Lancement de la Campagne « Aucun Enfant Oublié » au Mali : Discours de Mme KEITA Aminata MAIGA, Epouse du Chef de l’Etat

0
Mme KEITA Aminata MAIGA, Epouse du Chef de l'Etat
Mme KEITA Aminata MAIGA, Epouse du Chef de l'Etat

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement ;
Monsieur le Gouverneur du District de Bamako ;
Monsieur le Maire de la Commune III de Bamako ;
Excellence Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs accrédités au Mali ;
Mesdames et Messieurs les Représentants Résidents du Système des Nations Unies au Mali ;
Mesdames et Messieurs les Partenaires au Développement du Mali ;
Monsieur le Directeur Pays de « Save the Children » ;
Messieurs les Leaders religieux, communautaires et de la société civile ;
Mademoiselle la Présidente du Parlement des Enfants du Mali ;
Mesdames et Messieurs de la presse publique ?privée et du RECOTRADE
Très Chers Enfants ;
Mesdames et Messieurs,

Il m’est particulièrement heureux de présider la cérémonie de Lancement Officiel de la nouvelle Campagne prioritaire « Aucun Enfant Oublié » portée par « Save The Children » en association avec les organisations de promotion et défense de droits des Enfants.

Je vous remercie tous pour votre présence

Mesdames et Messieurs,
De l’évaluation des OMD, il ressort de que des progrès indéniables ont été réalisés mais bien des goulots d’étranglement hypothèquent encore l’accès de millions d’enfants aux services spéciaux de base au nombre desquels la santé et l’éducation.

Nous le savons, il y a encore une majorité d’enfants qui ne jouissent pas totalement ou partiellement ou qui jouissent de façon inéquitable de leurs droits.

Le Sommet « Appel à l’Action » pour la survie de la Mère et de l’Enfant, tenu à New Dehli en INDE au mois d’Août dernier et auquel j’ai pris part, nous apprend que le taux de mortalité infantile a considérablement baissé dans l’ensemble des régions du monde, même dans les pays les plus pauvres.
Toutefois de nombreux défis entravent encore les efforts de réduction de ces mortalités dans notre pays. Nous perdons chaque année des milliers d’enfants de moins de 5 ans par suite de maladies évitables.

Au Mali, beaucoup d’enfants en âge d’être scolarisés ne sont pas inscrits à l’école. Les mariages précoces enlèvent à la petite fille tout droit de poursuivre sa scolarité, de pouvoir s’affirmer et de jouir d’une quelconque autonomisation et contribuer au développement de son pays.

Nos gouvernements successifs ont tous, manifesté et marqué leur volonté à faire de la promotion de l’enfant un axe prioritaire du développement du pays. En témoignent les différentes dispositions juridiques et législatives multiformes, en vue de renforcer la protection de l’enfant et plus singulièrement les enfants de couches.
Malgré tout, plusieurs défis demeurent.

C’est pourquoi nous saluons fortement l’élection du Mali aux côtés des 120 pays dans lesquels se déroulera une nouvelle campagne internationale en vue d’accélérer la réduction de la mortalité infantile et inverser la tendance.

Mesdames et Messieurs ;
Pour que cette initiative soit couronnée de succès et pour mériter la confiance de la communauté internationale qui a porté son choix sur notre pays, nous devons prendre conscience que bien des fléaux qui empêchent l’épanouissement des enfants ici et ailleurs ont une cause humaine ou en tout cas peuvent être éradiqués grâce au génie humain.

En effet, des enfants meurent, alors que la médecine est assez développée pour les sauver ; des enfants sont exclus de l’univers des connaissances, au moment où l’humanité dispose plus que jamais de moyens extraordinaires pour vaincre l’ignorance ; des milliers d’enfants restent victimes de toute sorte de violence, quand notre monde est dans les conditions des plus favorables pour améliorer la qualité de vies de nos populations les plus vulnérables.

Mesdames et Messieurs,
Notre devoir est de nous investir, du mieux que possible, pour réussir cette campagne qui nous demande dans ses objectifs stratégiques d’assurer le suivi et le développement des enfants ; d’assurer la « généralisation »du tiers-payant d’ici 2018, de protéger mieux les filles et bien les éduquer et de promouvoir une éducation de qualité.

Nous avons d’autant de chance de réussir cette campagne que nous bénéficions, encore une fois, du concours précieux de « Save the Children » dont nous saluons la constance et l’efficacité dans notre compagnonnage.

Nous adressons nos remerciements sincères vont à Monsieur Raphaël SINDAYE, Directeur Pays de « Save the Children », à toute son équipe du Mali et aux responsables régionaux et internationaux de l’Organisation pour leur confiance renouvelée au Mali

Dans le même esprit, nous exprimons notre profonde reconnaissance aux acteurs artistiques et culturels comme le jeune Sidiki DIABATE dont « le vent en pourpre » apportera certainement beaucoup à cette nouvelle campagne ; aux membres de la société civile et aux différents démembrements de l’Etat qui, en fonction de leur domaine de compétence, ne ménageront aucun effort pour faire de cette campagne une manifestation des plus utiles pour ouvrir à tous, et notamment les enfants, l’accès aux services spéciaux de base que sont la santé et l’éducation.

Nous sommes tous interpellés ! La Survie et l’Education de nos enfants sont indissociables des critères pour un développement durable.

Mes Chers Enfants
C’est avec une grande attention doublée d’une vive émotion que j’ai prêté oreille à vos messages de ce matin y compris le discours de la Présidente du Parlement des Enfant. J’ai entendu votre « Appel à l’Action ».En tant que Mère et Grand’mère, je ne saurais me soustraire à cette Campagne.

Je vous assure de mon engagement et de ma disponibilité à soutenir une telle initiative pour une meilleure promotion de la santé, de l’éducation et de la protection des enfants.

Mesdames et Messieurs,
Je souhaite succès à la nouvelle campagne et espère que les résultats répondront à toutes nos attentes quant aux avancées de l’agenda national sur les droits des enfants.

Je déclare officiellement lancée au Mali, la campagne « Aucun Enfant Oublié »

Je vous remercie !
Dieu bénisse le Mali et ses Enfants !

(Bamako – CICB, le 26 avril 2016)

Présidence de la République du Mali

PARTAGER