Tabaski 2012 : Le prix à payer pour l’offrande sacrificielle

0

La Tabaski ou fête de l’Aïd-el-Kebir est la fête la plus importante pour la communauté religieuse musulmane. Cette fête rappelle la soumission d’Ibrahim ou Abraham selon la tradition juive qui s’apprêtait à égorger son unique fils. Elle sera célébrée dans notre pays vendredi 26 octobre. Un jour de joie, mais aussi de folles dépenses : habits neufs, plats copieux, un mouton de sacrifice à abattre.

En prévision de  cette importante fête, le ministre de l’élevage et de la pêche Makan Tounkara a rencontré les représentants des acteurs concernés, le lundi 15 octobre dans la salle de conférences de la  DFM de l’agriculture. Une démarche fort nécessaire quand on sait que la Tabaski est la plus grande fête au MALI où la population est majoritairement musulmane. Une fête qui  fait beaucoup dépenser, ne serait-ce qu’avec l’achat des moutons, l’offrande sacrificielle pour faire plaisir à toute la famille. En effet, l’objectif de la démarche du ministre Tounkara était  de  discuter avec les professionnels du secteur en vue de rendre abordable le prix du mouton, devant la conjoncture à grande échelle en République du Mali.

C’est déjà  une mauvaise tradition au Mali. En effet, chaque année dans la fièvre de la fête de Tabaski, le prix du bétail connait une augmentation vertigineuse. En 2012, avec le contexte socio politique très difficile en République du Mali, le citoyen lambda reste toutefois très  inquiet malgré les discours plus ou moins rassurants des plus hautes autorités. A preuve : c’est notre pays qui fournit le plus gros contingent de moutons à certains pays de la sous-région malgré tout, les prix des moutons restent les élevés de la sous-région. Selon une source digne de foi, le Sénégal table cette  année sur 720 000 moutons en provenance du Mali pour passer une bonne fête de Tabaski .

 Prix exorbitants et mesures du ministre

Les têtes que l’on pouvait se procurer à quelques jours de la fête à hauteur de 30.000 FCFA seulement vont au-delà de 45.000. Soit une augmentation  de 50%. Certains moutons vont jusqu’à 200. 000 FCFA. A dire vrai, les prix sont exorbitants. Insupportables donc, pour plusieurs chefs de familles musulmanes qui tirent à boulets rouges contre les vendeurs qui font monter les enchères.

Pour se mettre à l’abri de l’augmentation du prix du mouton d’habitude, les uns préfèrent acheter leur mouton en avance. Toute chose impossible pour les autres pour des raisons d’insécurité, du manque d’espaces  et de problèmes de nourriture…

A l’issue de la réunion, les mesures proposées par le ministre Tounkara sont les suivantes : la suspension de la perception des taxes sur les animaux pendant la période de Tabaski (deux semaines avant et une semaine après la fête), l’examen  avec le ministère des transports et des infrastructures routières les moyens nécessaires pour faciliter leur transport, la création des points de ventes supplémentaires des moutons pour un meilleur accès. 

Halidou MAIGA

PARTAGER