Association des journalistes sportifs (AJSM) : Oumar Baba Traoré dresse le bilan d’une année de son mandat

0

Offrir plus d’opportunités à ses adhérents, soigner l’image de la presse sportive, c’est le devoir du président de l’Association des journalistes sportifs du Mali (Ajsm) Oumar Baba Traoré. Après un an d’exercice à la tête de l’association nous  lui avons tendu le micro. Bilan !

Le Républicain :    19 novembre 2011-   19 novembre 2012. Quel bilan faites-vous de cette première année de votre mandat de quatre ans à la tête de l’AJSM?

Oumar Baba Traoré:        J’avoue que nous avons eu une année d’activités intenses,  allant dans le cadre du respect de notre plan de campagne. Notre mission était de rendre fonctionnel ce nouveau siège. C’est aujourd’hui le point de convergence de toute la presse sportive. Nous avons aujourd’hui un siège opérationnel avec une secrétaire, un gardien, une chargée d’entretien, et un chargé de protocole du président. Au-delà de la fonctionnalité et du recrutement, nous avons tout un arsenal d’animation au niveau du siège pour que les uns et les autres puissent se retrouver-là pour plus de convivialité. Indépendamment du siège, la mise en place du bureau a coïncidé avec la veille de la Can 2012 au Gabon et en Guinée Equatoriale. Et, la participation des journalistes maliens à cet évènement, faisait partie de nos priorités. Nous avons pu assurer la participation de 29 journalistes à cette CAN.

D’ailleurs pour la préparation de la Can, nous avons  organisé une journée de formation à l’intention des journalistes sportifs sur la couverture médiatique d’un évènement de haut niveau et sur la gestion des accréditations. Sans tout citer, nous avons  organisé la nuit Ajsm au cours de laquelle ont été distingués les meilleurs journalistes sportifs (radio, télévision et presse écrite). Récemment nous avons organisé une formation sur les lois du jeu pour permettre à nos militants de maitriser les dix sept lois du football. Dans le cadre toujours du partenariat, elle a organisé un voyage  avec l’Association malienne des propriétaires de chevaux (Ampc) à Baraouéli où une soixantaine de journalistes ont effectué le déplacement  pour connaître d’avantage l’AMPC, la discipline et organisé un match de football.

Elu président, l’une de vos priorités était d’offrir plus de formations aux hommes de la presse sportive, les régions sont elles prises en compte ?

Toujours dans le cadre de la formation sur les lois du jeu, avec le concours de la Fédération Malienne de football, on organisera dans une coordination régionale pour la même formation pour que les confrères des régions ne restent pas en marge de nos activités. Je vous signal aussi que nous avons l’aval du président de la Femafoot de la tenue d’une formation en fin ou début d’année par Gérard Dreyfus de Radio France internationale à notre intention.

Que faites-vous pour l’entente et la cordialité entre reporter sportifs ?

Avant d’être membre de l’AJSM, chacun doit comprendre qu’il est membre d’un organe et son comportement peut tenir d’abord l’image de son organe avant celle de l’association. Il faut que les uns et les autres sachent qu’aujourd’hui un journaliste est un ambassadeur, qu’un journaliste a cette obligation de bon comportement, d’être exemplaire.

Quelles sont les innovations faites au cours de cette première année ?

Là, il faut noter la nomination des conseillers spéciaux qui travaillent d’arrache pied pour que l’association puisse faire mieux que ce qu’elle est entrain de faire aujourd’hui.

La Can 2013 débute au mois de janvier prochain. Comment l’AJSM prépare ce rendez-vous continental à la quelle les Aigles prendront part ?

L’ajsm, à l’instar de tous les acteurs du football malien se prépare. A titre de rappel l’Ajsm est membre de la commission nationale ad hoc de préparation et de participation de nos sélections nationales aux joutes de 2013, mise en place par le ministère de la jeunesse et des sports.  Pour la Can 2013 en Afrique du Sud, ça sera typiquement différent de la dernière Can, à cause de la distance et de la situation socio politique que traverse notre pays. Je crois qu’il faut plutôt nous atteler à animer différents évènements avec l’accompagnement de certaines partenaires pour la diffusion de ces matchs sur les écrans géants avec jeux concours, avec des animations des différents journalistes. Car déjà, le billet d’avion coûtant très cher, ça nous sera très difficile de faire cette participation record qu’on a pu faire au Gabon et en Guinée Equatoriale.

Quel appel avez-vous à lancer à vos militants pour accompagner vos actions offensives de dynamisation de l’association?     

Avant ces appels, je ferai d’abord des remerciements à nos partenaires stratégiques (Orange Mali, 2M Consulting). Je note aussi l’Ambassade de Chine qui nous a offert gracieusement du matériel informatique de plus d’un million de FCFA, l’international Seydou Kéita qui, après avoir appris le cambriolage de notre siège, est venu à notre rescousse en nous offrant cinq ordinateurs et accessoires. Je dirai simplement merci à tous les partenaires pour leur accompagnement.

Réalisée par               Hadama B. Fofana 

PARTAGER