Pari de la sécurité gagné par le Mali : Lors du 27eme Afrique France

0
Pari de la sécurité gagné par le Mali : Lors du 27eme Afrique France

Pour une fois le défi sécuritaire a été  relevé  depuis la  crise multidimensionnelle  de 2012

A la veille du sommet Afrique France, le secrétairegénéral des Nations unies a présenté son dernier rapport sur le Mali  rapport qui s’étale sur les   trois derniers mois. Au cours de cette période il y a eu 54 attaques terroristes avec à la clé  une vingtaine de soldats tués.

En effet ce sont bien  25 attaques qui  ont été perpétrées contre les FAMAS et 29  contre la MINUISMA. En tout 15 membres des FAMAS ont été tués et 33 blessés contre 52 tués et 72 blessés au cours de la période précédente. A cela s’y ajoute les nombreux braquages dans le district de Bamako et environ, et cela à deux  mois  seulement de la tenue du sommet Afrique-France. Ce qui prouve à suffisance qu’une réelle   menace pesait  sur  la sécurité des hôtes du Mali.

Une autre preuve du chaos sécuritaire qui a prévalu  est le fait qu’un projet d’attentat a été déjoué à Bamako à la veille  dudit sommet. De présumés terroristes qui voulaient attaquer le sommet de Bamako ont été arrêtés dans le Nord du Mali peu avant le sommet Afrique France de Bamako. ‘’Les forces spéciales françaises ont arrêté dans le Nord du Mali, peu avant le sommet, des terroristes qui avaient des plans d’attaque de la ville de  Bamako’’, a déclaré à  l’AFP, une source sécuritaire Malienne, sans préciser le nombre de personnes arrêtées. ‘’Des  adolescents qui devaient servir de  kamikazes ont été arrêtés au Nord par les forces speciales. Sur un  des kamikazes arrêtés, il a été retrouvé un portable qu’il a utilisé    pour envoyer un message d’adieu à ses parents ‘’, a encore précisé  cette source.

De  source sécuritaire malienne les français auraient joué   un rôle essentiel pour que la sécurité du sommet soit assurée’’. Ces arrestations ont permis  un vaste  un coup de filet   à Bamako. Le coup de filet a permis       de découvrir une ramification  entre  les terroristes arrêtés   et les  jihadistes détenus à la grande prison de Bamako   qui avaient  peaufinés  un plan d’évasion’’, a encore indiqué  la même source.

Le gouvernement  est même  parvenu à brouiller  une  piste terroriste en direction  de Bamako.  Pour prévenir toute attaque à partir du sahel occidental   le ministre de la défense a dépêché plus d’une centaine de soldats à Banamba dans la région de Koulikoro. Ce renfort militaire a mené des opérations de patrouilles dans le cercle et  ses environs afin de rassurer  la population  de cette localité.

Au niveau du  district de Bamako à chaque 100m, il y’avait un  cordon sanitaire  de militaires et policiers. Ces forces étaient visibles  sur le trajet de l’aéroport et à tous les carrefours de la ville de Bamako.

Notons aussi que sur les différents axes  menant  à la ville de Bamako, étaient positionnées des FAMAS bien armés.Nous pouvons dire qu’en somme, la réussite du maillage  sécuritaire du sommet Afrique-France est le résultat, d’une part, d’une bonne planification appuyée par une vision claire des responsables en charge de la sécurité au Mali   et d’autre part, la mise en œuvre cohérente du plan opérationnel et la motivation inébranlable des agents déployés sur le terrain qui se sont attelés au respect strict des consignes données. L’un des éléments moteurs aura sans nul doute été la coordination, assurée par le centre de coordination et de commandement en collaboration avec l’opération « Fabalakana », initiée par les forces armées pour appuyer le dispositif sécuritaire du sommet.

Tous ces agents qui étaient sur les différentes voies en vue de réguler une circulation extrêmement difficile méritent  d’être félicités Nous avons vécu quelques épisodes de cette circulation difficile à cause de la fermeture du pont Fad , nous avons apprécié la cordialité entre les agents et les usagers de la route . Cette vigilance  doit s’étendre  sur l’ensemble du territoire  à savoir  le  centre , le  sud et surtout le  Nord  qui est en passe  d’échapper  au  contrôle du pouvoir central.

                                                                                                       Seydou Diarra

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here