Antonio Souaré, président du Horoya AC de Guinée « Je suis fier et honoré»

0

Dès le coup de sifflet final du match Raja de Casablanca-Horoya AC de Guinée, le président du Horoya, Antonio Souaré est descendu sur la pelouse pour adresser ses félicitations à l’équipe. C’est dans cette ambiance de fête que nous l’avons interrogé.

 

Antonio Souaré
Antonio Souaré, président du Horoya AC de Guinée

Président, félicitations ! Le Horoya dispute les 8es de finale avec brio. Quels sentiments vous animent ?

Je suis fier et honoré de cette qualification pour les 8es de finale de la Ligue des Champions. L’adversaire, le Raja a joué et perdu la finale de la Coupe du monde des clubs, mais ce n’est pas une foudre de guerre. J’ai dit à tous ceux qui me connaissent que le Horoya va éliminer cette équipe du Raja. Je savais que cette equipe n’a pas le niveau de mon équipe que je voulais bâtir. Même si c’est à refaire, le Horoya lui administrait la même punition. Je profite de l’occasion pour féliciter les joueurs, l’encadrement technique, les supporters et l’ensemble du monde sportif guinéen.

 

 

Président, comment vous avez vécu le match et l’épreuve fatidique des tirs au but ?

Je vous assure que c’était éprouvant ! Les choses ont mal démarré pour nous, Dieu merci, on rit à la fin. C’est l’essentiel. J’ai des joueurs et un grand gardien au sang-froid extraordinaire. Vous savez, j’ai eu de l’expérience  avec la coupe nationale de Guinée. Ce jour là, le Horoya menait (3-0) mais aux  tirs au but, on a perdu,  je suis un grand  sportif tant qu’on n’a pas entendu le coup de sifflet final, on garde l’espoir.  Cette équipe de Horoya a montré que le Raja est une petite équipe.

 

 

Au coup du sifflet final, le Horoya se qualifie plongeant la Guinée dans l’euphorie totale. Une immense joie, n’est-ce pas ?

Vous savez, la Guinée est un grand peuple. Cette qualification est dédiée au peuple de guinéen. Grâce au soutien de ce peuple vaillant, nous sommes arrivés à ce résultat.

 

 

Parlons des huitièmes  de finale. L’adversaire s’appelle le Club Sportif Sfaxien, vainqueur de la Coupe de la Confédération  2013. Comment vous voyez déjà cette double confrontation pour accéder en phase de poules de la Ligue des Champions ?

C’est un virage très important. Ce huitième de finale contre les Tunisiens de Sfax va se disputer jusqu’au bout. Nous allons essayer de mettre le paquet dès à Conakry et gérer le reste à Sfax. Quand on est venu affaires, il y a deux ans de cela, notre ambition était de bâtir une grande équipe digne de ce nom. Le Horoya AC de Guinée doit être aujourd’hui parmi les meilleures équipes d’Afrique. Nous sommes sur la voie.

 

 

Par Baba Cissouma, envoyé spécial à Casablanca

PARTAGER