Afrobasket masculin U16 : Aiglonnets, en attendant les quarts de finale

2

Afrobasket masculin U16 : Aiglonnets, en attendant les quarts de finaleDéjà qualifiée pour les quarts de finale (trois victoires en autant de sorties), la sélection nationale devrait poursuivre sa série aujourd’hui face à la Guinée Equatoriale et conforter sa place de leader de la poule

La 4è édition de l’Afrobasket masculin U16 se déroule dans notre pays depuis le 30 juillet dernier et se poursuivra jusqu’au 8 août. Au total, 11 pays et non 12, participent à cette édition puisque la Centrafrique n’a pu faire le déplacement. Les 11 sélections ont été reparties en 2 poules et le Mali est logé dans le groupe A en compagnie de l’Egypte, du Nigeria, de la Guinée Equatoriale, du Rwanda et de l’Algérie.

Quant à la poule B, elle est composée de l’Angola, de la Tunisie, du Maroc, de l’Afrique du Sud et de l’Ethiopie. La première phase de la compétition va se jouer sous forme de championnat et les 4 meilleures sélections de chaque poule se qualifieront pour les quarts de finale. La seconde phase (quart de finale, demi-finales et finales) sera à élimination directe et il convient de signaler que cette 4è édition de l’Afrobasket est qualificative pour le Championnat du monde U17. Autrement dit, les 2 pays finalistes représenteront l’Afrique au prochain Mondial U17.

Pour le moment, tout va bien pour la sélection nationale qui a signé trois succès en autant de sorties. Lors de la première journée, les cadets maliens ont infligé un cinglant 75-40 au Rwanda, avant de remettre ça 24h plus face à l’Algérie surclassée 73-47, soit 26 points de différence. Samedi au compte de la troisième journée, le capitaine Abdoul Karim Coulibaly et ses coéquipiers ont confirmé tout le bien qu’on pense d’eux en écrasant cette fois-ci le Nigeria 88-54, soit également 34 points de différence.

Pour le moment donc, les joueurs du coach Zoumana Coulibaly réalisent un parcours sans faute et sont assurés de terminer à l’une des quatre premières places synonymes de qualification pour les quarts de finale.

Le Mali occupe la tête du groupe A devant l’Egypte (2 victoires mais qui disputait son troisième match de poule hier soir contre la Guinée Equatoriale, ndlr). Tout laisse penser que la première place du groupe se jouera entre le Mali et l’Egypte et derrière les deux pays, la lutte s’annonce serrée entre l’Algérie, le Nigeria et le Rwanda. Lanterne rouge du classement (3 défaites en autant de sorties), la Guinée Equatoriale est déjà hors course. Dans la poule B, c’est le champion en titre, l’Angola qui se positionne en tête du classement avec trois victoires en autant de sorties.

Les Angolais ont dominé successivement l’Afrique du Sud (54-46) et l’Ethiopie (79-64) avant de surclasser le Maroc (81-53). Derrière l’Angola, c’est l’embouteillage avec trois pays qui ont chacune une victoire. Il s’agit de la Tunisie, de l’Ethiopie et de l’Afrique du Sud. Le Maroc est donc le seul pays de la poule qui n’a enregistré aucune victoire.

-UN TROISIEME QUART-TEMPS EXCEPTIONNEL- En analysant les trois premières sorties de la sélection nationale, on peut dire que l’équipe coachée par le duo Zoumana Coulibaly-Sekou Tamboura «Serge» alterne le bon et le moins bon. Le bon parce qu’ils ont gagné toutes leurs rencontres avec au moins 20 points d’écart et le moins bon parce que l’équipe a étalé beaucoup de lacunes dans son jeu.

Il faut que l’encadrement s’emploie à corriger ces lacunes avant l’entame de la deuxième phase et les matches couperet. Contre le Rwanda ou encore face à l’Algérie et au Nigeria, la sélection nationale a eu tous les problèmes du monde lors des deux premiers quarts avant de renverser la vapeur dans le troisième quart temps. Aucun des trois pays n’a réussi à marquer plus de 5 points dans ce quart temps alors que les nôtres tournaient avec une moyenne 17 points (le Rwanda 5 points, l’Algérie 4 points et le Nigeria 5 points, ndlr). Cela peut s’expliquer par la fraîcheur physique de la sélection malienne.

Il appartient donc à l’encadrement technique d’exploiter cet avantage et de chercher à améliorer le jeu collectif et tactique de l’équipe. Aussi le coach Zoumana Coulibaly et ses poulains n’ont jamais réussi à mettre en place un système pouvant empêcher les shoots à distance. Dans les trois premières rencontres, le Mali a pris au moins 35 points dans les tirs à trois points. Un autre problème qu’il faut résoudre rapidement avant d’affronter l’Egypte pour le ticket de la première place du groupe (mardi, ndlr) concerne les rebonds (surtout offensif, ndlr). Les pivots maliens, à savoir Abdoul Karim Coulibaly, Moulaye Mamadou Sissoko et Blaise Keïta ont de sérieux problèmes à ce niveau.

Lors de la troisième journée, le Mali a beaucoup souffert de ce problème et les protégés de Zoumana Coulibaly ont été menés pour la première fois au tableau d’affichage. Mais après un début de match difficile, le capitaine Abdoul Karim Coulibaly et ses coéquipières se sont ressaisis pour s’imposer finalement par le score sans appel de 88-54, soit 34 points d’écart. « Le Nigeria nous a posés beaucoup de problèmes aujourd’hui (samedi soir, ndlr). Mais les garçons ont su réagir et renverser la situation. Je pense qu’on avait besoin d’un gros match comme ça pour avoir une idée du potentiel de l’équipe. Je suis content de la réaction des joueurs », analysera le manager des Aiglonnets, Zoumana Coulibaly en conférence de presse.

Hier c’était le repos pour les sélections sauf l’Egypte et la Guinée Equatoriale qui disputaient leur match en retard de la première journée de la phase de poule. La compétition reprend ses droits aujourd’hui et six rencontres sont au programme. L’honneur reviendra aux Rwandais d’ouvrir le bal contre l’Algérie à 10h. Cette rencontre est très importante pour les deux pays qui sont en quête d’une deuxième victoire synonyme de qualification pour les quarts de finale.

Sur le papier l’Algérie abordera la partie avec les faveurs du pronostic, mais ce que le Rwanda a démontré contre le Mali et sa victoire contre la Guinée Equatoriale, les Algériens ont tout intérêt à se méfier de leurs adversaires. A 14h on aura le derby maghrébin entre la Tunisie et le Maroc et juste après cette rencontre le Nigeria défiera le vice champion d’Afrique, l’Egypte dans une rencontre qui promet des étincelles. A 18h le Mali rencontrera la Guinée Equatoriale et l’objectif des protégés de Zoumana Coulibaly sera de gagner et conforter leur place de leader. La dernière rencontre de cette journée mettra aux prises l’Afrique du Sud et l’Ethiopie.

D. COULIBALY

LE PROGRAMME

10h : Rwanda-Algérie

12h : Centrafrique-Angola

14h : Maroc-Tunisie

16h : Nigeria-Egypte

18h : Guinée Equatoriale-Mali

20h : Afrique du Sud-Ethiopie

—

LE CALVAIRE DES SUPPORTERS

La 4è édition de l’Afrobasket masculin U16 a débuté jeudi et les Aiglonnets ont fait trois belles victoires respectivement, face au Rwanda (75-40), à l’Algérie (73-47) et au Nigéria (88-54).

Mais si tout va bien pour le Mali sur le parquet, les supporters eux, sont confortés à beaucoup de problèmes et ne décolèrent pas à l’égard des organisateurs. Non seulement les inconditionnels rencontrent d’énormes pour accéder au Palais des sports, mais il y a aussi des difficultés au niveau du parking, de la nourriture et du transport aller-retour. Moctar Niambélé interpelle la commission d’organisation et la Fédération malienne de basket-ball. «Je demande au premier responsable de la Fédération malienne de Basket Ball (FMBB), Me Jean Claude Sidibé d’encourager les supporters, de nous rendre plus facile l’accès du Palais et d’assurer la nourriture pour tout le monde. Franchement, nous travaillons dans des conditions très difficiles qui ne nous permettent pas de jouer notre rôle de 12è homme», plaidera celui que tout le monde appelle «Chani Abacha».

Assa Diallo abondera dans le même sens en insistant elle aussi, sur les conditions dans lesquelles travaillent les supporters depuis le coup d’envoi du tournoi. «Non seulement nous avons des problèmes de déplacement, mais les organisateurs n’arrivent pas à assurer la nourriture pour l’ensemble des supporters.

Aussi, à chaque match, on a des problèmes pour accéder à la salle», renchérira notre interlocutrice, alors que sa cadette Hamchétou Maïga critique l’indifférence de la fédération. «Nous ne sommes pas dans les conditions. Nous payons le parking, la nourriture et le transport et ça au vu et au su de la fédération. Où sont passés les responsables de la fédération», interrogera-t-elle ?

—

ILS ONT DIT…

Modibo Souleymane Touré, Radio Tériya Niéna : «Je pense qu’il y a beaucoup de lacunes au niveau de l’organisation. On ne sent pas la grande mobilisation et l’implication de tous les acteurs notamment la presse sportive. La commission d’organisation doit changer de stratégie».

Soumana Touré, journal Le Combat «L’organisation de cette compétition est une bonne chose pour notre pays qui focalisera l’attention du monde sportif de l’Afrique jusqu’au 8 août. Mais pour le moment, il faut dire que les conditions de travail de la presse ne sont pas à la hauteur de l’événement».

Macki Niang, journal Le Sphinx : «Il y a des problèmes mais je pense que la fédération fait de son mieux pour corriger les lacunes étalées ça et là. A mon avis, la fédération doit surtout mettre l’accent sur les conditions de travail des journalistes qui sontont un rôle important à jouer dans la réussite de la compétition».

Sory Ibrahim Konaté, journal Les Échos : «Organiser une compétition comme l’Afrobasket est une très bonne chose parce que ça permet de rehausser le niveau de notre basket de jeunes. Si j’ai quelque chose à demander à la fédération, c’est l’amélioration des conditions de travail de la presse. La réussite du tournoi passe par une bonne couverture des médias».

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. La communication sur l’évĂ©nement est dĂ©sastreuse. Ni les Maliens, ni les Ă©trangers n’ont accès au calendrier, aux rĂ©sultats, Ă  la composition des Ă©quipes, aux statistiques, etc. C’est un devoir pour la FĂ©dĂ©ration malienne de Basket et il faut qu’elle le sache. J’ai suivi le parcours des U 16 Filles Ă  Madagascar du dĂ©but Ă  la fin sur un site malgache; faisons donc des efforts pour que les autres puissent suivre ce qui se passe chez nous!!!

  2. L'organisation est certainement un gros problème. Quant Ă  la communication sur l'Ă©vènement, elle est quasi nulle: ni l'ORTM, ni la FĂ©dĂ©ration de Basket ne se montrent Ă  la hauteur. Hier dans la nuit, les rĂ©sultats des matchs de la quatrième journĂ©e n'Ă©taient pas disponibles sur le site Web de la FĂ©dĂ©ration alors que la cinquième journĂ©e Ă©tait bouclĂ©e. La FĂ©dĂ©ration malienne doit savoir qu'elle a une obligation vis Ă  vis de l'opinion nationale et internationale Ă  remplir. Que dire du calendrier, de la composition des Ă©quipes, des statistiques, etc? Rien de tout ça n'est prĂ©vu sur le site officiel. Un site Ă©tranger de sport que je visite est Ă  la recherche d'une bonne volontĂ© pour lui communiquer les rĂ©sultats qu'il ne peut pas avoir sur le site officiel de la compĂ©tition…c'est plutĂ´t dĂ©plorable non?!

Comments are closed.