Groupement des leaders spirituels musulmans du Mali : Faire bloc contre le radicalisme religieux

2
Presidentielle-2018 : Les candidats potentiels Ă  la chasse aux leaders religieux
Des leaders religieux du Mali (photo archives)

Les guides soufis et quadri du nord et du sud se retrouvent pour la première fois à Bamako pour se dresser contre  le péril de l’intégrisme

Le Centre international de conférence de Bamako CICB a servi de cadre ce week-end au premier forum du Groupement des leaders spirituels musulmans du Mali (GLSM). Placée sous la présidence du Premier ministre Modibo Kéita, la cérémonie d’ouverture de ce rendez-vous des guides spirituels du soufisme a enregistré samedi la présence des leaders religieux, des anciens Premiers ministres, des chefs de partis politiques, des diplomates et des autorités municipales et administratives.

Le Groupement des leaders spirituels musulmans du Mali est dirigé par le guide spirituel des « Ançars » Cherif Madani Ousmane Haidara. La rencontre qui se veut une contribution à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, avait pour thème « Rôle des leaders spirituels musulmans dans la consolidation de la paix, la réconciliation et le développement ».

Avec en toile de fond la problématique de la lutte contre le radicalisme religieux, tous les intervenants à cette rencontre sont unanimes que la religion musulmane ne saurait être un mouvement faisant la promotion de la violence.

Ainsi pour le maire de la commune III Abdel Kader Sidibé qui souhaitait la bienvenue aux participants, l’événement est hautement important au regard de la situation que traverse notre pays. Selon lui, le choix du thème traduit l’esprit d’avant garde des leaders  spirituels qui sont très écoutés.

A sa suite, le représentant du Haut conseil islamique et non moins membre de la Commission vérité, justice et réconciliation, Sidi Konaké a lui étalé les méfaits de la violence sous toutes ses formes avant de lancer un appel à l’union sacrée des musulmans et de toutes les confessions religieuses pour contrer la violence. Pour lui, cela est possible si tous les Maliens dans leurs prières, confient le pays à Dieu tout puissant.

Le président de la commission d’organisation, Thierno Hady Thiam, a salué la mobilisation des guides soufis et quadri du nord et du Sud qui, pour la première fois, se sont donné rendez-vous à Bamako pour se dresser contre l’intégrisme. « Il ne faut pas attendre que survienne un événement, il faut rester éveillé en soldat à travers la dispensation d’une bonne éducation dans les familles » a-t-il conseillé.

Pour sa part, Chérif Ousmane Madani Haïdara, dès l’entame de ses propos, a précisé que le groupement n’à d’autres objectifs que la promotion d’une pensée unique de tous les musulmans vers la promotion d’une société paisible et prospère. « Seules l’union et l’entente entre les leaders religieux permettront à l’islam de faire face à l’obscurantisme et aux mauvaises interprétations de ses ennemis», a développé le célèbre prêcheur pour qui il appartient aux leaders de rétablir l’image de l’islam aujourd’hui écornée par les pratiques terroristes qui ne font que détruire les valeurs qui ont fait le rayonnement de cette religion pendant des siècles.

Tout en appelant au respect du pluralisme religieux, le guide spirituel des « Ançars » a convié tous les musulmans à se tenir debout au coté du président de la République Ibrahim Boubacar Keita et du chef du gouvernement Modibo Kéita pour bâtir le Mali de nos rêves.

Depuis sa création, le groupement, a-t-il souligné, ne fait qu’initier des actions de promotion de la solidarité et de la cohésion entre les Maliens. Sur la même lancée, le groupement organisera dans les mois à venir un Forum sous-régional qui réunira l’ensemble des leaders soufis autour de la problématique du radicalisme religieux.

Le clou de la cérémonie a été l’intervention du Premier ministre Modibo Kéita qui a assuré que le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita soutient cette initiative du Groupement des leaders spirituels musulmans du Mali. Le chef de l’Etat aurait pris part à cette rencontre n’eût été ses engagements internationaux, a indiqué Modibo Kéita qui a ajouté : « Il est de cœur et d’esprit avec vous. » Pour le chef du gouvernement, la meilleure façon de contribuer à l’avènement d’une société paisible est de faire du bien, à défaut d’empêcher le mal. Il a indiqué que le gouvernement compte sur la contribution des leaders religieux pour aider notre pays à sortir de la crise.

Modibo Kéita a formulé le vœu que cette rencontre amène le peuple du Mali dans sa diversité à se considérer come un seul homme pour regarder dans la même direction dans la différence mais pas dans la contradiction. « Soyons différents et unis », a-t-il conclu.  La rencontre a pris fin hier après-midi. Nous reviendrons sur ses conclusions.

L. ALMOULOUD

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Des rencontres pareilles méritent d'être encouragées et saluées.Si tous les leaders spirituels pouvaient suivre ce bel exemple , en faire autant, le mali pourrait redevenir ce beau pays d'entant

  2. Sans un espoir d’un lendemain meilleur, le radicalisme s’installe et les radicaux trouvent devant eux un terreau fertile pour recruter facilement des jeunes qui n’ont plus confiance Ă  ce système qui discrimine impitoyablement. Il faut absolument donner la confiance aux jeunes en Ă©vitant de les discriminer et en les donnant l’espoir d’un avenir radieux et charmant.
    Qu’Allah le tout puissant aide et protège le Mali au bord du prĂ©cipice.
    NB: Evitons les discrimination et cultivons l’espoir en tout jeune malien.

Comments are closed.