Révision constitutionnelle : Une marche gigantesque prévue pour le 1er juillet

13
Directoire de la plateforme AN TÊ, À BANA : Non à la révision constitutionnelle

Les membres de la Plateforme « Antè, A bana Touche pas à ma Constitution» ont fait la restitution de la marche du 17 juin contre le référendum constitutionnel lors d’une conférence de presse le 21 juin à la Pyramide du souvenir. «Le président doit comprendre que ceux d’en face ne sont pas des enfants capricieux. Rien ne nous fera reculer, ni intimidation ni menaces », a déclaré Sy Kadiatou Sow devant un parterre de journalistes, faisant allusion à la réaction d’IBK  à la marche du samedi dernier.

«Nous pouvons comprendre que le président soit en colère, mais ce que nous ne pouvons pas comprendre est que le chef de l’Etat ne puisse pas maîtriser sa colère. C’est un mouvement qui est enclenché, s’ils sont en ordre de bataille; nous, nous sommes en ordre de marche», a commenté la porte-parole de la Plateforme.

Au moment où se tenait la conférence de presse de la Plateforme « An tè, A bana », le gouvernement a pris en conseil de ministres la décision de reporter la tenue du référendum  à une date ultérieure. Mais cette éventualité avait été prévue par les conférenciers. « S’ils reportent la tenue du référendum afin de reculer pour mieux sauter, nous allons sauter plus loin qu’eux. On souhaite que le président nous écoute, nous ne voulons pas qu’une autre crise s’ajoute à celle que notre pays connait », a indiqué la porte-parole de la Plateforme.

Selon Sy Kadiatou Sow, la marche du samedi dernier a été à la fois un évènement historique et une prouesse, mais cela ne doit pas faire oublier la nécessité de mener plusieurs actions d’envergure pour faire barrage au référendum.

Ainsi, un appel a été lancé pour la mobilisation générale en vue d’une gigantesque marche synchronisée prévue pour le 1er juillet au Mali et dans plusieurs pays étrangers. En attendant, une marche se tient aujourd’hui (22 juin) dans la ville de Sikasso dont le collectif des opposants à la révision constitutionnelle a été reçu hier par les membres de la Plateforme « Antè, A bana ».

La cité du Kénédougou emboîte ainsi le pas à la ville de Mopti qui a marché hier contre le référendum constitutionnel. Avant la marche synchronisée, les actions se poursuivront après la fête du ramadan avec des meetings dans différentes localités où il y aura deux meetings par jour. « A  partir du 27 juin, un meeting sera organisé en Commune IV et en Commune V. Le 28 juin, ce sera le tour de la Commune VI et la Commune I. Si d’ici là il n’y a pas un changement, nous continuerons le 8 juillet », a expliqué la porte-parole de la Plateforme « Antè, A bana, Touche pas à ma Constitution».

Sy Kadiatou Sow est également revenu sur la lettre que la Plateforme a adressée au président de la République après la marche. Dans cette correspondance, les animateurs du mouvement demandent à IBK de sursoir à la tenue du référendum du 9 juillet, le retour de l’administration dans les localités où l’Etat n’est pas présent et la relecture du texte proposé avant d’entamer tout processus de révision de la Constitution.

A en croire Sy Kadiatou Sow, le nombre des opposants au référendum s’agrandit de jour en jour, car des syndicalistes se sont joint au mouvement. Après le Syndicat libre des magistrats(SYLIMA), la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (CSTM), l’adhésion de l’Union nationale des travailleurs du Mali(UNTM) et du Collectif des 60 marchés de Bamako a été annoncée aux membres de la Plateforme.

Un des conférenciers, Dr. Bréhima Fomba, a balayé d’un revers de la main l’argument consistant à mettre en avant l’Accord d’Alger. «Dans le texte proposé, il y a aucune préconisation au titre de l’Accord d’Alger. La seule préconisation de l’Accord d’Alger est la question du Senat que nous rejetons d’ailleurs. On a jeté à la poubelle la proposition du comité d’expert et on est allé fabriquer un autre texte », a fait savoir Dr. Fomba.

Selon ce constitutionnaliste, les passages relatifs à l’accord à travers la décentralisation (de l’article 92 à 97 ) ont été rejetés par les députés. Mais, dit-il, ces passages peuvent revenir car à la demande du président de la République on pourra réviser la Constitution sans référendum si le nouveau texte venait à remplacer la Constitution du 25 février 1992.

Soumaila T. Diarra

PARTAGER

13 COMMENTAIRES

  1. ne vous trompez pas ,le peuple n’est pas ceux qui sont dans la rue , ou qui est dans l’éternel contestation ou qui tente un éternel recommencement .de 2012 à 2018 le Mali n’est plus ce qu’il étais . la révision de la constitution est une très bonne chose pour le confort et la stabilité du pays . votez oui ,oui ,oui

  2. PARCE QUE SES AMIS CRIMINELS DE LA CMA ET DE ANÇAR ED-DINE NE VEULENT PAS SE CONFORMER AUX LOIS DE LA RÉPUBLIQUE, MAFIA LADJI VEUT QUE CE SOIT LA LOI FONDAMENTALE QUI SE PLIE AUX CAPRICES DE QUELQUES DIZAINES DE MALFRATS QUI LUI FONT PEUR !!

    ANW TÊÊÊ WA AN SÈBÈKORO TÈ !!

    Nous voulons maintenant que ce soit IBK qui quitte.

    🔪🔪🔪🔪🔪🔪🔨🔨🔨🔨 IBK DÉGAGE !! 🔫🔫🔫🔫🔫🔫🔫🔫🔫🔫

  3. Si I.B.K continue à faire le malin, la prochaine marche ne sera plus une simple marche contre la révision constitutionnelle, mais une insurrection populaire. Il n’a pas compris que les Maliens ne se laisseront plus niquer comme aux dernières élections où, la majorité des électeurs a voté pour lui. C’est simplement parce que les gens ne savaient pas que l’homme a changé entre temps. Ils n’avaient pas compris que l’or pur s’est transformé en plomb depuis longtemps. Désormais, il devra faire attention à ses faits et gestes. L’entêtement ou le passage en force risquent de lui être fatal. Plus personne ne pourra imposer aux Maliens par la force, quelque chose qu’ils ne comprennent pas. Ils ne comprennent pas la nécessité et l’urgence de cette modification abusive des règles du jeu. L’objectif visé est clair et net, il veut tout simplement transmettre le pouvoir à son voleur de fils, avec lequel il a dépouillé les caisses de l’état. Ils ont détourné les fonds destinés à l’équipement de l’armée, et cela, les Maliens le savent. Craignant pour lui après son départ du pouvoir, il croit avoir trouvé la solution de le mettre à l’abris de manière légale? afin qu’il échappe à la justice. Les casseroles que traînent le petit, ne sont pas de tailles raisonnables, c’est pourquoi, son père sachant qu’il sera dans le viseur de la justice, veut le mettre à la tête de Sénat pour pouvoir lui succéder à la loyale, et bénéficier d’une immunité. Mais, les Maliens ne l’entendent pas de cette oreille. Il sont contre la concentration de tous les pouvoirs entre les mains inexpertes de cet incapable et incompétent vaurien de Président, n’ayant plus aucun respect pour le peuple. Les Maliens ont voulu lui faire comprendre, que sans eux, il n’est rien du tout. Connaissant ce crétin d’I.B.K, seule une insurrection populaire peut l’empêcher de conduire son référendum. Il y tient comme si sa vie en dépendait. Il n’avait qu’à tenir son rejeton loin des affaires de l’état. Il doit comprendre aussi, que ce n’est pas de cette façon qu’on devient Président. Abdoulaye Wade qui avait lui aussi son Karim, l’a appris à ses dépends. La monarchisation ne passera pas, et la dévolution monarchique du pouvoir aussi. Le 1er juillet, si I.B.K a de la chance, son régime s’écroulera avant le terme de son mandat. Et, comme c’est une transition qu’il cherche avec son référendum, les Maliens lui expliqueraient la manière de la conduire. Si I.B.K croit que les Maliens voteront massivement pour lui comme la dernière fois, il se trompe énormément. C’est parce que les gens ne l’avaient pas vu à l’épreuve. Maintenant qu’ils ont compris, même dans son parti certains n’en voudraient pas. I.B.K est une déception, son régime est une déception, et son élection aussi. Qui pouvait imaginer que I.B.K allait gouverner ce pays de façon? Qui pouvait croire que I.B.K était un cleptomane, un menteur, un vulgaire dictateur, un imposteur? On dit de lui qu’il est têtu , mais têtu envers qui et quoi? Si c’est avec le peuple, il est niqué car, les Maliens n’ont pas eu peur de Moussa Traoré, ce n’est certes pas un petit rigolo d’ivrogne qui les empêchera de s’exprimer dans la rue. S’il n’a pas de chance, il aura son trou dans la tête lui aussi comme Dioncounda, et avec le même marteau. Ce ne seraient pas les militaires qu’il gave au macaroni tous les jours, qui empêcheraient les populations d’aller le chercher jusque sous son lit, s’il le faut. Avec un trou au marteau dans la tête, il sera un peu plus sage. Dioncouda au sortir de cette épreuve est devenu beaucoup plus sage. Peut-être que I.B.K devra essayer le marteau, cela l’aidera certainement à descendre de son nuage. Comment le pouvoir peut rendre les gens fous! Il y’en a qui comprennent, d’autres, les plus têtus ne comprendraient que lorsqu’ils auraient reçu le coup de pied fatal dans le cul. Et I.B.K est de ceux-là. Quel crétin celui-là!

  4. Des gens qui ont participé activement à la destruction de ce pays. Tout le bruit de cette dame n’est autre que le fait qu’elle n’est pas à la table du festin. Ne vous tromper pas,elle n’est pas patriote.

  5. 1)Nous disons et rappelons aux maliens et maliennes jeunes vieux vieilles vivants dans les villes et les campagnes ILS ONT ÉTÉ ADMIRABLES DIGNES FORMIDABLES MAGNIFIQUES RESPONSABLES tel indiqué dans votre hymne nationale

    *QUAND LES ENNEMIS ONT DÉCOUVERT LEURS FRONTS AU DEDANS EN DÉCHIRANT PIÉTINANT BAZARDANT BRADANT DÈNATURANT FALSIFIANT TRIPATOUILLANT LA CONSTITUTION LOI SUPRÊME

    *VOTRE MALI VOUS A ALORS APPELÉ ET POUR SA DIGNITÉ ET SA PROSPÊRITÉ VOUS ÊTE TOUS SORTIS UNIS DEBOUT SUR LES REMPARTS RESOLUS DE MOURRIR

    2)Nous disons et rappelons tel indiqué dans votre hymne nationale

    *POUR VOTRE MALI VOTRE COMBAT DOIT ÊTRE UNITÉ POUR LA DIGNITÉ RETROUVÉE

    *VOUS DEVEZ RESTER DEBOUT VIGILENTS DANS LES VILLES ET CAMPAGNES POUR LA PATRIE EN MARCHE VERS UN AVENIR RADIEUX POUR TOUT LE MONDE

    *VOUS DEVEZ BIEN RENFORCER VOS RANGS POUR LE SALUT PUBLIC ET FORGER LE BIEN COMMUN

    *ENSEMBLE AU COUDE Á COUDE FAITES LE SENTIER DU BONHEUR

    *LA VOIE EST TRÈS DURE TRÈS DURE QUI MÈNE AU BONHEUR COMMUN COURAGE DÉVOUEMENT ET VIGILENCE Á TOUT MOMENT

    *LA VÉRITÉ DE TOUS LES JOURS LE BONHEUR PAR LE LABEUR FERONT LE MALI DE DEMAIN

  6. La mine d’or vivante Malienne dit non a une revision de la constitution de 25 fev 92.Cette revision est politique et juridiquement impropre vu le moment actuel d’insecurite au Mali .
    La marche dans le ramadan a ete un succes et quant les hommes et femmes vont boire le 1 er juillet sera collosale .Sortez les jeunes vous avez le temps et l’avenir est a vous .

  7. LE 1 JUILLET SANS OUBLIER LE 9 JUILLET AUSSI .QT LA POPULATION DIT NON ON DOIT L’ECOUTER C’EST UN E SIMPLE QUESTION DE BON SENS .
    nOS FORCES DE L’ORDRE SONT OCCUPES A D’AUTRES CHOSE POUVOIR NE LES DISTRAYES PAS .
    NON A LA REVISION CONSTITUTIONNELLE AU MALI .NON A LA ROYAUCRATIE .Les Maliens ce sont battu pour etre libre de la france et de Moussa Traore .ILs ne sont pas prets a se lier les mains pour Le RPM .

  8. Que Dieu preserve la République contre une hysterie collective et contre une cécité du pouvoir.
    L’absolu est relatif.
    Que la mégère nationale (KS) ne rentre pas en transe contre la République.
    Pur que subsiste la République.

  9. Il s’agit de l’avenir de notre pays qui est loin d’une affaire du seul IBK, à ce titre je ne sais pas pourquoi IBK fait des menaces à l’endroit des maliens qui n’approuvent pas sa manière de faire? Il faut que IBK sache qu’il a 72 ans et que cette constitution qu’il veut imposer aux maliens restera au moins une vingtaine d’année après son régime, en ce moment quel âge il aura? plus de quatre vingt ans à cet âge, on n’a plus la force de faire de la politique, donc c’est plus jeunes d’aujourd’hui qui subirons les conséquences de cette mauvaise constitution. Une constitution est la loi fondamentale d’un pays donc elle doit obligatoirement obéir à l’esprit de loi de Montesquieu, sans cet esprit de loi, la loi ne sert à rien dans la gestion de la cité. Une loi qui ne tient pas compte des aspirations profondes du peuple est une loi qui servira qu’à décorer les tiroirs des bureaux de notre pays, car elle ne s’appliquera pas. Dans la mise en route d’une révision constitutionnelle, il faut absolument impliquer et très fortement tous les maliens, pour cela il faut prendre suffisamment de temps pour interroger toutes les couches de la société malienne. Même si cela dure plus d’un an et engloutit des milliards, l’enjeu en vaudra la chandelle. Aucune précipitation ne doit obliger IBK et ses hommes d’aller sans demander à toutes les étapes les maliens avant de prendre des décisions. Aujourd’hui les plus jeunes de cette époque démocratique ont au moins 18 ans et les plus âgés ont au moins 26 ans, à ce titre, croyez vous que vous pourriez les imposer quoi que ce soit et qu’ils l’acceptent en applaudissant comme dans le régime dictatorial? C’est fini cette période passée et qui est à jamais révolue dans ce pays.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here