Village d’Inde : Ansama Arè intronisé Hogon

1

Le nouveau hogon a des fonctions sacerdotales, judiciaires, diplomatiques ainsi qu’à la maîtrise des forces invisibles

 Ansama Arè, fils de hogon Arè, a été intronisé hogon d’Inde Grou aâ. À 65 ans, Ansama hérite le hogon de son défunt oncle paternel. Les cérémonies d’intronisation du hogon Ansama ont duré trois jours (14 au 16 avril 2016) et ont mobilisé le peuple et la culture dogon du plateau à la plaine en passant par la falaise. Depuis plus de 50 ans, le village d’Inde n’a pas abrité de telle cérémonie grandiose.

 

La localité d’Inde, dans le cercle de Bankass, au pied de la falaise, dispose depuis le 16 avril dernier, son 3e Hogon de la 2e dynastie. Il s’agit du Hogon Ansama Arè Guindo, fils du feu Hogon Arè. Il a été intronisé dans la pure tradition du 14 au 16 avril 2016. Voyage au cœur des rites de l’intronisation du Hogon.

Situé dans la commune de Kani-Bonzon (1er village dogon), cercle de Bankass, Inde est un village millénaire et touristique. Il compte 4 grands quartiers : Indé-ôgodêgoû, Indé-Torro, Indé Wô, Indé-Ginikanda. Mais, les originaires d’Inde sont assez dispersés dans la plaine du Séno (dans les cercles de Bankass, Koro et même au Burkina-Faso).

La localité compte environ 4000 âmes, qui vivent principalement de revenus touristiques jusqu’à la crise de 2012. Depuis la crise, avec l’arrêt des activités touristiques Inde, comme beaucoup d’autres sites touristiques, n’est plus l’ombre de lui-même. C’est dans cette léthargie touristique que des villageois ont décidé de revisiter un pan de leur tradition, en suspension depuis plus 50 ans: l’intronisation du Hogon.

Personne ne pouvait rater cette occasion, les fils du village sont venus de part tout : du Mali, d’Afrique, d’Europe, d’Asie et d’Amérique pour assister et prendre part aux cérémonies d’intronisation du Hogon. Au menu plusieurs jours de festivités : danses et défilés des masques, danses traditionnelles, danses des chasseurs et cérémonie proprement dite  d’intronisation du Hogon. Des masques venus de Sondégué, Bégnématou, Sanga… se sont rivalisés en danse et autres démonstrations publiques. Ainsi, Ansama Arè, le fils du Hogon Arè a été intronisé Hogon à Inde Grou aâ.

Hogon Ansama succède à Hogon Souma son oncle paternel. Du coup, il (Hogon Ansama) devient le3è Hogon de la deuxième dynastie. Il est aussi le 4e Hogon du 21e siècle. À Inde, la première dynastie Hogon était de la lignée de Indé-Kô. Selon les initiés de la localité, la dynastie Indé-Grouaâ a succédé à la dynastie Indé-Kô.

Notons que le Hogon doit observer un grand nombre d’interdits. L’homme de passage s’en rend vite compte : il est interdit de lui serrer la main. Une fois intronisé, le Hogon n’a plus le droit d’avoir le moindre contact physique avec quiconque. Ceci concerne aussi ses enfants et femmes. Sa première femme lui prépare ses repas. Mais la chasteté est de rigueur jusqu’à sa mort. Il ne sortira plus de sa concession. C’est là où il accueille les visiteurs et où se tient toute réunion.
Il s’agit donc d’une charge qui confère au Hogon de lourdes responsabilités concernant, entre autres, la prospérité du territoire, tant du point de vue des récoltes- maîtrise de la pluie, protection contre les invasions de prédateurs- que du point de vue de sa population- protection contre les épidémies et expansion des naissances. Mais, le prestige de cette charge, la reconnaissance publique générale qui y est attachée, n’entraîne pas une accumulation de richesses ou la possession de biens à valeur marchande. Les fonctions du Hogon s’étendent à différents registres : sacerdotales, judiciaires, diplomatiques ainsi qu’à la maîtrise des forces invisibles.
Ansama, le nouvel Hogon d’Inde, se pliera conformément à la tradition à tous ces interdits.

Par Hassimi Arè Guindo

Hamidou Togo

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.