Violences pré-électorales au Sénégal: la Croix-Rouge a secouru 153 blessés

0
1
Un manifestant anti-Abdoulaye Wade est interpellé par la police à Dakar le 15 février 2012. © AFP/Archives Mamadou Toure Behan

DAKAR (AFP) – (AFP) – La Croix-Rouge sénégalaise a secouru 153 blessés en 24 jours à Dakar et dans les provinces lors des violences ayant marqué les manifestations contre la candidature du président sortant Abdoulaye Wade à l’élection présidentielle, a appris l’AFP mardi auprès de cette organisation.

Près de 700 volontaires de la Croix-Rouge sénégalaise (CRS) déployés à travers le pays “ont secouru 153 blessés lors des violences électorales pour la présidentielle” de dimanche, dont 44 ont fait l’objet d’une évacuation vers les établissements sanitaires, a expliqué Nfally Sadio, responsable de la communication de l’organisation.

“Les victimes assistées par les secouristes souffraient pour la plupart de blessures légères, de plaies, de traumatisme crânien et corporel”, a précisé dans un communiqué le docteur Abdoulaye Wone, chef du Département Santé de la CRS.

D’après Nfally Sadio, les interventions se sont déroulées entre le 27 janvier et le 19 février “dans les régions de Dakar, Thiès (ouest), Diourbel, Kaolack (centre), Sédhiou (sud), Saint-Louis (nord) et Kédougou (est)” lors des “manifestations électorales du M23″, le Mouvement du 23 juin, coalition de partis d’opposition et ONG de la société civiles contestant la nouvelle candidature du président Wade, au pouvoir depuis douze ans (élu en 2000, réélu en 2007).

Les journées les plus intenses pour les volontaires de la Croix-Rouge ont été celles des 17, 18 et 19 février, lors desquelles ils ont secouru au total 83 blessés et ont témoigné d’un cas de décès survenu à Rufisque (banlieue est de Dakar) le 19 février.

Il s’agissait d'”un jeune atteint par un projectile à l’arrière du cou”, a dit M. Sadio, qui n’a pas souhaité préciser le type de projectile.

Le décès de ce jeune, El Hadji Thiam, a été confirmé par toute la presse locale. Sa mort a été attribuée dans un premier temps à une pierre par l’agence officielle APS citant son tuteur, mais de nombreux médias privés et différents témoins à l’AFP, y compris des proches, ont affirmé que le jeune a été blessé par balle, alors qu’il ne participait pas à la manifestation.

Les violences pré-électorales ont fait en un mois à Dakar et en province entre 6 et 15 morts, selon les sources, le M23 ayant évoqué en plus “539 blessés”.

D’autres structures ayant déployé des équipes de secouristes, jointes par l’AFP, ne disposaient pas de bilan de leurs interventions ou ne souhaitaient pas le communiquer.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.