Assemblée Générale ordinaire de la Fédération Malienne de Football : Sous le signe de l’apaisement et de la réconciliation

4
FEMAFOOT-AN 1
Baba Diarra, président Femafoot

C’est le 8 octobre 2013 que Boubacar Baba Diarra a été élu président de la Fédération Malienne de Football pour un mandat de 4 ans. Comme stipulé dans les textes, le Comité exécutif doit tenir annuellement une Assemblée générale ordinaire avec un ordre du jour classique. Il s’agit de l’examen et de l’adoption des rapports d’activité et financier. Une occasion de passer au peigne fin les activités menées en 14 mois d’exercice afin de mieux se projeter sur l’avenir.

C’est dans ce cadre que l’Assemblée générale ordinaire annuelle se déroulera, ce samedi 10 janvier 2015 à l’Hôtel Olympe. Malheureusement, elle se tient dans un moment où le football malien a besoin de l’union sacrée autour des Aigles du Mali, qui entament, dès le 20 janvier, leur premier match de la CAN face au Cameroun. Certains acteurs se demandent même si la tenue  de cette Assemblée à la veille de ce grand rendez-vous du football continental est opportune. L’un des responsables de la Fédération Malienne de Football nous a confié, hier, que : “si les délégués acceptent de respecter le programme de l’ordre du jour, je suis convaincu qu’en deux heures nous allons boucler les travaux de l’Assemblée générale”.

Selon lui, cette Assemblée est placée sous le signe de la réconciliation et de l’apaisement au niveau du football malien. “Il faut qu’au sortir de cette rencontre, tous les acteurs se donnent la main pour l’intérêt de notre sport roi, qui n’a besoin d’une autre crise en ce moment. Il faut enterrer la hache de guerre et mettre l’intérêt du pays en avant. Cette Assemblée doit être une rencontre de la maturité où chaque acteur jouera désormais sa partition pour la bonne marche de notre sport roi” dira l’un des dirigeants sportifs.

 A.B. HAÏDARA

 

 

 

Suite aux accusations portées contre le président de FEMAFOOT

Le président du CS Duguwolofila Gaoussou N’Pa Sylla suspendu pour 3 ans de toute activité relative au football

 Assemblée Générale ordinaire de la Fédération Malienne de Football : Sous le signe de l'apaisement et de la réconciliation
N’Pa Sylla

Le Président du Centre Sportif Duguwolofila, Gaoussou N’Pa Sylla vient d’être suspendu pour 3 ans par la Commission centrale Ethique et Fair-play de la Fédération Malienne de Football. Cette suspension fait suite aux accusations portées contre le Président de la FEMAFOOT, Boubacar Baba Diarra sur la mauvaise gestion des fonds. Il s’agit, entre autres, des multiples surfacturations de certaines prestations notamment les travaux de gazonnage de terrains, l’électrification de certains terrains d’entrainement des clubs (Stade Malien de Bamako, Djoliba AC…) les billets d’avion, l’attribution de marchés douteux sans appel d’offres….

Pour ce faire, le Président du CS Duguwolofila avait saisi la Fédération Malienne de Football avec ampliation à la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) et à la Confédération Africaine de Football (CAF). Suite à l’atteinte grave portée à l’image et à l’honneur du Président de la FEMAFOOT, la Commission centrale Ethique et Fair-play avait été saisie, le 15 décembre 2014, par le Secrétaire général, Yacouba Traoré dit Yacoubadjan. Cela dans le but d’examiner le comportement de Gaoussou N’Pa Sylla à l’aune des dispositions disciplinaires en vigueur.

C’est lors de sa réunion du 2 janvier 2015 que la Commission Ethique et Fair-play, présidée par l’ancien arbitre international, Sidi Békaye Magassa,  a examiné et statué sur ce dossier. Conformément aux dispositions de l’article 122.1 des règlements généraux qui stipule qu’ : “à l’exception des sanctions liées aux cartons rouges, nul ne peut être sanctionné pour une faute qu’il aurait commise s’il  n’a pas été invité à comparaitre ou à fournir des explications écrites” et l’article 122.2 de poursuivre : “Il dispose d’un délai de 15 jours pour donner suite à cette invitation. Passé ce délai, il encourt la sanction qui s’impose”.

En application de l’article 110 des règlements de la FEMAFOOT et des articles 5 du Code d’éthique de la FIFA, la Commission centrale d’Ethique et fair-play a décidé de suspendre le Président du CS Duguwolofila, Gaoussou N’Pa Sylla de toute activité relative au football pour une durée de 3 ans, allant du 6 janvier 2015 au 5 janvier 2018. Il dispose, à cet effet,  de 8 jours pour se pourvoir contre cette décision devant la Commission de recours de la Fédération Malienne de Football.   

 A.B. HAÏDARA

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. les vrais adverssaires des Aigles sont ceux là qui essaye chaque jour à destabiliser la FEMAFOOT pour leurs seul interets on n’a compris depuis les éliminatoires pour la CAN 2015 ils ont ecrit pour intoxiquer et prier pour l’élimination des Aigles mais voilà ce que Dieu decide.
    Dieu est avec cette assemblé ordinaire et on verra les rancuniers.
    Vive le sport et surtout notre foot bal

  2. Imbeciles que vous êtes (Solo Diallo, Sadou Bocoum, les ecrivassiers, au moins ABH vous a abandonné) qui se cachent derriere les Kola Cisse, Moussa Konaté, vous avez fait la meme chose en suspendant des gens pour moins que rien pour des raisons electoralistes ! Agitez vous, bande de connards, vous voyez que ce n’est pas bon

  3. si le ridicule tue bcp serait deja enterré sinon comment comprendre la suspension de M. sylla sans examen des revelations qu’il a faite.N’a t il pas le droit de dennoncer des pratiques malsaines ? Doit il laisser les vautours et les chanognards devorer les sous de notre football ? vous pouvez le suspendre mais vous pouvez pas museler tout le monde.cette equipe qui est à la tete de la femafoot sortira par une porte plus etroite que celle de Kola.Nous serons vigilants jusqu’au bout et ne se laissera pas faire.

  4. Très intéressant, est ce que du coup cette décision de la commission éthique enlèvera aussi le point litigieux à l’ordre du jour de l’AG de samedi? Les points soulevés par le Président du CSD doivent être pris au sérieux pour le bonheur du football malien autrement il s’agirait de museler toute voix osant s’opposer au Big Boss! Il peut être suspendu oui mais en même temps pendant les travaux, le SEGAL doit apporter les preuves de faux et mensonges du Président de CSD ainsi, le bureau à travers le comité éthique pourra engager des poursuites judiciaires en plus des sanctions disciplinaires qui à elles seules ne suffisent pas à museler le Président CSD et ses soutiens oh combien nombreux à tort ou raison! Pour l’heure nous n’avons rien lu comme argumentaire du SEGAL en réponse aux accusations (les preuves du mensonge)

Comments are closed.