2ème journée des éliminatoires de la CAN 2017 : Après avoir accroché le Bénin hier à Cotonou (1-1), les Aigles du Mali conservent la tête du Groupe C

0
Les Aigles du Mali au Bénin
Les Aigles du Mali au Bénin

La deuxième journée des éliminatoires de la CAN Gabon 2017 a été jouée le weekend dernier. En déplacement à Cotonou, l’équipe nationale du Mali a pu décrocher un point précieux. Hier au stade de l’Amitié de Cotonou, les Aigles du Mali ont tenu en échec les écureuils béninois sur le score d’un but partout. Avec ce résultat de parité, les hommes du coach Alain Giresse conservent la tête du groupe C avec désormais 4 points.

 

Pour le compte de la deuxième journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations de football (Can) 2017, l’équipe nationale du Mali a partagé les points du match nul avec son homologue du Bénin (1-1), hier soir à Cotonou.

Après un début de match difficile, la sélection malienne a néanmoins réussi à ouvrir le score à la 20ème mn  du jeu grâce à Abdoulaye Diaby. Le joueur du FC Bruge récupère une balle anodine dans la défense béninoise avant de pivoter sur lui-même et ensuite tromper le portier Saturnin Allabé d’une frappe enroulée.

Mais 13 mn plus tard, le Bénin rétablira la parité. Sur un coup franc bien exécuté par Stéphane Sessegnon, Jordan Adéoti (33ème mn) dévie le ballon dans les filets de Oumar Sissoko. C’est sur ce score de parité que la mi-temps interviendra.

Au retour des vestiaires, les écureuils exercent une forte pression sur l’équipe du Mali sans pour autant trouver la faille. Malgré des remplacements effectués de part et d’autre, le score n’évoluera pas. C’est donc sur ce résultat d’un but partout que Maliens et Béninois se séparent. Il convient de souligner que l’équipe malienne a été un peu décevante.  Le sélectionneur Alain Giresse est pointé du doigt comme l’unique responsable de cette prestation un peu regrettable. Ses choix tactiques ont failli coûter cher à la sélection nationale. On lui reproche notamment d’avoir aligné certains joueurs qui n’ont rien apporté. Ses remplacements n’ont aussi rien donné. C’est dire que le technicien français doit rapidement revoir sa copie avant la réception de la Guinée Equatoriale.

Notons qu’avec ce match nul, les Aigles du Mali conservent leur place de leader dans le groupe C. Ils caracolent désormais en tête avec 4 points au compteur. Un avantage qui leur permettra d’aborder les autres journées avec beaucoup plus de sérénité.

Signalons que dans l’autre match du groupe, le Soudan du Sud s’est relancé aux dépens de la Guinée Equatoriale (1-0). Les Soudanais occupent désormais la deuxième place du classement avec 3 points devant le Benin (3ème avec 2 points) et la Guinée Equatoriale (4ème avec 1 point).

Sory Ibrahima COULIBALYU

Envoyé spécial à Cotonou

 

Alain Giresse après le match

“L’essentiel était de ne pas perdre “

Apparemment le résultat de parité entre le Bénin et le Mali (1-1) satisfait le sélectionneur national, Alain Giresse. Lors de la conférence de presse d’après match, il a martelé que l’essentiel était de ne pas perdre. ” Nous avons livré cette rencontre dans des conditions un peu difficiles. Vu l’état de la pelouse,  l’essentiel pour nous était de ne pas prendre trop de risque et de perdre. Le Bénin a vraiment tout tenté pour faire le boulot à domicile. Mais nous avons bien défendu.  A l’extérieur, prendre des points est très important. Et, nous restons toujours en tête de notre groupe “, a-t-il déclaré.  

SIC

 

Les coulisses :

Bakary Sako crée  la psychose à Cotonou

Auteur d’un début de championnat tonitruant avec son club de Cristal Palace (D1/Angleterre), Bakary  Sako était le joueur malien le plus craint par les supporters béninois. Partout (Stade de l’amitié, marchés, restaurants…) à Cotonou, c’est son nom qui animait tous les débats. ” Avec l’absence de Seydou Kéita,  Sako est le plus dangereux des Aigles maliens. Il est très puissant. Nous suivons ses performances en premier league et nous savons de quoi il est capable “, nous a confié un supporter au marché de Missèbo avant le match. C’est dire combien l’ancien joueur de Saint-Étienne a créé la psychose dans la capitale béninoise. En tout cas, il est désormais  considéré comme le nouveau leader de l’équipe nationale du Mali

 

Le match Bénin-Mali finalement délocalisé à Cotonou

Initialement prévue à Porto-Novo, la rencontre Bénin-Mali a été finalement disputée à Cotonou (capitale béninoise). Précisément à l’ancien stade de l’Amitié. Selon nos informations, cette décision qui a un rapport avec la crise qui secoue le football béninois (il y a deux entités qui se réclament fédération de football au Bénin) aurait été prise par le ministère de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs du Bénin. D’autres sources estiment que le stade de l’Amitié porte chance aux écureuils. D’où la raison de cette délocalisation.

Pas de tribune de presse au Stade de l’Amitié

Les journalistes étrangers sont trop exposés au Stade de l’Amitié de Cotonou. Incroyable, mais vrai. L’infrastructure ne comporte pas de tribune de presse. C’est pourquoi les journalistes sont obligés de cohabiter avec les supporters dans les gradins. Une situation qui les empêche de travailler dans de meilleures conditions. Les hommes de média  étrangers sont très souvent agressés dans l’exercice de leur fonction en cas de contre performance  de l’équipe du  Bénin.

Et aussi les ”Zémidjans”

A Cotonou, on ne peut pas parler de transport sans pour autant parler des Zémidjans. En effet, le Zémidjan veut dire mototaxi au Bénin. Les conducteurs sont  ainsi appelés les Zémidjamans. Ces motocyclistes en uniformes jaunes sont au four et au moulin pour assurer le transport dans la capitale béninoise. Ils sont les plus convoités,  même s’il y a d’autres moyens de transport en commun. La raison est toute simple :   ils sont rapides et moins chers.

Rassemblés par

Sory Ibrahima Coulibaly

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER