AigloScopie : A la recherche de la fierté perdue

6 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Samedi 02 Février 2013, quelle journée mémorable pour le Malien lambda ! La visite du président Hollande coïncide avec la qualification pour le carré d’as de la CAN au détriment du pays organisateur ! La tradition a été respectée, serait-on tenté de dire. Le 02 Février a été ressenti partout au Mali comme un curieux ballon d’oxygène qui véhicule des sentiments de joie, de délivrance, de reconnaissance et de renaissance.

L’explosion de joie des Maliens après leur qualification pour les demi-finales de la CAN, en battant les Sud-Africains aux tirs au but, le 2 février 2013 à Durban. AFP

Eh oui ! L’année 2012, qui avait pourtant commencé avec une honorable 3ème place à la CAN, a été pénible d’un bout à l’autre pour le peuple du Mali avec son lot méprisable de maux : rébellion, agression, coup d’état, tentative de contre coup d’état, embargo, guerre fratricide des bérets, non reconduction d’un sélectionneur qui a honoré son contrat, bavure militaire, marasme économique, arrestations arbitraires, tabassage de président et de journalistes, incessants ballets de la Cedeao, destruction de mausolées, amputations, viols, pillages, comédies opportunistes des politiciens du sud… Ouf ! Nous en oublions certainement…

Et puis arrive le triste scenario de Konna qui se révèlera par la suite salvateur, car il permettra à la France d’entrer en action pour sauver un peuple en péril. En plus de stopper, puis de repousser l’avancée des djihadistes qui fondaient vers le sud, l’intervention de la France a eu le don, jour après jour, de finir de convaincre tous les Maliens, surtout ceux qui marchaient pour brandir l’insouciante et suicidaire pancarte « aucune force étrangère sur notre sol ».

Le 02 Février 2013, le président Hollande, à travers sa visite, a consolé Tombouctou qui a subi une violente torture morale à travers la destruction de son (ou plutôt « du ») patrimoine culturel millénaire et universel. Voir à la télévision les vieilles femmes de Tombouctou scander, les larmes aux yeux, « Merci Hollande ! Merci Hollande ! » ne mérite pas d’être commenté, il faut simplement imaginer les pires humiliations subies… il faut simplement laisser couler les larmes…

Le 02 Février 2013, les populations de Tombouctou ont aussi contemplé la rageuse tête piquée de Seydou Keita sur le but égalisateur, les prouesses de félin de Soumeyla Diakité dont serait certainement fier un ancien goal et sélectionneur des Aigles et qu’on appelait affectueusement Capi (paix à son âme !).

Il s’est barré, le Yattabaré

Et pourtant, les Aigles sont difficilement entrés dans la compétition sur les deux premiers matches. Et le départ de Sambou Yattabaré était de nature à installer le malaise dans le groupe. Heureusement que le sélectionneur Carteron, malgré sa jeune expérience, a su par un discours captivant, empreint d’humilité et de courtoisie, maintenir le moral de son équipe. Quand on regarde sous l’angle de la forme du moment, on peut comprendre la frustration de Yattabaré. Mais, au regard du contexte du Mali d’aujourd’hui où l’image a été ternie par les évènements qui s’y déroulent, le comportement de Yattabaré est blâmable. En plus, un ministre de la république qui est sur les lieux, ça se respecte ! En guise d’exemples, Iniesta et Xavi sont aujourd’hui les moteurs du meilleur club du monde, mais dans toute leur humilité, ils ont su rester dans l’ombre des Deco et Ronaldinho jusqu’à ce que leur heure vienne ! Tous les observateurs savent que Momo Sissoko manque énormément de temps de jeu dans son club, mais si l’entraîneur fait confiance à son abattage physique, et surtout sa culture tactique, il faut respecter ce choix.

Le combustible de la compassion

L’effort de guerre est aujourd’hui devenu une expression bien courante au Mali. Chacun contribue comme il peut pour que le Mali sorte définitivement de la crise et qu’il recouvre sa stabilité et sa fierté d’antan. A écouter aujourd’hui le sélectionneur et le capitaine des Aigles, on comprend bien que la situation du pays a été bien intégrée dans le discours de galvanisation au sein du groupe.

Les Aigles savent qu’ils peuvent procurer de la joie aux leurs. Ils savent qu’ils peuvent substituer aux souffrances endurées, et aux hontes subies, un sentiment de fierté d’appartenir à une nation dont les couleurs sont le vert, le jaune et rouge. Ils savent, qu’à leur manière, ils peuvent et ils doivent contribuer à l’effort de guerre.

Au pied de l’objectif

L’objectif assigné à Carteron, et tel qu’il l’a cité lui-même en prenant les rênes de l’équipe nationale est clair : « Faire mieux que la dernière CAN ». Alors que les Aigles ont été 3ème à la dernière CAN. Pour un jeune entraîneur sans expérience sur le continent, il s’agissait d’un objectif osé et ambitieux. Aujourd’hui, Carteron est en face de son objectif, et nous devons l’en féliciter car beaucoup d’observateurs n’y croyaient pas.

Pour faire mieux que la dernière CAN, il faut aller en finale. Et pour aller en finale, il faut battre le Nigeria. Et pour battre le Nigeria, il faut beaucoup de muscle, beaucoup d’engagement, beaucoup de d’adresse et beaucoup de sang-froid.

Au vu des forces en présence, c’est du 50-50. Nous vous souhaitons bonne chance pour que le Mali tout entier mémorise encore, comme le samedi dernier, la date de Mercredi 07 Février 2013 …si nous parvenons à gravir un palier pour enfin nous rappeler un certain Yaoundé 72.

Une contribution de Alhousseyni MORBA, Bamako, Mali

 

 

6 Réactions à AigloScopie : A la recherche de la fierté perdue

  1. vinci

    bon article mais le mercredi c est 06 fevrier et non le 07 pour le reste bien dit et k vive les aigles

  2. MALCOMX1424

    BONNE CHANCE AUX AIGLES,MEME SI J’AI LA PEUR AU VENTRE,J’AI LA FORTE CONVICTION QUE LE MALI FERA MIEUX QUE LA CAN PRECEDENTE.INCHALLAH

  3. Van Traoré Président de l'AJDCV

    URGENT : En cas de la victoire des Aigles du Mali pour la Can 2013 (Mali-Nigeria) nous demandons à la population malienne de resté sur place pour manifester leurs joies car notre pays est en état d’urgence.
    Et puis la fois passé nous avons constaté qu’il y’avait beaucoup des dégâts et des blessés dans la rue de Bamako.
    NB : Les manifestations est permis mais pas à l’heur actuel vu la situation du Mali.
    Ensemble tous derrière les Aigles du Mali, nous gagnerons Incha-Allah.

  4. Vive les aigles du Mali ! Des victoires et encore des victoires !

  5. ettoi

    Joli article main le 7 fevrier c´est plûtot jeudi., pas mercredi.
    Ceci n´étant qu´un détail l´article est bien traité.
    La lecon des aigles devrait être celle du Mali de demain!

    laver la honte a tous les niveaux mais d´abord et surtout au niveau de la facon de penser et de reagir du nouveau Malien, car l´après KONNA DEVRAIT ETRE LA FORGE POUR TOUT MALIEN, d´ou il en sortirait un nouveau Malien, une nouvelle Malienne.
    SI NOUS VOULONS PAYER AUX VOISINS AFRICAINS ET A LA FRANCE LE SACRIFICE COMBIEN SANGLANT QU´ILS VIENNENT DE NOUS FAIRE EN SAUVANT TOUT SIMPLEMENT NOS VIES!

    LE PAYS A TOUT DE SUITE BESOIN D´HOMMES ET D´INSTITUTIONS INTEGRES:
    D´UN ISLAM DEMYSTIFIÉ DANS UNE REPUBLIQUE LAIQUE!
    LA LOI DOIT JUSTEMENT PUNIR MAIS PUNIR SEVEREMENT!

    SINON , NOUS SERONS A L´ORREE D´UN NOUVEAU KONNA,DIEU NOUS EN GARDE!