Victime de vols de 57 bœufs dans l’espace de quelques mois : La coopérative « Nema neda akou » s’insurge contre la libération sous caution du principal auteur

0
La coopérative « Nema neda akou » s’insurge contre la libération sous caution du principal auteur

Victimes récurrentes de vols de bétails, les membres de la coopérative « Nema neda akou » de Sirakoro Méguétana ont animé une conférence de presse pour dénoncer cette situation et le traitement de faveur réservé par la justice aux auteurs de ces vols. Ladite conférence était animée par son président, Hama Bah. 

Selon le conférencier, cela fait plusieurs années que les éleveurs de Sirakoro Méguétana sont victimes de vols répétitifs de bétails. Et de poursuivre que compte tenu de la gravité de la situation, les membres de la coopérative ont entamé une série d’investigations afin de démasquer les auteurs. Lesquelles ont révélé que Ibrahim Sidibé et les deux bergers de son père, Nouhoum Diakité et Boly, sont les seuls auteurs de tous les cas de vols enregistrés. À le croire, les voleurs ont été pris en flagrant délit après que trois de ses bœufs eurent été soustraits par la bande, le vendredi 22 avril dernier.

« Après constat, je me suis rendu à la ferme de Siaka Balladjan Sidibé, le père de l’un des suspects pour rencontrer le doyen de la bande, Boly, afin de connaître son degré d’implication dans ce vol. Il a nié toute implication dans cette forfaiture », a indiqué Hama Bah. Et de poursuivre qu’après avoir quitté Boly, l’un de ses indicateurs l’informa que les animaux volés par la bande sont écoulés sur le marché de Daoudabougou, en commune V du district de Bamako. « Je me suis rendu au marché de Daoudabougou. Sur place, j’ai reconnu mes trois taurillons volés avec un boucher du nom de Madou Sangaré. Deux avaient déjà été égorgés.  Interpellé sur la provenance des taurillons, ce dernier affirma qu’il les a achetés avec Ibrahim Sidibé » rapporte Hama Bah.

À ses dires, lorsqu’Ibrahim Sidibé a été interrogé, il a reconnu les faits. C’est ainsi que le troisième taurillon lui a été remis avec la somme de 500 000 francs CFA en compensation des deux autres égorgés. Entre temps, le commissariat du 4ème arrondissement a été saisi suite à une plainte déposée par les membres de la coopérative. Cette plainte est relative à tous les cas de vol constatés dans la zone et dont le total est estimé à 57 têtes  en l’espace de quelques mois. « La police a interpellé le principal accusé, Ibrahim Sidibé. Après son audition, il a été présenté au procureur de la commune V. Nous avons été surpris de constater que Ibrahim Sidibé a été remis en liberté provisoire après seulement quelques heures de détention », a-t-il déploré.

À le croire, les membres de la coopérative comptent se munir de tous les moyens légaux pour que justice soit faite. « C’est cette attitude des magistrats qui poussent la population à se rendre justice. Car, elle ne croit plus aux décisions de justice dans ce pays», a-t-il conclu.

B.P

PARTAGER