Top Ă©toiles. Du jamais vu dans le cercle de Kangaba

0

topDans le cadre de ses activitĂ©s rĂ©crĂ©atives, le Mouvement des jeunes volontaires pour le dĂ©veloppement du cercle de Kangaba, a organisĂ©, en partenariat avec l’Office des radiodiffusions et tĂ©lĂ©vision du Mali (ORTM), l’Ă©mission ”TOP Etoiles”. C’Ă©tait le samedi 11 avril 2015 sur l’esplanade de l’hĂ´tel MandĂ© sous le patronage de M. Abou KantĂ©, avec comme marraine Mme Mariam B. Coulibaly. Ils Ă©taient prĂ©sents tous les responsables politiques et administratifs (opposition et majoritĂ©) dont le prĂ©fet, le Maire ZiĂ© Synayoko, le dĂ©putĂ© de la commune IV, Moussa Diarra et celui de Kangaba Mahamoudou Keita, le prĂ©sident du cercle Bakary Keita.

Cet Ă©vĂ©nement culturel et artistique d’envergure vient complĂ©ter l’Ă©ventail de nombreux projets initiĂ©s ces dernières annĂ©es dans le cercle de Kangaba par M. Abou KantĂ© et qui visent la redynamisation de cet ensemble. L’ensemble des neuf communes du cercle Ă©taient de la fĂŞte. Il s’agit de Minidian, Kaniogo, Nouga, Karan, Narena, Maramandougou, SĂ©lĂ©fougou, Benkady, Balan-Bakama. Les frĂ©missements du public face non seulement aux dĂ©cors de scènes, aux tons de la mise en scène et aux couleurs des costumes des artistes, mais aussi et surtout Ă  l’hommage d’autant plus prĂ©cieux rendu nominativement par les organisateurs Ă  l’infatigable fils du terroir, M. Abou KantĂ©. L’homme ne cesse de soutenir les actions de la jeunesse de Bamako plus particulièrement de la commune IV et du cercle de Kangaba.

Sur cette scène fĂ©erique, au beau milieu du pays manding, se sont succĂ©dĂ©s des artistes de renommĂ©e nationale et internationale tels que  KassĂ© Mady DiabatĂ© (par ailleurs invitĂ© d’honneur), Moriba DiabatĂ©, Zoumana DiabatĂ©, MaĂŻ DiabatĂ©, Bako Dagno, Saramban KouyatĂ©, etc. Le symbole gestuel dans la danse, exprime Ă  suffisance les mĂ©taphores de la vie des hommes et des femmes depuis la prĂ©histoire, de leur mĂ©diation sentimentale ou sociale et de l’incarnation de leurs rĂŞves dans une mystĂ©rieuse alchimie qui Ă©mane du dĂ©ploiement de leur corps, sous le poids des souffrances ou de joies. Les danses populaires, dans leur diversitĂ©, un langage musical et chorĂ©graphique riche en mode et en rĂ©alisation corporelle des rythmes, ont Ă©merveillĂ© le public tout au cours de cette soirĂ©e rĂ©crĂ©ative qui a permis, pour une des rares fois, Ă  la majoritĂ© prĂ©sidentielle et Ă  l’opposition de gratifier les belles prestations des artistes et des danseurs.

Amadou Coulibaly

PARTAGER