IBK au Président Hollande: « vous avez agi avec honnêteté et droiture »

2

Notre pays a accueilli, les 14 et 15 janvier dernier, le 27e sommet Afrique-France, l’hôte de ce rendez-vous, le président IBK, s’est réjoui du chemin parcouru par son pays pour se remettre sur les pieds grâce au soutien des amis du Mali, dont la France. Sans perdre de vue l’immense effort qui reste à faire dans la reconquête de la stabilité de notre pays, le président de la République a rassuré qu’il a fait du retour à la paix, de la réhabilitation de la cohésion sociale et de la reconstruction du pays les axes prioritaires de son mandat. Convaincu que l’Afrique et la France ont la possibilité de prendre en charge les préoccupations liées au thème du Sommet, dans cadre d’une conjoncture qui frappe le monde entier, le président Ibrahim Boubacar Keita n’a pas maquer d’appeler à optimiser les atouts à l’heure où des enjeux multiples et des défis communs aux Etats imposent un partenariat constant. La situation sécuritaire dans la quasi-totalité des régions africaines caractérisée par la sédimentation de la menace terroriste doit pousser davantage à ce partenariat, dirat-il.
Lisez plutôt l’intégralité du discours du président IBK

Je voudrais tout d’abord au nom du peuple du Mali, de mon Gouvernement et au mien personnel vous souhaiter la plus chaleureuse bienvenue à Bamako où je vous accueille avec joie et fierté. Je rends grâce à Allah le Tout-puissant qui, une fois de plus, offre au Mali l’occasion de s’affirmer à travers un événement aussi mémorable.
Cet événement, c’est d’abord vous, amis de notre pays, qui l’avez rendu possible à travers la confiance que vous nous avez manifestée et à travers la solidarité que vous nous avez témoignée.
C’est ici, le temps d’un agréable devoir, dont je voudrais m’acquitter avec d’autant plus de fierté qu’il revient à rendre hommage à un homme dont nous sommes, quelques-uns, dans cette salle, à oser pouvoir dire que, de tous les Chefs d’Etat français, il aura été celui dont le rapport à l’Afrique aura été le plus sincère, le plus loyal.
L’histoire retiendra que c’est à Bamako, que cet hommage lui est rendu.
Je voudrais en effet rendre un hommage tout particulier au Président François Hollande qui a voulu et proposé l’organisation du 27ème sommet Afrique-France au Mali.

Monsieur le Président, cher François,
Le 7 novembre 2013, à l’occasion du Sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique, vous avez fait la proposition de tenir à Bamako le présent Sommet. Vous l’avez fait alors que le Mali n’était pas définitivement sorti de la grave crise politico-sécuritaire qui l’avait ébranlé jusque dans ses fondements. Votre initiative traduisait la confiance que vous avez dans la capacité de notre pays de renouer avec l’ambition après avoir subi l’épreuve. Les chefs d’Etat présents ont accueilli favorablement votre proposition, renouvelant ainsi une fois de plus le soutien qu’ils n’ont jamais cessé de nous apporter.
Votre solidarité envers notre pays, Monsieur le Président, vous l’aviez auparavant manifestée de manière décisive dans la circonstance la plus difficile qu’ait traversée notre Nation. Le 11 janvier 2013, vous avez répondu positivement à une demande du Président de la République par intérim, M. Dioncounda Traoré, et de la CEDEAO, notre Communauté Economique Régionale et vous avez autorisé le déploiement de l’opération Serval. Celle-ci a stoppé l’avancée des troupes terroristes et neutralisé la menace qui pesait sur l’existence même de l’Etat malien. Ce jour-là, le destin du Mali tenait à une décision résolue et rapide de votre part. Et cette décision, vous l’avez prise, Monsieur le Président, sans hésitation
Alors que nous venons de célébrer le quatrième anniversaire de cette opération salvatrice, vous avez voulu, Monsieur le Président, aller à la rencontre des populations de Gao. Gao la martyre qui a subi les affres de l’occupation terroriste la plus brutale. Mais aussi Gao la résistante qui dans les heures les plus sombres a courageusement défendu son appartenance au Mali. Mais également Gao l’emblématique qui fut la première grande ville malienne libérée par l’opération Serval et les troupes maliennes.
Les Gaoises et les Gaois vous ont témoigné de manière éloquente leur gratitude, à vous et à la France. Pour ma part, je tenais à vous redire ici, Monsieur le Président, que le peuple malien n’oubliera jamais ce qu’il vous doit.
Cet hommage à vous et à l’ensemble de la classe politique française, ainsi qu’au peuple ami de France est de droit.
Cet hommage, s’il est rendu par le Président du Mali, ne saurait être rendu en le seul nom du Mali, mais concerne votre action sur notre continent. Et ce n’est certainement pas mon frère Faustin Archange qui ne saurait ne pas s’y reconnaître. Cet hommage est aussi celui de nos peuples.
Vous avez, Monsieur le Président, annoncé, le 1er Décembre dernier, une décision qui implique que ce sommet sera le dernier auquel vous participerez ès-qualité. Cette décision a été commentée, débattue des heures et des jours durant, chez vous, en France, puisqu’elle est unique dans l’histoire politique de votre pays, puisqu’elle est inhabituelle, sous toutes les latitudes.
Elle a été saluée en Afrique, pour avoir fait ce que nos peuples voudraient nous voir concéder plus souvent. Vous avez préféré le déchirement pour Vous seul, aux déchirements pour votre famille politique.
Ce n’est pas certes pas à Vous, Monsieur le Président, mon cher Homologue et frère que je ferais la désobligeance de rappeler que le jugement de l’histoire prend parfois du temps à être rendu, mais une fois tombé, il est sans appel et dure à jamais. Vous l’avez compris, Monsieur le Président, Cher François Hollande. Nous sommes nombreux à penser que votre courage (celui-là même qui a sauvé Konna avec Damien Boiteux, à la mémoire duquel il me plait de rendre un vibrant hommage), et votre désintéressement finiront par être reconnus. Et l’on saura admettre que vous avez, pour l’essentiel, agi au pouvoir avec honnêteté et droiture.
Mais le temps semble capricieux et le jugement impitoyable, parce que malgré des efforts attestés vous n’avez pas opéré des miracles économiques, pas plus d’ailleurs que la plupart des nations en ces cinq dernières années.
Lorsque, dans les semaines et les mois à venir, les frémissements actuels des signaux économiques se feront plus vigoureux, peut-être, sera-t-il reconnu que ce sont là les fruits de votre travail.
Quant aux peuples africains, ils vous sauront gré d’avoir changé radicalement la nature et l’objet des interventions françaises en Afrique. Tout au long de votre mandat, la France et son armée ne seront jamais intervenues qu’au chevet de la démocratie en Afrique et non plus au secours de quelque autocrate ou despote.
Avec vous, Monsieur le Président, quelque chose a changé dans les pratiques politiques de la France en Afrique.
Plaise au ciel que l’on ne revienne plus à l’ordre ancien.
Vous comprenez, Monsieur le Président et Cher ami François, pourquoi nous, vos amis, qui ne sommes pas concernés par les batailles internes à votre nation, sommes si confiants, si sereins sur l’image que vous laisserez, et pas seulement en Afrique. Et lorsque le temps aura remis les choses à l’endroit, et que les esprits auront digéré rancœurs et ressentiments, la France et l’Histoire, vous feront la seule place qui convienne, celle d’un homme, qui, à l’Elysée, n’a pas cessé de respirer à hauteur simplement humaine.
Merci Cher François. Excusez-moi d’avoir donné à mon cœur une place dont je sais qu’elle vous aura gêné. Mais, me sachant, resterai-je moi, autrement ?

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les Chefs de Délégation,
Je voudrais aussi apporter un témoignage appuyé de l’engagement des Emirats Arabes Unis aux côtés du Mali, avec une contribution exceptionnelle à l’organisation du présent Sommet qui est la preuve de son implication et de sa solidarité dans la lutte que nous menons tous contre le terrorisme et l’extrémisme violent ainsi que pour la protection des patrimoines culturels.

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les Chefs de Délégation,
Votre confiance nous honore et votre solidarité nous oblige. Le peuple malien a conscience qu’il a une dette de gratitude envers ceux qui l’ont soutenu et accompagné dans le règlement de la crise la plus douloureuse de notre histoire récente. C’est pourquoi à travers une exceptionnelle mobilisation sociale, il s’est approprié l’organisation de cet important rendez-vous. De leur côté, les équipes malienne et française, dirigées par Monsieur Abdoullah Coulibaly et l’ambassadeur Frédéric Clavier, ont travaillé d’arrache-pied pendant quinze mois pour que ce 27ème Sommet Afrique-France se déroule dans les meilleures conditions possibles. Je tiens à saluer ici leur professionnalisme et leur totale dédicace à leur mission.
Je tiens aussi à remercier tous les participants qui, au Mali et en France se sont investis dans la réussite des Foras ayant précédé nos travaux, le Forum des Jeunes, le Forum Genre et Entreprenariat ainsi que le Forum économique. Le Sommet de Bamako n’est pas seulement un grand rendez-vous politique et diplomatique. Il ouvre aussi un espace d’échanges pour les forces économiques et sociales qui, par la création de richesses, incarnent les atouts et l’avenir de nos pays.

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les Chefs de Délégation,
Le Mali qui vous accueille aujourd’hui est une Nation qui s’est remise debout, mais qui n’ignore rien des difficultés à surmonter dans la reconquête de sa stabilité. J’ai fait du retour à la paix, de la réhabilitation de la cohésion sociale et de la reconstruction du pays les axes prioritaires de mon mandat. Dès mon entrée en fonction, j’ai engagé le Gouvernement dans des négociations inter-maliennes à Alger avec l’accompagnement de la médiation internationale sous l’égide de la République algérienne démocratique et populaire. Il me plait à cet égard de saluer une fois de plus l’engagement personnel de Son Excellence Monsieur le Président Abdel Aziz Bouteflika. Son implication permanente a largement favorisé la signature d’un Accord pour la Paix et la Réconciliation qui a déjà comme résultat significatif la cessation complète des hostilités entre l’Etat et les Mouvements signataires.
La mise en œuvre de l’Accord a produit d’autres effets positifs, notamment dans le domaine des réformes politiques et institutionnelles. Elle a aussi permis l’organisation le 20 novembre dernier de nos élections communales. Je saisis l’occasion qui m’est donnée pour exhorter les signataires à s’inscrire sans arrière-pensées, ni calculs dans la mise en œuvre de l’Accord. Car, en dehors de celui-ci, il n’y a aucune perspective crédible pour le retour de notre pays à la normale. L’Accord oriente en effet nos efforts vers les évolutions indispensables que sont l’acquisition et la consolidation d’une vision commune de la Nation malienne et une gouvernance territoriale prenant en charge la diversité de nos réalités socio-économiques tout en préservant le caractère unitaire de notre Etat.

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les Chefs de Délégation,
L’adhésion loyale et inconditionnelle à l’Accord pour la Paix et la Réconciliation est d’autant plus impérative que nous devons faire face aux attaques des groupes terroristes, attaques perpétrées aussi bien contre les paisibles populations civiles que contre nos forces armées et de sécurité, contre les contingents de la MINUSMA et contre la force Barkhane.
C’est pourquoi je me réjouis de l’adoption de la Résolution 2295 du 29 Juin 2016 renouvelant le mandat de la MINUSMA et autorisant, entre autres, celle-ci à adopter une posture plus robuste face aux attaques asymétriques. Je voudrais toutefois souligner l’urgence à renforcer les capacités opérationnelles de la Mission en traduisant dans les faits les innovations qu’apporte la Résolution.
A l’instant solennel que constitue la présente cérémonie, je tiens à m’incliner très respectueusement devant la mémoire des nombreuses victimes, civiles comme militaires, qui ont perdu la vie au cours de la crise malienne. Aux familles endeuillées et aux pays contributeurs qui ont hélas perdu des soldats sur le sol malien, je voudrais présenter, au nom du Gouvernement et du Peuple du Mali, nos sincères condoléances. Qu’ils reçoivent ici l’expression de notre gratitude et l’assurance que le sacrifice de leurs filles et de leurs fils ne sera pas vain.

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les Chefs de Délégation,
Dans la conjoncture actuelle, pouvait-on trouver pour notre Sommet un thème plus pertinent que celui qui est proposé aujourd’hui à notre réflexion, à savoir « Partenariat, Paix et Emergence » ? Les trois exigences s’imbriquent en effet les unes dans les autres. L’Afrique et la France ont la possibilité de les prendre en charge s’appuyant sur leur longue tradition de coopération et sur leur volonté éprouvée de cheminer ensemble. Il nous est cependant urgent d’optimiser ces atouts à l’heure où des enjeux multiples et des défis communs nous imposent un partenariat constant. Partenariat certes tourné vers une réponse solidaire. Mais aussi partenariat prenant en compte la reconstruction et le renforcement indispensable des capacités nationales de chaque Etat.
En effet, la nature même du terrorisme qui frappe ou menace nos Nations nous contraint à observer en permanence une démarche novatrice en matière de sécurité collective. Cela afin de mieux faire face à l’action asymétrique imposée à nos armées et à nos forces de sécurité.
Dans le même temps, il convient de ne pas perdre de vue un état de fait malheureusement qui se confirme de plus en plus. La situation sécuritaire dans la quasi-totalité des régions africaines est caractérisée par la sédimentation de la menace terroriste. Celle-ci répand plus particulièrement ses métastases dans les zones transfrontalières. Les bandes armées qui s’y installent font preuve d’une inquiétante capacité de reconstitution malgré les coups qui leur sont portés par nos forces armées et de sécurité. Le caractère transversal de la menace et la dimension régionale, voire continentale, des enjeux mettent donc la coopération et la mutualisation de nos capacités au cœur de notre réponse. L’Afrique a déjà fait des pas importants en ce sens avec le CEMOC, le G5 Sahel, le Processus de Nouakchott, la Force Multinationale contre Boko Haram, etc… Elle sait dans ses efforts pouvoir compter sur la France.

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les Chefs de Délégation,
En construisant un espace commun de sécurité, nous devons édifier également un espace commun de développement et de promotion humaine. Nous constatons en effet avec de plus en plus d’évidence les effets ravageurs du terrorisme, de la criminalité transnationale organisée, de l’extrémisme violent et de la piraterie maritime sur la situation socio-économique de vastes zones du continent africain. Ces phénomènes substituent aux activités productrices de richesses une économie criminelle à grande échelle. Elles détruisent le tissu social traditionnel et ne laissent souvent aux populations d’autre choix que celui de la conversion au pire. Pour sauvegarder l’émergence du continent africain, il est de notre devoir d’enrayer ensemble une gangrène qui menace de larges portions de nos territoires.
Il nous faut protéger l’Afrique au moment où celle-ci se redéfinit en mettant en avant la créativité de nos entrepreneurs, le dynamisme impatient de nos femmes et de notre jeunesse, les raccourcis de développement que nous offre la révolution numérique. Un partenariat robuste, ambitieux et innovant avec la France favorisera, nous en sommes certains, l’émergence économique véritable de notre continent.

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les Chefs de Délégation,
En accordant à Bamako l’honneur d’abriter le 27ème Sommet Afrique-France, vous avez fait sans équivoque le choix de l’optimisme. Non pas de l’optimisme qui se réfugie dans le déni des faits. Mais de l’optimisme qui dans chaque difficulté décèle une opportunité. Face aux défis que nous affrontons, nous devons rester dans l’initiative et dans la solidarité. Je ne doute pas un seul instant que telle sera la conviction qui inspirera nos échanges.
Je voudrais conclure en souhaitant plein succès à nos travaux. Je voudrais aussi dire une fois de plus la joie et la fierté qui sont les miennes et celles du peuple du Mali d’accueillir à Bamako autant d’hôtes prestigieux.

Merci de votre amitié pour le Mali.
Merci de votre confiance en le Mali.
Merci de votre aimable attention.

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. France -Afrique est finie maintenent on parle du sommet de Davos ou le president chinois a donner un discours ,celui qui devait etre donne par un president Americain .

  2. Comrades with president IBK acknowledging President Hollande of France acted with honesty plus uprightness we should not need more information on if Africa is to duly develop it have to be done by Africans acting in their behalf. Well people of Mali are not going to entertain condition of being last to act in their own behalf in this matter for if it is one thing all adult Buntu should know that when we are last or slow to act in bringing about good conditions we get left out plus fall deeper into abyss of poverty plus misery. Our live Well Africa movement will not tolerate delay in taking essential development actions thus obligate all Buntu to find out what you need do plus how to do it best it might be done. Very much sincere, Henry Author Price Jr. aka Obediah Buntu Il-khan aka Kankan.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here