Renforcement des effectifs au Mali, craintes de l’ONU pour les civils

0
Des blindés français traversent un pont sur le fleuve Niger à Markala, le 22 janvier. | AFP
  • RENFORCEMENT DES EFFECTIFS

Les effectifs de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma), fixĂ©s Ă  3 300 hommes par la rĂ©solution 2085 du Conseil de sĂ©curitĂ©, pourraient doubler, a dĂ©clarĂ© mardi Youssoufou Bamba, l’ambassadeur de CĂ´te d’Ivoire aux Nations unies, lors d’un point du Conseil de sĂ©curitĂ© de l’ONU sur la situation au Mali.

“Les capacitĂ©s des groupes armĂ©s occupant le nord du Mali se sont rĂ©vĂ©lĂ©es fortes, car ils Ă©taient mieux Ă©quipĂ©s et entraĂ®nĂ©s que ce qui avait Ă©tĂ© anticipĂ©, a relevĂ© le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral adjoint pour les affaires politiques, Jeffrey Feltman. Il existe un consensus parmi les acteurs principaux rĂ©unis Ă  Bamako selon lequel le niveau de la force de la Misma, initialement estimĂ© Ă  3 300 hommes, doit ĂŞtre revu Ă  la hausse.”

Selon Youssoufou Bamba, dont le pays prĂ©side actuellement la CommunautĂ© Ă©conomique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CĂ©dĂ©ao), les pays membres de la CĂ©dĂ©ao mais aussi le Tchad, l’Afrique du Sud, le Rwanda, le Burundi ou la Tanzanie se sont engagĂ©s à contribuer en effectifs ou matĂ©riel au dĂ©ploiement de cette force africaine. La France a dĂ©jĂ  2 150 soldats sur le terrain et le nombre de militaires mobilisĂ©s pour l’opĂ©ration “Serval” pourrait atteindre voire dĂ©passer les 3 000 hommes, a dĂ©clarĂ© mardi une source proche du dossier. Selon le Guardian, les forces spĂ©ciales britanniques seraient aux cĂ´tĂ©s des militaires français dans le cadre la lutte contre les groupes djihadistes.

  • SOUTIEN DE L’ONU ET DE L’UE

Le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’ONU, Ban Ki-moon, a saluĂ© mardi l’intervention“courageuse” de la France au Mali mais a soulignĂ© les risques pour les humanitaires et le personnel de l’ONU sur place. M. Ban a rĂ©itĂ©rĂ© ses craintes concernant les consĂ©quences de l’opĂ©ration pour les civils et les droits de l’homme. “Des organisations terroristes menacent le mode de vie du peuple malien, et mĂŞme l’existence de l’Etat”, ajoute-t-il.

Lire : Les ONG s’alarment de la situation humanitaire au Mali

Dans une lettre adressĂ©e dimanche au Conseil de sĂ©curitĂ©, Ban Ki-moon prĂ©sente trois options pour appuyer la Misma : un soutien logistique bilatĂ©ral sans financement de l’ONU ; un soutien logistique total dans toutes les phases de l’opĂ©ration qui serait financĂ© par les contributions des Etats membres de l’ONU ; un soutien bilatĂ©ral aux opĂ©rations de combat suivi d’un appui de l’ONU aux phases de dĂ©ploiement des forces et de stabilisation. Il indique clairement que la deuxième option, celle d’un appui logistique total, ne lui plaĂ®t guère.

L’ambassadeur français Ă  l’ONU GĂ©rard Araud a indiquĂ© qu’au cours de consultations Ă  huis clos mardi soir il avait “continuĂ© à informer nos partenaires”de l’intervention française. Evoquant les annonces de troupes faites par plusieurs pays africains, il y a vu “une vĂ©ritable mobilisation de l’Afrique aux cĂ´tĂ©s de la France”. Il a aussi assurĂ© que les Etats-Unis allaient “contribuer de manière substantielle” au financement de la Misma, sans donner de chiffres.

L’Union europĂ©enne “est très favorable aux actions de la France au Mali” et “veutjouer un rĂ´le actif” pour rĂ©soudre la crise, a assurĂ© mardi la reprĂ©sentante de l’Union europĂ©enne pour les affaires Ă©trangères, Catherine Ashton. Dans une confĂ©rence de presse Ă  Lima oĂą elle Ă©tait en visite avant de se rendre au sommet UE-Celac (CommunautĂ© d’Etats latino-amĂ©ricains et caribĂ©ens) Ă  Santiago, MmeAshton a indiquĂ© que l’UE “reconnaĂ®t l’importance de ce que la France est en train de faire” au Mali. L’Union europĂ©enne a proposĂ© lundi d’organiser une rĂ©union internationale sur le Mali le 5 fĂ©vrier Ă  Bruxelles, avec l’Union africaine, la CĂ©dĂ©ao et l’ONU.

L’objectif de cette rĂ©union sera d’“assurer la meilleure coordination possible des soutiens pour rĂ©soudre la crise malienne sur les plans politique et sĂ©curitaire”, selon un responsable europĂ©en.

  • FERMETURE DE L’AMBASSADE DU JAPON À BAMAKO

Le Japon a dĂ©cidĂ©, mercredi 23 janvier, la fermeture temporaire de son ambassade Ă  Bamako, en raison de la dĂ©gradation des conditions de sĂ©curitĂ©, selon un communiquĂ© du ministère des affaires Ă©trangères. “Le personnel continuera son travail à partir de l’ambassade de France. Le personnel Ă©vacuera dès que les prĂ©paratifs seront achevĂ©s, soit vers le 27 janvier”, ajoute le ministère. Le Japon est encore sous le choc de l’attaque d’islamistes armĂ©s contre un site gazier dans le sud algĂ©rien, au cours de laquelle au moins sept employĂ©s japonais ont Ă©tĂ© tuĂ©s, et trois sont toujours portĂ©s manquants. Les assaillants entendaientagir en reprĂ©sailles Ă  l’intervention militaire en cours au Mali voisin.

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 23.01.2013

PARTAGER