Trafic d’influence et règlement de compte : Après l’échec de sa tentative de faire sortir son frère de prison, la présidente de la commission loi de l’assemblée nationale ….

0
0





Au delà de ses prérogatives législatives, l’honorable Saoudatou, présidente de la commission loi de l’assemblée empiète dangereusement sur le domaine de l’exécutif et particulièrement du ministère de la justice. Ainsi, depuis un certain temps, nos compatriotes assistent ébahi à des sorties aussi hasardeuses que maladroites de cette dame dans les services publics. En ne respectant aucune règle de courtoisie en la matière, la présidente de la commission loi de l’Assemblée Nationale cache mal sa volonté de vengeance suite à l’échec de sa tentative d’influence pour faire sortir son propre frère de prison.

Comme tout Etat démocratique, notre pays consacre dans sa constitution le respect des droits humains d’une manière générale. Malgré les efforts que le Ministre de la Justice déploie nuit et jour pour la consolidation de ces acquis, il est malheureux de constater que pour justifier des frais de mission à l’intérieur du pays, l’honorable Saoudatou s’agrippe seulement à la population carcérale avec un arsenal de faux fuyants, prêts à dire tout haut ce qu’elle pense tout bas.

Au lieu de s’attaquer au budget du Ministère de la Justice qui n’est que de 0,7% du budget national, Mme préfère faire le boucan pour des raisons politiques et personnelles. Ceci nous amène à nous poser un certain nombre de questions :

Où était la mère Theresa de l’Assemblée Nationale quand  le budget était voté ? Qu’a t-elle fait pour doter le Ministère de la Justice d’un budget conséquent, comme le revendique les PTF ? Depuis quand le rôle de la commission loi se résume t-elle à la visite aux prisonniers que Madame a tendance à institutionnaliser au détriment du contribuable ? Veut-elle se substituer à l’AMDH qui, au moins reste dans son rôle ? Quels sont les dessous du marché des piètres médicaments dont elle doit avoir honte ? Pourquoi ne parle t-elle pas des reformes constitutionnelles encore moins du code de la famille ?

LES DESSOUS D’UN COMBAT VOUE A L’ECHEC

Comme on pouvait si attendre, ces sorties inopinées de l’honorable Saoudatou cachent beaucoup de zones d’ombre. Pour faire payer à l’administration judiciaire, le refus de libérer son propre frère malgré le trafic d’influence dont elle ne s’est pas privée, Mme a décidé de prendre son bâton de pèlerin pour dénigrer les responsables de la gestion carcérale dans notre pays. Le combat de l’honorable n’est pas pour les détenus, mais tout simplement pour son frère.

A ce que nous sachons, toutes les lois votées à l’assemblée nationale ne concernent pas que la justice. Pourquoi les 1ers responsables des autres commissions ne se livrent pas à un tel exercice ? En s’acharnant sur le ministère de la Justice, Saoudatou jette non seulement un discrédit sur sa personne, mais aussi sur l’Assemblée nationale. Si elle veut être utile pour son pays comme elle veut le faire croire à son électorat, qu’elle cherche d’abord à balayer dans sa propre famille.

En se mettant dans une logique de règlement de compte, d’arrondir ses fins de mois et de se donner une visibilité qu’elle ne mérite pas, Mme doit prendre le soin de ne pas se donner un alibi à travers des soupçons de mission.

À suivre

Bissidi Simpara

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.