Rupture de Jeûne en milieu universitaire : 1000 repas offert chaque jour par Temps d’Aide-Mali et Collège Horizon

0

Le Ramadan, est le neuvième mois du calendrier hégirien. Au cours de ce mois, les musulmans ayant l’âge requis ne doivent pas manger, boire, fumer ni entretenir de relations sexuelles de l’aube au coucher du soleil. C’est également un mois pendant lequel, les musulmans du monde entier doivent multiplier les actes de solidarité, surtout en faveur des plus nécessiteux.

Depuis maintenant 4 ans, l’association « Temps d’Aide-Mali » en partenariat avec l’école Collège Horizon, les parents d’élèves et les profs de Collège Horizon ainsi que la communauté Turque basée au Mali permettent à plusieurs étudiants maliens de rompre le jeun  dans la communion. Ce geste hautement symbolique est d’une importance capitale pour les bénéficiaires dont la plupart sont vraiment dans le besoin.  En effet, le mardi 21 juin dernier, notre équipe de rédaction s’est rendu à la faculté de médecine et d’odontostomatologie et la faculté de pharmacie de l’université des sciences des techniques et des technologies de Bamako. À notre arrivée, quatre cent (400) étudiants attendaient patiemment la rupture du jeûne au niveau de la cantine. Ils suivaient avec intérêt le jeune trésorier de l’IEEMA Alhousseyni Camara qui animait un thème sur la vie de l’Imam Boukary. Ce dernier dira à ces camarades que dans le Coran, Dieu annonce que le jeûne a été prescrit aux musulmans, comme il le fut auparavant aux Juifs, se référant ainsi à la pratique du jeûne durant Yom Kippour: «  Ô vous qui croyez, le jeûne [as-Siyâm] vous est prescrit comme il l’a été à ceux qui vous ont précédé, ainsi atteindrez-vous la piété. » Coran 2:183 (chapitre 2 Al-Baqarah, verset 183).

Pour recueillir le témoignage des bénéficiaires, notre équipe de rédaction a tendu son micro à quelques-uns d’entre eux. « Tous les mots sont minimes pour qualifier le geste des donateurs. Grace à eux, plusieurs étudiants qui ont leurs parents hors de Bamako et qui n’ont pas les moyens peuvent rompes leurs jeûne. Nous ne pouvons que prier pour eux, afin qu’Allah les gardes longtemps prêt de nous dans la santé et la prospérité », a bien voulu nous témoigné le jeune trésorier de l’IEEMA, Alhousseyni Camara. Abondant dans le même sens, une jeune étudiante qui n’a pas voulu que son nom soit cité a confié à notre équipe de rédaction que certains étudiants refusent de jeûné par manque de moyen pour subvenir la rupture. « N’eut avait pas été ces donateurs, je n’aurais jamais pu tenir car mes parents vivent en brousse et n’ont pas les moyens de me venir en aide. Les seuls ressources dont je dispose est ma bourse, alors que cela vient toujours en retard. Du fond du cœur, je remercie tous les donateurs et les souhaites beaucoup de bonheurs », a-t-elle dit avec presque des larmes aux yeux.

Selon M. Mesut Efiloglu, représentant officiel des donateurs, ce geste de communion est tout à fait normal. « Nous savons, les difficultés que nos frères et sœurs étudiants traversent  au quotidien. D’où l’importance de les venir en aides surtout pendant ce mois bénit de Ramadan », a-t-il dit. À en croire M. Mesut, chaque jour, ce sont mille (1 000) étudiants maliens dont 400 à la FMOS-FAPH/USTTB et 600 à la FST qui sont pris en charge par leur opération de dons.  « Incha-Allah, nous allons tout faire pour que la tradition se perpétue », a-t-il promis en guise de conclusion.

Rédaction

MALI’S NEWS

PARTAGER