Responsabilité sociale des entreprises : Les principes dans le domaine des droits de l’enfant lancés

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Présenter une approche cohérente afin de permettre aux entreprises d’accroitre les effets de leurs actions économiques sur les enfants, guider les entreprises dans leurs démarche de respect et soutien des droits de l’enfant à travers la présentation des actions positives pour soutenir les droits de l’enfant dans le lieu de travail, le marché et au sein de la communauté, sont les objectifs des principes régissant les entreprises dans le domaine des droits de l’enfant qui ont été lancés lundi 20 novembre sous la coprésidence du ministre de Commerce et de l’Industrie et celui des Mines.

La représentante résident de l’Unicef, Mme Françoise Ackermans et le ministre du commerce et de l’industrie, Abdoul Karim Konaté, lors de la rencontre

Basés sur les normes, initiatives et bonnes pratiques existantes dans les domaines de l’entreprise et des droits de l’enfant, les principes qui régissent les entreprises pour le respect et la promotion des droits de l’enfant ont été lancés hier à Bamako.  La cérémonie était coprésidée par les ministres du Commerce et de l’Industrie, et des Mines.

Pour l’Unicef et ses partenaires, la présentation des principes au Mali est un événement important. «  Elle fait suite à un processus entamé en 2010 avec le ministère du Commerce et de l’Industrie et vous tous, ici présents, à travers l’étude ; impact du secteur privé sur les droits de l’enfant « , a dit Mme Françoise Ackermans, représentante de l’Unicef au Mali. L’initiative a été aussi saluée par le représentant de Save Children et celui du Système des Nations unies au Mali, coordinateur humanitaire.

Aux dires de la représentante de l’Unicef, il n’est point exagéré de souligner que les principes représentent une avancée historique en matière de droits humains.

Dr. Moussa Sissoko qui a présenté les dix principes  a démontré que les principes définissent la façon dont les entreprises peuvent intégrer le respect et le soutien des droits de l’enfant dans leurs activités principales, leurs stratégies d’investissement social et d’actions philanthropiques, le plaidoyer et la mobilisation des politiques publiques ainsi que par le biais de partenariats.

Ces principes selon les organisateurs sont fondés sur l’énorme potentiel que possèdent les entreprises, grandes ou petites et visent à soutenir les bonnes pratiques commerciales.  » Ils incitent l’ensemble des entreprises à évaluer l’impact de leurs activités sur le bien être des enfants et à assumer leur responsabilité en la matière « .

Elaborés par l’Unicef, le Pacte mondial des Nations unies et Save the Children, ces principes constituent selon les organisateurs le premier ensemble complet des principes destinés à guider les entreprises dans leur démarche de respect et de soutien des droits de l’enfant sur le lieu de travail, les marchés et dans leurs relations avec les communautés.

Pour Abdel Kader Konaté, ministre du Commerce et de l’Industrie, ce lancement est le couronnement du partenariat dynamique et fécond noué en 2010 entre l’Unicef et son département qui s’est traduit par la réalisation de l’étude relative à l’impact du secteur privé sur les droits de l’enfant eu Mali et la mise en place d’une plateforme du secteur privé pour l’enfance regroupant une dizaine d’entreprises pilotes.

 »  C’est pourquoi nous devons réfléchir sur les modalités de contractualisation entre l’Etat, le secteur privé et les collectivités locales, pour une reconnaissance de la responsabilité sociale de l’entreprise en faveur des droits de l’enfant et un engagement formel pour l’application des principes y afférent « , a soutenu le ministre du Commerce.

                           Fatoumata  Mah Thiam KONE

 

 
SOURCE:  du   21 nov 2012.