Solidarité : Une caisse de collecte de fonds en faveur des enfants en situation difficile

0

Solidarité : Une caisse de collecte de fonds en faveur des enfants en situation difficileL’argent réuni grâce à la générosité du public sera reparti en toute transparence et en séance publique, lors de la célébration de la Journée de l’enfant africain en juin 2015

Les activités de la 2è semaine du Mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion dans notre pays dédiée aux femmes et aux enfants, ont été lancées mercredi. C’était au centre Aoua Keita sous la présidence du ministre de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Sangaré Oumou Ba. La cérémonie a été marquée par le lancement d’une caisse de solidarité en faveur des enfants en situation difficile.

Le ministère de  la Femme, de l’Enfant et de la Famille, en partenariat avec le ministère de l’Action humanitaire et de la Reconstruction du Nord, a saisi l’opportunité de cette 20è édition du Mois de la solidarité pour donner une dimension humaine toute particulière à la solidarité.

Parmi les obstacles structurels à la jouissance et au respect effectif des droits humains, la pauvreté est reconnue pour jouer un rôle déterminant. La crise institutionnelle et sécuritaire que connaît notre pays depuis janvier 2012 a aggravé cette situation et sérieusement entamé les progrès réalisés en matière de droits de l’Enfant.

La concrétisation de la politique nationale de promotion et de protection de l’enfant apparaît aujourd’hui comme une nécessité et nécessite l’implication de toute la société. Elle prône « une société démocratique qui garantit l’épanouissement de l’enfant grâce à la jouissance et au plein exercice de ses droits par une responsabilisation soutenue des parents, de la communauté, des collectivités, des entreprises et de l’Etat en vue de le préparer à une citoyenneté effective inspirée de nos valeurs socioculturelles ».

D’où une nouvelle stratégie engagée en faveur des enfants défavorisés. Elle prévoit d’impliquer la population dans la mobilisation des ressources pour la prise en charge des enfants en situation difficile. Les conditions de vie de ces enfants se trouveront améliorées à travers une gestion concertée, participative et transparente.

Une caisse pour recueillir les fonds sera installée dans les structures publiques et privées qui accepteront d’accompagner le projet (ministères, services publics et privés, alimentations, restaurants, pharmacies commerces etc., bref tous les lieux de concentration de la population). Facilement reconnaissable, la caisse métallique est de fabrication artisanale et rembourrée à l’intérieur par du bois. Elle comprend deux supports (sol et mur) pour renforcer sa sécurisation.

La mention « Caisse de solidarité pour les enfants » en français et en bambara figurera sur les différentes faces de la caisse. Une pièce de monnaie sera représentée à l’intention des non scolarisés. Ces caisses seront disséminées sur toute l’étendue du territoire national. Mais c’est Bamako qui accueille la phase test.

Pour un suivi rigoureux des fonds, un comité de gestion sera mis en place. Une collecte de fonds trimestrielle sera faite, à l’issue de laquelle, un compte sera ouvert dans une banque de la place. Ces fonds seront repartis en séance publique, lors de la célébration de la Journée de l’enfant africain le 16 juin 2015, selon des critères définis au préalable par un jury constitué à cet effet.

La présidente du parlement des enfants, Lala Wangara, a salué l’initiative même si elle reste partagée entre scepticisme et espoir en des lendemains meilleurs. Car, explique-t-elle, même si des efforts sont consentis ça et là pour le mieux-être des enfants, les dures conditions de vie de certains d’entre eux démontre que la situation demeure peu reluisante. Lala Wangara estime que beaucoup trop d’enfants sont privés de leur droit d’aller à l’école, d’être soignés et d’être protégés contre toutes les formes de violence, en dépit des sacrifices consentis par les autorités pour assurer le plein épanouissement des enfants.

Au delà du projet qui vient d’être lancé, la présidente du parlement des enfants a ainsi rappelé l’ambitieux chantier de construction d’un hôpital ophtalmologique en faveur des enfants, le lancement du projet excellence au féminin, l’appui matériel et psychosocial aux enfants victimes de la crise au Nord. Ces initiatives, pense-t-elle, doivent nous inspirer dans notre ambition de créer une  véritable culture de la solidarité.

Pour Mme Sangaré Oumou Ba, le lancement des caisses de solidarité en faveur des enfants vulnérables participe du renforcement de la solidarité. Selon le ministre, la solidarité doit être un acte de tous les jours, à tout moment et partout où l’on se trouve : en famille, au travail dans les lieux publics. Le département en charge de la Femme, de l’Enfant et de la Famille table sur une mobilisation générale pour favoriser la scolarisation des enfants en situation difficile, leur bien-être et leur épanouissement.

M. A. TRAORE 

PARTAGER