Affaire Rooney : L’Angleterre retient son souffle

0
0

Six mois avant le coup d’envoi officiel, l’Angleterre jouera une partie de son Euro-2012 aujourd’hui à Nyon, où l’UEFA décidera de confirmer ou non en appel la suspension de trois matches infligée à sa star Wayne Rooney.

L’attaquant de Manchester United a été sanctionné après avoir reçu un carton rouge pour avoir donné un coup de pied au mollet d’un joueur monténégrin lors du dernier match de qualification le 7 octobre à Podgorica (2-2). Si la sentence était maintenue, Rooney manquerait toute la première phase de l’Euro, c’est-à-dire les matches contre la France le 11 juin, la Suède le 15 juin et l’Ukraine le 19 juin, tous prévus en Ukraine. Il ne ferait son retour que pour un éventuel quart de finale, à condition évidemment d’avoir été sélectionné. Car Fabio Capello, qui sera présent à Nyon pour participer à la défense, a pour le moment déclaré qu’il attendait de connaître la longueur de la suspension pour se décider. La Fédération anglaise (FA) a fait appel et engagé un cabinet d’avocats pour tenter d’obtenir un allègement de la peine de son joueur-phare, qui devait se rendre directement au siège de l’UEFA après le match de Ligue des champions entre Bâle et Manchester United, mercredi soir en Suisse. Le camp anglais aura quelques arguments à faire valoir, en particulier les regrets immédiatement exprimés par Rooney, qui a reconnu s’être mal comporté, et le caractère relativement inoffensif du coup de pied.

La “victime”, Miodrag Dzudovic, a lui-même écrit à l’UEFA pour demander la clémence. Mais le génial rouquin a aussi un lourd passé de “bad boy” qui pourrait jouer contre lui. Au Mondial-2006, en quart de finale contre le Portugal, il avait déjà été exclu pour avoir marché sur Ricardo Carvalho puis bousculé Cristiano Ronaldo, avec lequel il jouait à l’époque à Manchester United. En club, Rooney a déjà reçu trois cartons rouges, ce qui est déjà beaucoup à 26 ans, pour un attaquant, d’autant que d’autres écarts de comportement n’ont été sanctionnés qu’après coup, comme la bordée de jurons proférées devant la caméra qui lui avait valu une suspension de deux matches l’an passé. Dans tous les cas, il semble fort improbable que la star soit purement et simplement blanchie ou que sa sanction soit entièrement couverte par un sursis, ce qui fait que l’Angleterre devra selon toute vraisemblance se passer de lui pour son match le plus difficile, face à la France. L’absence de Rooney sera un coup dur pour l’équipe au Trois Lions, qui ne compte pas d’autre star d’envergure mondiale. L’attaquant des “Red Devils” a marqué 28 buts en 73 sélections et exerce une énorme influence sur le jeu offensif anglais. Fabio Capello a commencé à se préparer au pire en se passant volontairement de son meilleur joueur pour les deux matches amicaux disputés le mois dernier à Wembley contre l’Espagne et la Suède. L’Angleterre s’est imposée deux fois 1 à 0, mais il n’est pas sûr que cela suffise à la rassurer si l’UEFA persistait dans la fermeté.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.