Résultats d’un sondage d’opinion après le départ de Cheick Modibo Diarra et sur le processus de sortie de crise : – 73% des sondés pour la guerre au Nord et les élections après – IBK, Cheick Modibo, Dioncounda, Amadou Haya Sanogo, acteurs préférés des Bamakois

10 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Depuis le mois de mars 2012, le Mali connaît une crise sans précédent : le pays est scindé en deux, le président ATT (démocratiquement élu) est évincé du pouvoir, l’ex-premier ministre Cheick Modibo Diarra vient de rendre sa démission de façon peu commode. La nouvelle donne a consisté à la nomination de M. Diango Cissoko comme chef du gouvernement. Ainsi, cette crise qui secoue  le pays, a pris des dimensions inattendues (la situation pourrait durer plus que prévu). Devant une telle impasse, il importe de recueillir l’avis de la population malienne sur le processus de sortie de crise. Ce sondage se veut neutre vis à vis des partis politiques, du nouveau et de l’ancien gouvernement, des putschistes et des organisations internationales.

Sidiki Guindo

Avec la situation difficile que vit notre pays, notre curiosité de statisticien combinée à celle du chercheur nous a encore  poussé à recueillir l’avis des Maliens sur différents aspects du processus de sortie de crise. Les résultats de cette étude peuvent aider le nouveau gouvernement et les Etats amis du Mali à prendre des décisions pour la gestion de la crise. L’ancien gouvernement peut tirer de ces résultats différentes leçons le concernant et l’ex-premier ministre Cheick Modibo Diarra pourra savoir ce  que la population retient de lui et de son gouvernement.

Nous avons cherché à répondre aux questions suivantes : la population est-elle satisfaite du départ de CMD (Cheick Modibo Diarra). La population est-elle satisfaite de la manière dont il a été contraint de démissionner ? Selon la population, quels ont été les points positifs et les points négatifs du gouvernement CMD ? Quel est l’avis de la population sur la nomination de M. Diango Cissoko et son gouvernement ? Selon la population, quels sont les pays ou groupes de pays qui aident les rebelles plutôt que le Mali ? La population est-elle favorable à l’utilisation de la force pour récupérer le nord ? La population  est-elle toujours satisfaite du comportement général des putschistes ?  Quelle est la cote de popularité des différentes personnalités  auprès des Maliens ?

Le sondage d’opinion a été réalisé les 23 et 24 décembre (soit environ 10 jours après la démission de CMD)  auprès de 1 518 personnes de 18 ans et plus. La pertinence scientifique de cette étude est à deux niveaux : -une conception rigoureuse de l’étude : la conception théorique de cette étude respecte toutes les théories d’un tel sondage;

-des outils statistiques appropriés pour l’analyse des résultats de l’enquête : différents outils ont été utilisés et nous nous sommes assurés de la pertinence de chaque outil avant son utilisation.

Pour cette  étude, nous nous sommes limités au district de Bamako. Les résultats de l’étude ne sont donc pas extrapolables au niveau national. Cependant, le poids du district n’est pas négligeable dans la perception de la situation que vit le pays. Par ailleurs, les résultats de la capitale ne sont pas sans liens avec les résultats globaux du pays. Il serait cependant intéressant d’effectuer dans un futur proche un sondage au niveau national afin de cerner l’avis du peuple dans la gestion de cette crise car il est très souvent important de tenir compte de l’opinion du peuple dans la gestion de telles crises.

L’enquête utilise la méthode des quotas (cette méthode est la plus utilisée dans le monde des sondages d’opinion). Les variables de quotas utilisées sont : la commune, le sexe, et l’âge. Nous avons enquêté les 1 518 personnes réparties proportionnellement entre les six communes du district. Cette taille, qui respecte l’ensemble des hypothèses à vérifier pour l’estimation des paramètres, correspond à une précision de 2,6% au niveau du district. Cette première contribution traite en partie les questions soulevées ; l’ensemble des résultats sera rédigé sous forme de rapport d’étude dans les semaines à venir.

La population est-elle satisfaite du départ de Cheick Modibo Diarra ? À la question de savoir si le fait que CMD ne soit plus le premier ministre du Mali est une bonne ou mauvaise chose pour le pays, 43% des personnes déclarent que ceci est une mauvaise chose, 40% trouvent que c’est une bonne chose et 17% sont neutres par rapport à la situation. La proportion relativement élevée (40%) de personnes satisfaites du départ de l’ex-premier ministre montre que sa personnalité ne semblait  pas  être à la hauteur des attentes ou qu’il existait un réel problème de communication entre l’ex-premier ministre et la population. Cette situation mérite d’être étudiée surtout quand on sait, selon les résultats de notre premier sondage (juste après le coup d’Etat) sur la crise, qu’environ 80% de la population était satisfaite du comportement général de CMD et de la composition de son gouvernement.  Selon les résultats du sondage actuel, seulement 65% (contre 80% lors de sa nomination) gardent  une opinion favorable de l’ex-premier ministre…

La population est-elle satisfaite de la manière dont l’ex-premier ministre a été contraint à la démission ? La majorité des personnes n’a pas apprécié la manière dont l’ex-chef du gouvernement a quitté le pouvoir. En effet, 70% de la population ne sont pas d’accord avec cette manière, 12% sont neutres et 18%  approuve la méthode.

Selon la population, quels ont été les points positifs et négatifs du gouvernement CMD?

En termes d’appréciation des actions du gouvernement CMD, 61% sont satisfaits des actions exécutées par ce gouvernement ; 66% estiment que la corruption a  diminué sous le gouvernement CMD, 29% pensent que la corruption est restée au même niveau et seulement 5% pensent qu’il y a eu une augmentation du niveau de la corruption.

À la question de savoir quels ont été les points positifs du gouvernement CMD? 38% citent la lutte contre la corruption et le fait de lutter pour  un concours crédible au niveau de la fonction publique ; 11,8% ont cité la baisse du coût de la vie. Concernant les points négatifs, la réponse dominante est le fait que l’objectif principal du gouvernement, qui est la libération du nord, ne soit pas atteint (21,4% citent cette réponse) ; 18% de la population pensent que le principal point négatif est la non collaboration  avec les autres acteurs de la crise ainsi que la non collaboration avec le Président par intérim. De plus, à la question de savoir le défaut principal de CMD lui-même, 23,5% répondent qu’il y a un manque de collaboration avec les autres, le non respect de l’autorité du Président et le fait d’être catégorique sur ses décisions ; 8% pensent qu’il cherchait à être Président au lieu de s’occuper de la récupération du nord.

La population reste t-elle encore satisfaite du comportement général des putschistes ?

À la question de savoir si les sondés sont satisfaits ou pas du comportement général des putschistes, seulement 36% de d’entre eux se disent. Alors que cette statistique était de 60% lors de notre premier sondage qui a eu lieu juste deux semaines après le coup  d’État de mars 2012. Le capitaine Sanogo doit-il tenir compte de ces résultats dans ses prises de décisions?  Son groupe, qui était bien apprécié au lendemain  du coup d’État, a largement perdu en notoriété auprès de la population. L’espoir placé aux putschistes ne semble donc pas encore atteint. Cependant, il convient de respecter notre armée et de lui rester solidaire afin qu’elle puisse avoir le moral nécessaire pour affronter cette rébellion.

La population veut-elle l’utilisation de la force pour récupérer le nord ? Pour cette statistique, 73% de la population optent pour une utilisation de la force pour récupérer le nord. La population a donc largement changé d’avis sur l’utilisation de la force. En effet lors de notre premier sondage, seulement 54% des personnes étaient favorables à l’utilisation de la force, aujourd’hui 73% sont pour l’usage de la force. De plus 62% sont favorables à l’envoi de troupes étrangères, 25% sont contre et 11% se disent neutres.

Selon la population, quels sont les pays ou groupes de pays qui aident  les rebelles? L’Algérie, la Mauritanie et le Burkina Faso sont les plus négativement appréciés dans le processus de sortie de crise. En effet, 61% des personnes pensent que l’Algérie aide surtout les rebelles au lieu du Mali;  52% pensent la même situation pour la Mauritanie alors que cette statistique est de 49% pour le Burkina Faso. Concernant la France, seulement 13% estimsent que ce pays aide les rebelles au lieu du Mali. Lors de notre premier sondage, jusqu’à 55% des personnes pensaient que la France aide surtout les rebelles. L’amélioration de l’image de ce pays auprès de la population peut s’expliquer par l’arrivée de François Hollande au pouvoir ainsi que les positions de ce nouveau Président face au sort des africains. Concernant les pays ayant une très bonne appréciation du processus de sortie de crise, 83% des sondés pensent que le Niger aide le Mali; 67%  pensent la même chose du Sénégal.

L’opinion de la population sur le Président par intérim ? À la question de savoir quelle est votre opinion sur le Président de la République par intérim (SE Dioncounda Traoré),  nous avons 54,5% qui ont un avis favorable. Pour rappel, lors de notre dernier sondage, seulement 44% de la population avaient un avis favorable  au Président de la République par intérim. On a donc une amélioration de plus de 10 points de l’image du Président par intérim. Cette situation peut s’expliquer par deux facteurs: notre Président a été victime d’une agression physique, la population aurait donc de la compassion pour lui  surtout que dans son discours il s’est montré au dessus de la mêlée en déclarant qu’il a pardonné à ses agresseurs et que c’est le Mali qui compte ; le deuxième facteur serait son comportement dans la gestion de la crise: le Président a su éviter toutes les querelles inutiles liées à la gestion du pouvoir (l’ex-Premier Ministre, lui, ne semble pas pouvoir se maintenir auprès des putschistes).

L’opinion de la population sur Diango Cissoko et son gouvernement? Concernant l’opinion des personnes sur le gouvernement Diango Cissoko, il faut noter que 72% de la population se déclarent satisfaits de la composition de son gouvernement. Ce taux élevé corrobore bien le taux de satisfaction de 79% par rapport au premier gouvernement CMD car la composition des deux gouvernements est très proche. Cependant, il appartient au premier ministre, M. Diango Cissoko, de savoir ce que le peuple attend de lui et de son  gouvernement.

L’opinion de la population sur la durée que peut avoir cette crise et l’organisation des élections avant la récupération du nord ?

À la question de savoir combien de temps pourrait durer cette crise, il ressort de nos résultats   qu’environ 80% de la population pensent que la crise pourrait encore durer  au moins six mois. On a  plus de 50% (exactement 55%) de la population qui pensent que la crise pourrait encore durer au moins un an. Concernant l’organisation des élections avant la récupération du nord, il faut noter que la majeure  partie de la population est contre cette forme d’élection. En effet, 73,8% de la population sont contre l’organisation des élections tant que le nord reste sous occupation alors que seulement 25,7% sont pour. Pour le moment, la majorité de la population n’est donc pas acquis à une organisation des élections présidentielles avant la récupération du nord.

L’opinion de la population sur différentes personnalités du pays

Nous présentons ici la proportion de personnes ayant un avis favorable sur une personnalité donnée (le complément à 100% de cette statistique est composé des avis neutres et défavorables). Selon nos résultats, la personne ayant le plus d’avis favorables est le président du RPM (IBK), cette personnalité a 75% d’avis favorables (il avait 76% lors de notre dernier sondage). Il est suivi de l’ex -premier ministre Cheick Modibo Diarra avec 65% (ce dernier avait 78% lors de notre dernier sondage et venait en première position). Par ce score, on  comprend que la population n’est pas contre Cheick Modibo Diarra mais contre sa manière de gérer la crise (le gouvernement CMD semblait ne pas communiquer sur le processus de sortie de crise). La troisième position est occupée par le Président par intérim avec 54.5% (ce dernier n’avait que 44% lors du sondage précédent). On constate que son S.E. Dioncounda Traoré est celui qui a le plus amélioré son image entre les deux sondages. Le capitaine Amadou Haya Sanogo se voit attribuer 43% d’avis favorables (alors qu’il avait jusqu’à 65% lors du sondage précédent). Le président ATT a 33,7% d’avis favorables (il avait 33% au sondage réalisé environ deux semaines après le coup d’État).

Guindo Sidiki

 Ingénieur Statisticien- Économiste, guindosidiki@yahoo.fr 

SOURCE:  du   8 jan 2013.    

10 Réactions à Résultats d’un sondage d’opinion après le départ de Cheick Modibo Diarra et sur le processus de sortie de crise : – 73% des sondés pour la guerre au Nord et les élections après – IBK, Cheick Modibo, Dioncounda, Amadou Haya Sanogo, acteurs préférés des Bamakois

  1. sf

    Merci de permettre aux maliens d’avoir une idée de plus sur la situation du pays

  2. Victor Kanne

    Merci Guindo.
    C’est un bon travail. Mettre ta compétence, ta formation, ton temps tes ressources financières à la disposition de ton pays sans attendre une rénumeration particulière. C’est une action à encourager. Tu es un vrai homme de développement. C’est ce qu’on attend de ceux qui aspirent au pouvoir ou à gérer l’argent du contribuable.
    Encore pour nos dirigeants il est recommandé, pour une bon prise de décision, de tenir compte de l’opinion de toute la population et aussi de considérer les chiffres avant de décider que de tenir compte seulement des éloges de ses partisans ou de son entourage.
    Merci de mettre à disposition des décideurs des chiffres sur l’opinion de la population quant à améliorer la méthodologie ou les approches et les résultats dans les proches publications.

  3. Amadeus

    Heureusement que ce n’est que 1800 personne qui donne des avis si favorable de certaine personnalité.

  4. tz27

    Bamako est la capitale du Mali. Ce n’est pas le Mali. En Afrique, les populations qui vivent dans la capitale ne sont pas représentatives.

  5. Lasstuss

    Merci Guindo, c’est tres édifiant…..maintenant je te souhaiterais que tu étendes les échantillons des tes futures études (si les moyens te le permettent) aux autres régions du pays………………

  6. Kadi

    :twisted: :twisted: :twisted: :twisted: :twisted: :evil: :?:

  7. Hadarémen

    Mr Guindo, j’admire ta bonne volonté dans la gestion de cette crise que nous vivons. En ma qualité de statisticien, je pense qu’il te faut faire attention dans le choix de tes variables de quotas utilisées.
    Il n’est pas évident que les variables que tu utilises soient bien appropriées, et je me demande si ça n’a pas créé un biais dans l’évaluation du jugement sur CMD! Après que CMD soit relevé, j’ai rarement vu des Bamakois satisfaits de ses actions, c’est juste la forme de sa démission qui n’est pas suffisamment appréciée!

    • kabako12

      Tu n’es même pas à Bamako, comment tu peux juger ce qui se passe là-bas ?

      • Hadarémen

        C’est parce qu’on écrit hors de Bamako qu’on ne peut pas juger ce qui s’y passe? On peut être de passage au Burkina, en mission. Et puis on a plus besoin d’être sur place pour savoir de qui se passe avec tout ce qui existe comme technologie de l’information! l’ORTM, la presse écrite, les radios libres maliennes sur internet, les réseaux sociaux, le téléphone portable?…. Je ne sais pas comment en Mauritanie toi tu t’informes!

    • Lasstuss

      En parlant de quota, toi tu as causé avec combien de Bamakois, fais plutôt une étude comme celle-ci pour contester les résultats au lieu de te baser sur ce qu’une poignée de Bamakois disent!!!!!!!!