SOS pour Assa Diarra : Pour une césarienne mal faite, elle risque la vie si elle n’est pas opérée

8

La femme ou alors la mère de l’humanité est prête à tous les sacrifices pour avoir un enfant. Cependant, pour certains cas, l’accouchement peut engendrer des graves séquelles pour la vie de certaines pauvres femmes, pour d’autres, il leurs sera fatal. C’est pourquoi, elles méritent qu’on les rend hommage chaque matin.

vue du ventre de la pauvre Assa Diarra

Pour le cas, présent, il s’agit d’une jeune femme de 29 ans, en la personne de Assa Diarra, venue dans la capitale avec son mari, pour gagner leur vie en travaillant. Un beau matin, son mari, Oumar Tangara, a plié bagages et a disparu dans la nature au motif qu’il allait à l’aventure, sans aucune autre précision.

A cette époque, Assa était enceinte  de cinq mois avec deux petits enfants sous les bras. Elle s’est débrouillée avec la vente de médicaments connus sous l’appellation de “médicament par terre” pour pouvoir nourrir ses progéniture, payer le loyer. L’argent faisant défaut elle n’a pas fait de consultation prénatale.

Le jour J, au centre universitaire hospitalier Gabriel Touré, les médecins ont vu  qu’elle ne pouvait pas accoucher par voie basse, donc, il fallait passer par la césarienne qui était sa deuxième césarienne. Par la grâce de Dieu, elle a donné naissance à un petit garçon assez mignon d’âgé de onze mois aujourd’hui.

Quelques mois plus tard, éclatent des maux de ventre intenses, qui l’empêchent de vaguer à ses occupations. Conduit à Gabriel Touré par des bonnes volontés, le diagnostic révèle qu’elle doit être immédiatement opérée des séquelles de la césarienne. Mais nulle part dans ses papiers médicaux, il n’est mentionné de quoi, la pauvre souffre exactement. Quand même elle a été de nouveau opérée à 150.000 FCFA qu’elle a payés avec ses économies.

A peine, cette plaie cicatrisée, elle se rend compte que son pubis est enflé et son ventre bombé. De même que les douleurs qui refont surface. Mais cette fois-ci, les médecins selon ses dires estiment après analyses qu’elle souffre d’hernie ombilicale. Pour ce faire, l’opération coûtera la somme de 100.000 FCFA.

La douleur est tellement pénible qu’elle n’arrive plus à travailler pour pouvoir faire face à ses dépenses. Alors, Assa Diarra, malade, déprimée et contrariée, sollicite l’aide de tout un chacun, même si s’il ya de volontaires prêtent à lui accorder la somme en crédit pour qu’elle se fasse opérer.  Elle précise qu’elle  n’a pas de garantie, mais promet de rembourser une fois guérie. Alors âmes charitables, aidez cette jeune dame à rester auprès de ses enfants qui ont besoin d’elle.

Pour tout contact, appelez au 66 33 23 34  ou au 72 06 99 12. Le Tout Puissant vous en sera reconnaissant.                                           

 F. Mah Thiam KONE

 

 

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. slt tout le monde c’est dans ses cas pareil qu’on doit agir nous les femmes maliennes au lieu d’aller distribuer de l’argent n’importe comment.s’il sagit de nom on en treouvera 😥

  2. “” …….””
    Mais ça gagne beaucoup dans le « médicament par terre »
    Elle a réussi à économiser 150
    “”………” “” “” “” donc ça fait deux que le faux soi disant mari à disparu
    Je la souhaite une très guérison par la Grâce de Dieu

  3. Qu’elle se fasse établit un certificat d’indigence et après elle pourra prendre contacte avec le service social des hôpitaux du Mali.

    • Un camarade vient de me signaler que nous sommes dans le mois de solidarité, mois de luette contre l’exclusion

Comments are closed.