Un événement exceptionnel

0
0

Le réveillon de la Saint-Sylvestre ou le réveillon du Jour de l’an est une coutume. Elle fête la naissance du nouvel an au cours d’une soirée de veille jusqu’à minuit le soir du 31 décembre, dernier jour de l’année du calendrier grégorien.

Dans la plupart des pays, contrairement au réveillon de noël qui se fête en famille, celui du Jour de l’an se fête avec des amis. La plupart des jeunes trouvent que le 31 décembre est une fête qui garde toute sa particularité. Tout le monde se donne à fond pour préparer cette fête. La plupart des Bamakois organisent des dîners ou vont au restaurant. D’autres vont se promener en ville. La Saint Sylvestre selon Benoit Diarra est une fête pas comme les autres. C’est l’occasion de rendre grâce au bon Dieu qui nous a donné la chance de vivre cette nuit. Chacun doit fêter le réveillon de la Saint-Sylvestre selon ses moyens sans extravagances. « C’est une fête exceptionnelle parce qu’elle se passe dans la fraicheur. » estime Oumou Traoré.

La belle Ina Goita, contrairement aux jeunes, célèbre la Saint Sylvestre au restaurant. « Moi je préfère aller dans un endroit réputé pour manger et discuter avec mon fiancé », explique-t-elle. Elle précise qu’elle quitte la maison après minuit. Elle partage les premières minutes de la nouvelle année avec sa famille. Elle souhaite à ses parents une bonne année avant de rejoindre son fiancé. La jolie Néné yattara fêtera pleinement la Saint Sylvestre en compagnie de son monsieur. Pour elle la fête commence à 23h pour prendre fin à l’aube. Tout au début de la soirée, juste après minuit elle fait un petit tour dans un dîner. « Mais je ne dépasse pas 15 ou 20 minutes dans cet endroit. Je n’aime pas trop les dîners » confie t-elle. Après le dîner destination la ville pour se plonger dans l’ambiance délirante et unique de cette nuit du « 31 ». Avant de rentrer à la maison le couple fera halte dans une pâtisserie pour acheter quelques gâteaux et des rafraichissements. Selon Mimi une jeune mariée, la Saint Sylvestre est une fête comme les autres. La seule exception est qu’on retrouve les amis perdus de vue.

L’étudiant Ousmane Traoré est d’avis que cette fête montre sa particularité en faisant l’unanimité. C’est une fête qui st devenue populaire. Elle a perdu son caractère catholique et religieux. Tout le monde, chrétiens et musulmans danse et rit ensemble dans la nuit du « 31 ». Et au jeune de homme de 28 ans qui accompagne Mimi de poursuivre : « notre pays est un pays laïc donc il ne doit pas avoir de conflit. Les chrétiens ont tendance à participer à nos fêtes et pourquoi pas nous ? » El hadj Baby est étudiant dans une faculté de Bamako. Il a depuis un mois commencé les préparatifs. Pour fêter dignement l’événement il a économisé de l’argent. Il va faire plaisir à sa copine. Un groupe de jeunes est réuni autour de leur théière à Bagadadji. Depuis plusieurs mois ils ont commencé les préparatifs.

Chaque mois ils cotisent une somme d’argent pour ne pas avoir de difficulté à l’approche de la fête. Au grand marché de Bamako les achats vont bon train . La fête se fait sentir dans plusieurs boutiques depuis début décembre. Les prix des robes varient entre 5.000 à 40.000 Fcfa selon la qualité. « Nous continuerons à vendre jusque tard dans la nuit du « 31 » déclare un commerçant. Nous avons accompagné Djénéba Kassonké et Fanta Bagayoko à la boutique. Elles veulent des robes de classe pour la fête. Les chaussures, chemises et cravates venant de l’extérieur font le bonheur des groupes de filles. Amara Diarra est vendeur de vêtement pour femmes ? Il juge que l’affluence est grande pour les pantalons et les robes courtes .

Fatoumata NAFO

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.