بل الصدقات والجاه والمكانة الاجتماعية ،لقد أصبحت امامة المساجد إماوراثيا أو يأخذه صاحب النفوذ والحقيقة أن مشكلات الساجد لا تعد وناهيك من أن تحصى وقل ماتجد مسجد إلا وله ألف مشكلة وتزيد إلى متى سنعرف المساجد بيوت الله يعمها صاحب الكفاءة علما وأخلاقا .
    من جهة متى سيعلم المسلمون في بلد يقدر عددهم 95بالمائة أن الائمة ونوابة يجب ألا يكون طماعين بسبب قلة مافي أيديهم والحقيقة هي غياب مسؤولية المسلمين اتجاه الائمة وسعي هذا الاخير وراء الدنياوالنتيجة كما نرى دون أن نسمع!!!!!

  4. Tout sa pour l’argent que le bon dieu nous guide pauvre mal
    Notre prophète ne vivais pas avec l’argent de la mosquée ce qui est le ça de nos imam de maintenant

    • Vous avez tous dit mes amis sauf le mec abdallah dont je comprends pas son ecrit car je ne lis pas arabe :mrgreen: , nos leaders soit disant religieux, musulmans surtout sont la honte totale de notre societe actuelle.
      Passons a autre chose qui conserne la survie du Maliba est plus importante que ces imams, marabouts et autres sans dessein qui pillent a leur facon aussi les citoyens et citoyennes chaque depuis toujours et toujours. 👿 👿 👿 .

  5. Bon sens où est ce que le monde va , se battre pour être imam quelle désolation ?. Mais voilà le résultat quand l’intérêt prenne le dessus sur la foi .
    Qu’Allah nous pardonne ……

  6. celui qui s’en remet à Allah, Allah lui suffit……

    ————-
    El hajj Niyé exige leurs pardons et repentances !

  7. Dès que quelqu’un se propose ou demande à être Imam, il doit être ecarté!

  8. Certains refusent d’être Imam sachant le poids de cette fonction, alors que d’autres se battent pour l’être (surement pour des desseins autres que les vertus de l’Islam).vraiment triste
    Que Dieu nous guide

  9. le plus grand de ces hommes sera celui qui renoncera pour la paix entre les musulmans

Comments are closed.