41e assemblée générale ordinaire de la Femafoot : La complaisance

2

En dépit des injonctions du conseiller du Ministre de la Jeunesse et des Sports à l’ouverture de la session, la 41e Assemblée Générale de la Femafoot a brillé par le manque de débats contradictoires et la grande complaisance. Si les travaux ont été escamotés et bâclés, les différents rapports et textes ont été néanmoins adoptés avec des amendements. Drôle de scénario !

Le samedi 1er décembre 2012, la Fédération malienne de football (Femafoot) a tenu les travaux de la 41ème session ordinaire de son Assemblée Générale dans la salle Moussa Mary Balla Coulibaly du Conseil National du Patronat du Mali à l’ACI 2000 à Bamako. Les assises ont enregistré la participation de la soixantaine de délégués (Ligues Régionales, Clubs de Ligue 1, Clubs Champions de Ligue 2, Groupements Sportifs), la quarantaine d’invités, d’observateurs et l’ensemble du Comité Exécutif de la Femafoot (une trentaine).

En prélude aux travaux, la cérémonie d’ouverture a donné le ton. Les propos du conseiller technique du Ministre de  la Jeunesse et des Sports, Boubacar Traoré, ont été sans équivoque pour planter le décor : «Le souci qui vous anime, celui de hisser le football malien vers les sommets, exige de vous cet exercice qui est de nature à évaluer le chemin parcouru, à vous soumettre aux observations et critiques de ceux-là qui vous ont donné mandat de gérer cette discipline sportive. Cela en vue d’envisager des solutions aux problèmes rencontrés pour que notre sport roi rayonne de tout son éclat au plan national et international. Je ne doute pas que vous êtes des hommes capables de vous remettre en cause, d’évaluer sans cesse le travail accompli au regard d’un objectif défini».

Les travaux proprement dits pouvaient  commencer. Au présidium, le président du Comité Exécutif de la Femafoot, Hammadoun Kolado Cissé était entouré d’hommes indiqués pour la circonstance : Moussa Konaté (1er vice-président, Chargé des sélections nationales et du football professionnel), Boubacar Monzon Traoré (2e vice-président), Djibril Kané (président de la Commission juridique), Seydou Sow (Chargé Marketing-Télévision et des Finances)  et Boubacar Thiam (Secrétaire Général). Le verrou est bien monté  non seulement pour sauvegarder les acquis du bilan fédéral, mais aussi pour esquiver ou annihiler les questions gênantes. En plus,  dans l’assistance, des délégués sont manipulés pour monter la garde autour  du président Cissé et compagnie. Le rôle de chef de fil de cette garde rapprochée est merveilleusement joué par Banou Makadji, président de la Ligue de Koulikoro. C’est le moment idéal pour lui de payer la rançon de la montée illégale de son club, le Nianan de Koulikoro en Ligue 1 Orange l’an dernier. Banou Makadji est accompagné dans cette mission par  la Ligue de Mopti (anciennement présidée par Hammadoun K. Cissé), la Ligue de Ségou, une partie de la Ligue de Kayes et Sidy Mohamed du Club Olympique de Bamako. En face, l’opposition avait aussi aiguisé ses lames. Sékou Maciré Sylla de Onze Créateurs et Hamala Nimaga de l’ASB en étaient les têtes de prou.

Le tapis est déroulé. Le choc pouvait commencer.

Les points d’achoppement

Les  rapports financiers et l’adoption du procès-verbal de la 41e Assemblée Générale ont ravi la vedette. Sur ces sujets, la fracture était totale entre les pros et les anti-Femafoot.

Les rapports financiers ont dégoûté plus d’un  par leur incohérence. Des délégués ont même proposé de convoquer sur le champ une Assemblée Générale extraordinaire. Mais le président de la Femafoot a booté en touche ce scénario et a même suggéré l’adoption des rapports financiers par vote. Mal lui en pris. Seuls une douzaine de délégués ont voté pour. Cela pour sauver la face à la Femafoot, certains délégués proposent d’aller au consensus. Finalement, lesdits rapports sont adoptés avec amendements. L’on retiendra tout de même que les débats ont été biaisés. Pire, l’on a refusé de donner la parole à Seydina Oumar Sow (président de la Jeanne d’Arc) pour qu’il s’exprime sur le sujet. Après de multiples altercations, monsieur Sow a été prié de quitter la salle.

Les questions soumises par rapport à la 40e Assemblée Générale ordinaire ont mis à nu la violation des textes. On se rappelle que c’est lors de cette session en 2011 que six (06) membres du Comité Exécutif ont été débarqués sans préavis. Comment adopter alors le procès-verbal de la 40e Assemblée Générale sans rappeler certaines violations des textes ?

A ce sujet, le Secrétaire général de la Ligue de Sikasso, Yacouba Koné «Herbain» n’est pas allé par mille chemins : «Ayons le courage de dénoncer certaines décisions prises lors de l’Assemblée Générale de 2011. Par moment, les textes ont été violés sur toute la ligne. Ce sont des choses qu’il ne faut plus reproduire…» Avant de terminer ses propos, Yacouba Koné a été prié par Banou Makadji de ne pas en dire plus. Néanmoins, tous les délégués étaient confondus par la véracité des propos du Secrétaire général de la Ligue de Sikasso. L’Assemblée acquiesce le coup malgré elle. Une sorte de mea culpa.

Autre fait rétrogradant de la 41ème Assemblée Générale ordinaire : le  changement du  mode de vote des Ligues Régionales à l’Assemblée élective.  Au lieu d’une personne par bulletin pour les trois délégués, c’est un seul porteur de voix qui votera au nom de toute la Ligue. Une grosse manigance électoraliste du président Hammadoun Kolado Cissé. On se rappelle que lors de l’Assemblée Extraordinaire de mai 2011 relative à l’harmonisation des textes à ceux de la FIFA, la Femafoot avait banni de ses textes, le système de porte voix pour les Ligues Régionales lors de l’élection fédérale.

Le communiqué de presse officiel de la Femafoot publié à la fin des travaux dévoile les mesures et décisions prises lors de la 41e Assemblée Générale. Il était 19h20. Ce sont :  la désignation de la Ligue de Gao et de l’ASB comme vérificateurs du Procès-verbal de la 41ème Assemblée Générale, la reconduction du Cabinet FAACIM-SARL (Judiciaire Africaine d’Audit, de Conseil, d’Informatique et de Management) comme auditeur des comptes,  l’adoption du PV de la 40ème A.G, des rapports d’activités et financières de la saison écoulée, l’amendement de certains articles des textes (Statuts, Règlement d’application des Statuts et Règlements Généraux) pour permettre de s’adapter aux exigences du football moderne. Ces amendements sont relatifs aux procédures d’affiliation, les procédures disciplinaires et le délai de convocation de l’A.G qui passe désormais de 60 à 90 jours après la clôture des comptes.

Les prémisses d’une fin de règne

A la lecture des travaux et du déroulement de  la 41e Assemblée Générale ordinaire, des signes avant-coureurs d’une fin de mandat apparaissent au grand jour. La composition du présidium de la cérémonie d’ouverture est révélatrice  avec l’absence remarquée  du Ministre chargé des Sports, du Gouverneur du district de Bamako, du président du Comité National Olympique et Sportif du Mali et du Maire de la Commune IV. Presque tous se sont fait représenter. Cette absence a tout son sens ! On ne peut passer sous silence, le discours du président de la Femafoot qui, pour une fois, n’a pas été accompagné d’applaudissements nourris et soutenus. Que dire de l’état d’esprit et de manque de sérénité du président Cissé qui avait la tête dans les nuages. En ce samedi 1er décembre, il déclare : «En ce vendredi saint…». Contrairement à la 40e Assemblée Générale ordinaire de novembre 2011, le président Cissé a été sanctionné par le très faible vote des délégués lorsqu’il demandait l’adoption des rapports financiers. Une sorte de désaveu ! On retiendra également que seules les Ligues de Koulikoro, Ségou, et une partie de la Ligue de Kayes ont soutenu ouvertement le Comité Exécutif de la Femafoot. Même la Ligue de Bamako, principale alliée du président Cissé, a marqué le pas.

Pour une des rares fois, il n’y a pas eu lieu de cérémonie de clôture. Ceci explique cela.

En dehors du front anti-Fédération qui pèse assez lourd, il faut signaler la présence de la majorité silencieuse n’approuvant pas la gestion fédérale. Toute chose qui a freiné le président Cissé dans son option de remembrement du Comité Exécutif. Comme on le comprend, lors de la 41e Assemblée Générale ordinaire du samedi 1er décembre 2012, les délégués ont envoyé un signal fort au président Hammadoun Kolado Cissé et son équipe. Ils sont prêts à accompagner le Comité Exécutif jusqu’à la fin du mandat en juillet 2013. Et ce sera tout.

Baba Cissouma

We will also discuss new developments and opportunities in our outreach and recruitment programmes and delegates will hear about changes to student finance and to University courses in general, from professional services and academic colleagues

“In my middle high school years (Grade 10 and 11) when I was supposed to be playing bantam hockey, I wasn’t keen on playing with boys at that point and it wasn’t encouraged at all, so I had to give it up.toms wedges
on Saturday, January 28, 2015.chaussures louboutin pas cher
Oracle and W.hollister frankfurt
Sch rner reste prisonnier en URSS jusqu’en 1955.chaussures louboutin pas cher
Don’t delay to call as at this price it won’t last too long.prada handbags uk
Competition is not just about outcomes, but also about how little energy you can exert in the process.mcm handbags

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. De toute facon il a rendez vous pour l adoption d un autre rapport financier au pool economique!!!!!

  2. arrête mr le journaleux, une federation de foot c’est que les resultat technique. le reste n’est que bonus donc laisse les travailler. les aigles sont au plus haut niveau depuis 1972 un point c’est tout

Comments are closed.