5EME Edition du marathon international boa Bamako: Le Kenyan Elijah Munturi Karanja au-dessus du lot

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Le dimanche 13 janvier au stade omnisports « Modibo Kéita », les rideaux sont tombés sur la 5è édition du Marathon international BOA Bamako. Placée sous le signe de la solidarité, cette édition a répondu à toutes les attentes. Après une longue haleine, sur plus 40 000m, le Kenyan Elijah Munturi Karanja s’est largement « éclaté » devant une foule en liesse et  sur un chrono de 2het 27 minutes.

Même le soleil bamakois était présent au rendez-vous à travers ses rayons qui brûlaient les fronts et les gorges des marathoniens qui étaient alignés sur les 42, 100, 10 et 5 km. Au total, 2551 athlètes portaient sur leurs bustes les numéros pour les trois ordres : à savoir, le Marathon qui 588 concurrents  sur les 42,100km, les Juniors filles  et garçons qui totalisaient 720 candidats partis sur  les  10 km et les Cadets filles et garçons regroupant 243 participants sur les 5km. Il était 15h45 minutes lorsque le ministre des Sports, Hameye Founé Mahalmadane, donna le coup d’envoi. Du coup, ce fut une concurrence partant de la force et de la mobilité. Auparavant, le président de la Fédération malienne d’athlétisme (FMA) et le DGA de la BOA ont souhaité la bienvenue au public qui trépignait dans les gradins au rythme de cette fête marathonienne qui a désormais pris une dimension internationale.

Les sprinteurs sur les 42,100km ont sillonné les communes II, III et IV de Bamako. Ils avaient la lourde tâche de faire deux fois  le tour d’une piste de 21,50 km.  Le point de départ de ce parcours: le  Stade « Modibo Kéita », en passant par l’intersection Ecole de la Liberté, via l’échangeur du département des Sports pour continuer sur celui du Cinéma Babemba, avant de tourner juste à droite du carrefour de l’Hippopotame, sur le Boulevard de  l’indépendance. De là, les coureurs traversèrent le pont « Diafranako » pour contourner le carrefour de l’Eléphant et emprunter le tronçon de la Bibliothèque nationale, via Place CAN. Ensuite, ils contournèrent  le Rond-point de la Place CAN pour virer juste à droite vers le Bureau du Vérificateur général et longer ce circuit  jusqu’au Carrefour de la Bougie avant de suivre le boulevard de l’Avenue du Mali jusqu’à l’édifice Kwamé N’Kruma. Ils  poursuivirent ce passage pour emprunter l’intersection (sous l’échangeur du Pont Fahd) en passant devant le CICB via l’échangeur du Pont des  martyres et devant  le siège de la BOA. Parcourant  donc cette ligne droite jusqu’au Carrefour des Chasseurs, les sprinteurs feront le tour pour la voie du 3è Arrondissement pour  courir tout droit avant de virer  à gauche  sur la Rue 10,  jusqu’à l’IOTA. De là, les coureurs couvriront ce trajet pour reprendre la voie passant par Médine pour passer  par le Stade « Modibo Kéita » c’est-à-dire en revenant au point de départ.

C’est cette distance de 21,50 km qui devrait être parcourue à deux reprises par les marathoniens maliens et leurs challengers des 11 pays d’Afrique et  d’Europe qui ont honoré cette fête de leur présence : le Bénin, le Burkina Faso, la France,le Ghana, le Kenya, Madagascar, le Mali, la RCI,la RDC, le Sénégal, la Tanzanie. Après un premier tour, le lot des sprinteurs se sépare en deux. La tête du peloton était partagée par les Kenyans et les Ghanéens. Elijah Munturi Karanja, qui portait le numéro 1974,  se sentait plus mieux et encourageait ses camarades. De la descente du Pont  des martyres, seconde étape, Elijah accélère et se détache du lot. Personne ne peut plus le suivre, et l’écart entre lui et les autres devient de plus en plus grande.  Très ovationné par les populations riveraines de Dar Salam, de  Lafiabougou, du quartier du fleuve, de Bozola, Quinzambougou, Missira et Médina Coura, en plus de la grande foule du Stade « Modibo Kéita », et sous une forte mobilisation des  forces de sécurité (Police, Gendarmerie, Garde républicaine), Elijah franchit la bande blanche de l’arrivée avec un visage serré, mais envahipar une immense joie. Le Kenyan, qui remporte ainsi le jackpot de la 5è édition, a laissé entendre qu’il est comblé de joie non seulement pour sa participation à cette fête marathonienne qui est une vitrine de l’athlétisme malien à travers le monde, mais qu’il est surtout très content de sa victoire. En empochant le million de FCFA de récompense, il a promis de prendre part à la prochaine édition.

Soumana Touré 

 
SOURCE:  du   15 jan 2013.