Assemblée Générale Elective de la Femafoot : La cérémonie d’ouverture sous haute tension !

1
Assemblée Générale Elective de la FEMAFOOT : La cérémonie d’ouverture sous haute tension !
L'ouverture des assises de la Femafoot au gouvernorat de Bamako

C’est sous une haute tension qu’a eu lieu la cérémonie d’ouverture de l’assemblée Générale élective  de  la fédération malienne de football. C’était le dimanche 8 octobre dans la salle de conférence du gouvernorat du District de Bamako.  La cérémonie d’ouverture était  placée sous l’égide du Directeur de Cabinet du Ministre des Sports, M. Youssouf Singaré, qui avait à ses côtés les représentants de la CAF et de la Fifa.

Au cours de la présente cérémonie d’ouverture, tous les discours ont été sifflés, excepté celui du Maire de la Commune IV, M. Adama Bérété. Ce dernier a dans son discours d’ouverture indiqué que cette assemblée générale se tient à  un moment où le Mali a besoin de cohésion et de la paix. C’est pourquoi, il a demandé un dépassement de soi des différentes parties prenantes. Prenant la parole au nom de la CAF et de la FIFA, M. Veron Moussingo Oba dira que le football malien a été pris en otage par ses propres fils. Quatre ans d’errance ! Le football a assez souffert ! S’est-il exclamé. Il faut que ça cesse, a-t-il martelé.  Pour M. Veron Moussingo Oba, cette assise de la FEMAFOOT a été convoquée dans les règles de l’art. Ces propos du représentant des instances dirigeantes du football africain et mondial n’a pas passé auprès de certains délégués qui lui ont fait savoir en  sifflant copieusement son discours.  Toutefois, il a invité les personnes qui contestent l’irrégularité de la présente assise de déposer des requêtes auprès des instances habilitées.  Agacé, M. Veron Moussingo Oba  a indiqué qu’il ne se laissera pas intimider par les menaces et les invectives.   Toute chose qui ne lui a pas permis d’aller au bout de son discours. Mais c’est le discours du président sortant l’Inspecteur Général Boubacar Baba Diarra qui a été le plus interrompu et les plus sifflé. Il a été applaudi par les uns et sifflé par les autres. Il a d’entrée de jeu indiqué que ce qu’il voit ne lui donne pas la fierté d’être un malien. Les invectives et les injures me coulent dessus a-t-il lancé. D’après le Président sortant, c’est la fin de 4 ans de compagnonnage fait de souffrance mais aussi de joie. Compagnonnage au cours duquel des résultats tangibles ont été obtenus en dépit des adversités multiformes, a-t-il souligné.  Pour le  Président sortant, il n’est pas question d’exprimer quelque regret que ce soit. Car chacun doit prendre sa part de responsabilité.  Et M. Diarra de poursuivre «  en aucun moment je n’ai manqué à ce devoir d’engagement et d’honnêteté ».  C’est dans cet ordre d’idée qu’il est revenu sur la crise que traverse notre sport roi. D’après lui, la crise a été exacerbé par des tentations malicieuses que certains acteurs ont fini par tombés.  Cette crise a opéré tous les changements en cours a-t-il souligné.  Le Cabinet du Ministre des Sports, M. Youssouf Singaré a invité les délégués à tenir cette élection dans la paix et la quiétude.  C’est dans un sifflet indescriptible  fait par une partie de la salle consécutif à la prononciation du nom du ministre des Sports Housseini Amion Guindo que M. Singaré a déclaré ouverts les travaux de l’Assemblée Générale élective de la FEMAFOOT.

Déjà le ton avait été donné depuis le début de la matinée.  La police a fait usage des gaz lacrymogènes. En effet, la police a refusé l’accès aux locaux à l’un des candidats Salaha Baby qui n’avait pas de badge. La fédération l’aurait refusé. Certains des délégués qui lui sont proches n’ont également pas réussis des invitations par le comité Exécutif.  Une situation que ses supporters ont dénoncé en manifestant bruyamment. Ce qui a poussé  la police à faire usage des gaz qui auraient touché le candidat Baby.

La même tension s’est poursuivie dans la salle où  les délégués se sont lancés à des invectives et même des injures. Par  respect pour  nos lectures nos ne reproduiront pas ses inepties.  En tout état de cause, les comportements des délégués présents à cette assemblée générale élective n’honorent pas notre pays. Il appartiendra aux différentes parties prenantes de se montrer à la hauteur des enjeux. Sinon cette assemblée Générale sensée ramener la paix et la quiétude sera le point de départ d’une autre crise. Comprendra qui pourra.

A suivre

Abdrahamane Sissoko

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. Le renoncement volontaire du General de Police Boubacar Baba DIARRA , a se representer pour un second mandat, est digne d’un bamanan qu’il est . Et cela malgre les bons resultats enregistres au cours de son mandat. Sans oublier que cet homme est sorti glorieux de tous les combats menes contre lui par les frondeurs y compris son Ministre de tutelle Housseyni A. GUINDO , qui confond la politique au foot ball. Dimanche 08/10/2017, est et restera un grand jour pour la Femafoot , le peuple malien en general, pour Boubacar Baba DIARRA et son bureau en particulier. Vous etes sorti par la grande porte, ce pendant le foot ball malien reste encore malade. J’ai une fierte pour Baba DIARRA qui a prouve a la face du monde qu’il est un noble et un patriote convaincu. Pour lui au dela de sa personne, il y a l’unite du Mali qu’il faut preserver. Je lui souhaite une bonne retraite doree, pardon des retraites dorees, cet homme a gravi tous les echelons de la Police nationale jusqu’au grande de General, admis a la retraite il a toujours voulu participer a l’energence d’un Mali nouveau dans son domaine prefere qu’est le foot ball, mais helas ! encore helas ! Que le tout puissant Allah veille sur lui. Tu as Boubacar Baba DIARRA , la reconnaissance du peuple souverain. Je ne parle pas des traitres , mais le peuple souverain.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here