Rendre un peu moins dure la vie des femmes en prison

0

Mardi 29 mars 2016 a eu lieu une cérémonie de remise d’installations à la Prison pour femmes de Bollé à Bamako. Financés par la MINUSMA, ces travaux doivent servir à améliorer les conditions de vie dans l’établissement.

Accueillant 125 détenues, la prison de Bollé à Bamako est la seule du Mali, réservée aux femmes et filles mineurs. Comme nombre d’établissements pénitentiaires du pays, ce centre de détention fait face à de nombreuses difficultés matérielles qui rendent pénibles, non seulement les conditions de vie des détenues, mais également les conditions de travail du personnel pénitentiaire.

Parmi ces problèmes urgents figurent entre autres, la vétusté des cuisines, des installations sanitaires et du château d’eau ainsi que l’absence de système d’évacuation d’eau dans la cour de l’établissement, provoquant ainsi des inondations en saison des pluies.

 

L’unité Genre et la section Stabilisation et relèvement de la MINUSMA, en collaboration avec la Clinique Juridique DEMESSO (en bambara ‘’la maison de l’aide’’), ont initié un Projet à impact rapide afin de remédier à cette situation. Tous ces acteurs ainsi que la Direction, les membres du personnel de l’établissement et l’entrepreneur malien en charge des travaux, se sont réunis, mardi 29 mars 2016 dans la cour de la prison, autour d’une brève mais symbolique cérémonie de remise de ces installations.

Ces travaux de réhabilitation ont portés sur la construction de deux toilettes pour les visiteurs et pour le personnel, la réalisation de canalisations pour éviter la stagnation des eaux de pluie dans la cour de détention et l’amélioration du hangar qui sert de cuisine, avec la construction d’un mur pour le rendre fonctionnelle en toute saison. Par ailleurs, concernant le château d’eau, des premiers travaux ont également été effectués. Un autre projet permettra très prochainement de le rendre opérationnel afin de mettre un terme définitif au problème d’approvisionnement du centre en eau potable.

S’associant aux remerciements adressés à la MINUSMA et à DEMESSO par Mme Maiga, la Directrice de l’Etablissement, M. Dramane Sidibé son adjoint, a souligné les autres problèmes auxquels le centre fait face. Il s’agit notamment des coupures d’eau en cours de règlement, le manque de matériel et de formateurs pour les ateliers d’apprentissage, mais aussi et surtout, la prise en charge sanitaire et nutritionnelle des enfants en bas âges qui accompagnent leurs mères détenues, ou encore la cohabitation des détenues adultes avec les mineures, faute de bâtiment pour ces dernières. Et le fonctionnaire de lancer un appel à la Mission des Nations Unies au Mali : «… que la MINUSMA ne s’arrête pas à ce niveau et qu’elle continue à corriger les insuffisances dont on vient de faire cas, cela nous ferait très plaisir. »

Appuyer les femmes dans plusieurs domaines

Au sein de la MINUSMA, l’Unité Genre a entre autre pour mission, d’appuyer les autorités maliennes à garantir la participation pleine et entière ainsi que la représentation des femmes, à tous les niveaux et surtout au début de la phase de stabilisation, y compris dans le cadre de la réforme du secteur de la sécurité et des opérations de désarmement, de démobilisation, de réinsertion et de réintégration et de la pleine mise en œuvre de l’Accord par les parties prenantes.

En général, à la MINUSMA, les projets à impact rapide relatifs à la justice et au secteur pénitentiaire sont pris en charge par la Section Justice et Administration Pénitentiaire ou encore par la Division des droits de l’Homme. Le présent projet lui, a pour but l’amélioration des conditions de vie et plus particulièrement des conditions d’hygiène de toutes les femmes détenues ou travaillant au centre de détention de Bollé. C’est donc dans ce cadre que cette unité a décidé d’accompagner sa réalisation.

La MINUSMA à travers l’Unité Genre et la Section Stabilisation et Relèvement, travaille déjà sur un autre projet, pour régler de façon pérenne l’épineux problème de l’eau potable au sein de l’établissement. D’autres projets sont également à l’étude par DEMESSO pour continuer à améliorer les conditions de vie des détenus et de celles et ceux qui les surveillent.

Minusma

PARTAGER