Amadou Togola, président de la fédération malienne de cyclisme : “Notre ambition est d’organiser le Tour du Mali d’ici la fin de l’année 2016”

1

Dans cet entretien exclusif, le président de la Fédération malienne de cyclisme, Amadou Togola,  évoque les ambitions de sa structure fédérale, les difficultés rencontrées mais aussi les performances enregistrées depuis qu’il est à la tête de cette fédération. Aussi, tient-il à remercier le Comité national olympique sportif du Mali car, selon lui ” toutes les compétitions nationales que la Fédération organise, sont en partie financées par le CNOSM ”

Aujourd’hui: Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Amadou Togola : Je me nomme Amadou Togola, président de la Fédération malienne de cyclisme et aussi un acteur des sports, plus particulièrement les arts martiaux. Je travaille actuellement à l’imprimerie Lino.

Comment se porte aujourd’hui votre fédération ?

A mon avis, la Fédération se porte bien, mais je pense que la dernière appréciation appartient aux  autres, surtout à vous les hommes de medias. Depuis notre élection, nous nous sommes fixé des objectifs comme de faire tout pour que la discipline puisse marcher sur l’ensemble du pays. Et jusqu’à aujourd’hui, nous sommes  sur cette lancée.

Quelles sont vos ambitions ?

Nos ambitions sont toujours les mêmes, à savoir développer la discipline et faire en sorte que la Fédération malienne de cyclisme puisse être l’une des meilleures fédérations sportives du Mali, parce je pense que la meilleure fédération est celle qui fait des activités sur le plan national et participe beaucoup plus aux compétitions internationales, tout en faisant aussi des résultats. C’est vrai que nous nous  battons sur le plan national en organisant des compétitions, mais sachez qu’aujourd’hui nous participons à des compétitions internationales plus qu’avant et c’est ce qui montre le sérieux de notre bureau fédéral. L’une de nos ambitions et qui nous tient vraiment  à cœur, c’est de tout faire pour organiser le tour du Mali  d’ici fin 2016.

Pouvez-vous nous parler des difficultés auxquelles vous êtes confrontées ?

Les difficultés auxquelles nous sommes confrontées aujourd’hui sont nombreuses.  En commençant par les vélos et leurs pièces de rechange, parce  qu’un vélo de cyclisme coûte excessivement cher. Pour avoir un bon vélo de cyclisme, il faut débourser au moins 2 millions de Fcfa alors que cette somme n’est pas à la portée des cyclistes maliens.  Je profite de l’occasion pour remercier le Bon Dieu parce qu’aujourd’hui nous avons la chance d’avoir des particuliers et des clubs qui commencent à s’intéresser au cyclisme et qui font en sorte que les jeunes cyclistes puissent être dotés de matériels adéquats et qu’ils puissent aussi être capables de faire une  performance digne de ce nom. Mais  le problème de matériel demeure toujours parce que notre fédération en a besoin et pour cela nous comptons beaucoup sur le Département des Sports. Et je pense que l’un des rôles du Département, c’est de nous appuyer pour avoir du matériel afin de bien préparer les compétitions. Je profite de l’occasion pour remercier les Assurances Bleues qui nous ont offert des vélos et leurs accessoires d’une valeur de 50 millions Fcfa en 2015.

Et quelles sont les performances enregistrées par la Fédération durant votre mandat ?

Nos cyclistes on enregistré de très belles performances durant notre mandat, que ça soit sur le plan national et à l’international. La dernière en date était sur la 2ème édition du trophée feu Loki Diallo à Niéna. Notre jeune cycliste, Birema Diarra, a surclassé l’international Ivoirien Bassirou Kondé. Pour le tour du Togo 2015, notre équipe est montée deux fois sur le podium en remportant deux étapes devant les cyclistes français et belges, ce qui n’a jamais été réalisé auparavant dans notre pays.

Le Mali est 3ème au classement général par équipe sur  la ” Route Internationale de l’Est de la Côte d’Ivoire ” en 2015. Sur la même lancée, les nôtres  ont remporté deux fois le maillot jaune sur la Route internationale de l’Est de la côte d’Ivoire, au mois de juin dernier.

Quelles sont vos relations avec le Comité national olympique et sportif du Mali ?

Nos relations sont à beau fixe, la preuve est que ce samedi 25 juin, nous allons organiser une course cycliste qui verra la participation de tous les cyclistes du Mali et c’est à l’occasion de la célébration de la  Journée olympique.  Il faut savoir que toutes les compétitions nationales que la Fédération organise, sont en partie financées par le Comité National Olympique et Sportif du Mali. Cela, à travers le sponsoring Sotelma-Malitel. Et après le Sotelma-Malitel, le Cnosm vient de négocier aussi un partenariat avec le Pmu-Mali pour nous aider.

                                        Réalisée par Mohamed Traoré

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.