Urgence humanitaire au Mali

2

Le ComitĂ© international de la Croix-Rouge (CICR) appelle Ă  la mobilisation d’ici Ă  la fin de l’annĂ©e pour aider les habitants du nord du pays, assiĂ©gĂ© par les groupes islamistes armĂ©s.

La moitiĂ© de la population qui habite le nord du Mali, dans des rĂ©gions occupĂ©es depuis près de sept mois par des groupes islamistes armĂ©s, a besoin d’aide avant la fin de l’annĂ©e, a estimĂ© mercredi Ă  Bamako le prĂ©sident du ComitĂ© international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, au cours d’une confĂ©rence de presse. “La situation humanitaire est prĂ©occupante parce qu’une crise politique est venue se greffer sur une crise alimentaire avec des consĂ©quences sur les populations qui se sont dĂ©placĂ©es, qui n’ont plus de ressources. […] La gravitĂ© de la crise commence Ă  se faire ressentir”, a ajoutĂ© Peter Maurer, en appelant Ă  mobiliser 20 millions d’euros pour venir en aide aux victimes de cette crise complexe au Mali.

Pendant son sĂ©jour au Mali, il a Ă©tĂ© reçu notamment par le Premier ministre Cheick Modibo Diarra et s’est rendu Ă  Mopti (centre), oĂą il a rencontrĂ© des dĂ©placĂ©s et inaugurĂ© un centre de santĂ© de la Croix-Rouge malienne rĂ©cemment rĂ©habilitĂ©. Le patron du CICR avait commencĂ© sa visite lundi au Niger, pays voisin accueillant de nombreux rĂ©fugiĂ©s depuis la mi-janvier, dĂ©but des attaques contre l’armĂ©e malienne dans le Nord par des groupes armĂ©s qui ont fini par prendre le contrĂ´le de ces rĂ©gions il y a près de sept mois.

Des djihadistes alliés à al-Qaida, maîtres du nord du pays

Aujourd’hui, des djihadistes alliĂ©s Ă  al-Qaida en sont les maĂ®tres, après en avoir Ă©vincĂ© en juin des rebelles touareg indĂ©pendantistes qui ont menĂ© l’offensive avec eux.

Les derniers chiffres du Bureau des Nations unies pour la coordination des Affaires humanitaires (Ocha) publiĂ©s mercredi font Ă©tat de 412 401 personnes ayant “Ă©tĂ© contraintes de fuir” le nord du Mali “depuis le dĂ©but de la crise et Ă  cause du conflit”. Ce total comprend 203 843 dĂ©placĂ©s Ă  l’intĂ©rieur du pays et 208 558 rĂ©fugiĂ©s dans les pays voisins. Par ailleurs, selon Ocha, environ 4,6 millions de personnes sont considĂ©rĂ©es comme “en risque d’insĂ©curitĂ© alimentaire Ă  cause de la crise alimentaire et nutritionnelle, et du conflit” au Mali.

Une intervention militaire internationale en préparation

Une intervention militaire internationale est en prĂ©paration pour reconquĂ©rir le Nord. “Je veux insister sur le fait que la situation est vraiment prĂ©occupante. La crise est silencieuse, et quelle que soit l’option qui sera retenue pour rĂ©gler le conflit, il faut tenir compte des consĂ©quences humanitaires. […] Nous demandons Ă  tous les groupes armĂ©s de respecter le droit humanitaire”, a affirmĂ© Peter Maurer, appelant Ă  protĂ©ger les populations civiles. InterrogĂ© pour savoir s’il recommandait une solution militaire ou politique Ă  la crise dans le nord du Mali, il s’est refusĂ© Ă  tout commentaire.

Dans un communiquĂ© transmis Ă  l’AFP par le CICR, M. Maurer Ă©voque le risque important d’une “aggravation de la situation humanitaire dans cette rĂ©gion et dans l’ensemble du Sahel”. “En particulier, d’Ă©ventuels dĂ©ploiements militaires et une reprise des hostilitĂ©s dans le nord du Mali auront des rĂ©percussions inĂ©vitables et il faut ĂŞtre prĂŞt Ă  y rĂ©pondre”, prĂ©vient-il dans ce texte.

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. nous maliens nous devons demander d’abord q’ua nos militaires de se prĂ©parer pour cette reconquĂŞte de se considĂ©rer en guerre depuis le 17 janvier dernier jusqu’à la libĂ©ration total de nos rĂ©gions l’aide arrive mais elle ne viendra que lors’que l’on saura que l’armĂ©e malienne autrement dit les militaires maliens sont prĂŞt a mourir pour leurs pays ce qui reste a prouvĂ© encore une armĂ©e na pas de frontière a l’intĂ©rieur elle doit frapper partout au mali sans attendre qui que se soit sur certaines positions de ses occupants pour desserrer l’étau sur les populations qui souffres Ă©normĂ©ment cela fait 7 mois que nos parents souffres que ses gens sont entrain de dĂ©fiĂ© l’autoritĂ© publique en dĂ©molissant les rĂ©alisations religieuse et tous les symboles de l’état avec qui parler an sardine est plus dangereux comme le MNLA TROP C’EST TROP

Comments are closed.