3ème édition du championnat national de tennis : Dramane Bagayogo conserve péniblement son titre

0

La Fédération malienne de tennis, en collaboration avec le ministère des Sports, le Comité national olympique et sportif du Mali et son sponsor officiel Sotelma/Malitel, sans oublier Pmu-Mali, a organisé du 26 au 30 mars 2016 le 37ème championnat national de lawn tennis, édition 2015. La grande finale Simple Messieurs, qui a eu lieu le 30 mars au Tennis club du Stade Modibo Kéïta de Bamako, a opposé Dramane Bagayoko (senior) à Gaoussou Coulibaly (junior). Après trois sets époustouflants (3-6, 6-1, 6-1) qui ont tenu le public sportif en haleine, c’est Dramane Bagayogo qui conserve son titre de champion du Mali, mais non peine.

En l’absence du président de la Fédération malienne de tennis, Mohamed Oumar Traoré, empêché, la finale de cette 37ème édition a été présidée par Youssouf Singaré, chef de Cabinet du ministère des Sports, en présence du premier vice-président de la Fédération malienne de tennis, Amadou Togola ; du directeur national des sports et de l’éducation physique, Mahamadou Sidibé, et du représentant du Comité national olympique et sportif du Mali (Cosm), Wahab Zoromé.

Au total, ce sont 154 joueurs, toutes catégories confondues (seniors, cadets, minimes, benjamins), qui ont participé à cette 37ème édition du championnat, dont le coup d’envoi avait été donné le 26 mars pour les éliminatoires. Excepté Kidal, toutes les Ligues du pays (Kayes, Bamako, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao) étaient représentées et le nombre de joueuses a considérablement augmenté cette année.

Dans son mot introductif, le Secrétaire général de la Fédération malienne de tennis, Amadou Dicko, dira que cette 37ème édition du championnat national de tennis était prévue  pour se dérouler en décembre 2015, mais a été finalement reportée en raison de l’attaque terroriste contre  l’hôtel Radisson Blu survenue le 20 novembre 2015 à Bamako.

En ce qui concerne les principaux résultats de cette 37ème édition, outre le sacre en Simple Messieurs de Dramane Bagayogo au détriment de Gaoussou Coulibaly, il est important de signaler qu’en Simple Dames, Kadia Dabo a damé le pion à Koromotou Kéïta. En Cadets, Amadou Diarra a pris le dessus sur Aly Bah, tandis qu’en Minimes garçons, Cheicknè Traoré a battu Tiémoko Diawara. Chez les Minimes filles, Massitan Coulibaly (Sikasso) a dominé Kanti Camara. En Benjamins, Arouna Sam a dicté sa loi à Babouya Diaby, alors que chez les Benjamines, Kankou Kéïta s’est débarrassée de Fatoumata Diarra.  Enfin, en Double Messieurs, le duo Dramane Bagayogo-Amadou Doumbia a dominé celui composé de Gaoussou Coulibaly-Amadou Diarra.

Au tableau des récompenses, plusieurs trophées, prix et matériels ont été distribués. Notons qu’en Simple Messieurs, le vainqueur Dramane Bagayogo a eu droit à une enveloppe de 350.000 Fcfa et à une Coupe, tandis que le perdant a été consolé avec une enveloppe de 250.000 Fcfa ; les demi-finalistes, 100.000 Fcfa chacun ; les quarts de finalistes, 50.000 Fcfa et les huitièmes de finalistes, 15.000 Fcfa.

En Simple Dames, la victorieuse Kadia Dabo a eu une enveloppe de 150.000 Fcfa ; la finaliste a eu 100.00 Fcfa et les demi-finalistes ont eu chacune 50.000 Fcfa. En Doubles Messieurs, le duo vainqueur a été gratifié d’une Coupe et de 100.000 Fcfa et le duo finaliste a eu droit à 50.000 Fcfa. Toutes les autres catégories ont été récompensées en matériels.

Au terme de cette finale en Simple Messieurs qu’il a qualifiée de très bon niveau, Youssouf Singaré, chef de Cabinet du ministère des Sports, a félicité la Fédération malienne de tennis pour les efforts déployés, notamment en dotation de courts de tennis et de matériels, même dans les régions pour promouvoir ce sport sur toute l’étendue du territoire national. «Les efforts de la Fédération sont à encourager. Ce que j’ai vu cet après-midi me rassure que le tennis malien a fait d’importants progrès tant au plan national qu’international. En votre nom, je plaiderai auprès du ministre des Sports pour que les courts de tennis qui ne sont pas en bon état ou qui ne répondent pas aux normes, soient refaits et revalorisés», a promis M. Singaré.

Bruno E. LOMA

PARTAGER