Athlétisme : La fête à Koutiala

0
2

La population de Koutiala est sortie massivement vendredi dernier pour le lancement officiel programme d’activités 2011-2016 de la Fédération malienne d’athlétisme.

Présidée par le représentant du ministre de la Jeunesse et des Sports, Oumar Diarisso, la compétition a eu lieu au stade omnisport de la ville, presque plein pour la circonstance, en présence des plusieurs personnalités dont le premier responsable de la 3è Région administrative de notre pays, Ibrahim Féfé Koné, le maire de la « cité de l’or blanc », Dramane Sountoura et le président de la fédération malienne d’athlétisme, Idrissa Bah. Ce programme s’articule autour du développement de l’athlétisme de catégorie d’âge c’est-à-dire les jeunes. Il a débuté avec les compétitions des cadets qui se sont déroulées smiltanément dans trois sites différents (Gao, Koutiala et Bamako). Pour ces rencontres des cadets, la FMA a divisé le pays en trois zone. La première Zone, dénommée Mémorial Khamech Ag Tahit est constituée par Gao, Kidal, Tombouctou et Mopti tandis que Koutiala, San, Ségou, Bougouni et Sikasso composent la zone 2 appelée Mémorial Lassana Traoré dit Ambiance. Quant à la zone 3, dénommée Mémorial Assimi Bengaly elle regroupe les cadets de Koulikoro, Bamako, Kayes et Kita. Initialement prévu à Koulikoro, cette compétition de la zone 3 s’est déroulée à Bamako car le match CS Duguwolofila-Djoliba était programmé le même jour. C’est le football qui a pris le dessus et pourtant le stade était réservé par la fédération malienne d’athlétisme.

Dans son allocution, le premier responsable de la FMA a remercié les autorités régionales et locales. « Comme ici à Koutiala, se tiennent à Gao, Bamako des compétitions pour les cadets venus de toutes les Régions pour vivre avec l’armée ce 51è anniversaire sur l’ensemble de notre territoire. Au dela de son aspect festif, la fédération malienne d’athlétisme vouddrait surtout innover et créér un dynamique autour du sport qui est un puissant facteur d’épanouissement de notre jeunesse et un moyen d’expression de la vitalité du dynamisme d’un pays », a indiqué le président de la FMA, Idrissa Bah. Il ajoute : « Après ce lancement, je crois que l’espoir est permis. Pour que dans quelques années les athlètes que nous avons vus ici puissent grandir et être des véritables champions. La compétition s’est déroulée dans les conditions parfaites d’organisation technique. C’est aussi un motif de satisfaction. Je pense que ce projet, il faut le soutenir, il faut l’encourager et il faut le mener à bon port. Le bureau fédéral va se battre pour trouver les moyens nécessaires enfin que cette activité puisse se pérenniser sur l’ensemble du pays. Je suis convaincu qu’à Gao et à Bamako la même chose a du se produire. Mais malheureusement nous n’avons pas pu faire notre compétition à Koulikoro pour certaines considérations indépendantes de notre volonté. La compétition a été déplacée à Bamako », a poursuit Idrissa Bah.

Au cours de la réunion technique, le président de la FMA a rappelé aux encadreurs que c’est une compétition exclusivement réservée aux cadets. « Il n y aura pas des tricheries. Car c’est un travail de longue haleine. Nous mènerons une mauvaise politique si nous ne respectons pas les règles. C’est vrai que le désir de faire des résultats est là mais il faut gagner dans les normes. On doit pouvoir tout mettre une stratégie en place pour éliminer ceux qui ne méritent pas de participer. C’est une promesse du bureau fédéral, nous allons nous adresser exclusivement aux cadets », a prévenu Idrissa Bah. Sur le tartan, les jeunes se sont concurrencées dans 7 épreuves masculines et au tant d’épreuves féminines. Il s’agissait des courses de 100, 200, 800, 3000 m, le relais suédois, le concours de lancer poids et le saut en longueur. Pour la petite histoire, Ramatoulaye Sanogo de Sikasso a remporté haut la main la course de 3000m avec un chrono de 13’24. Mah Koné (13’’35) du Tata et sa coéquipière Habibatou Bamba (2’36’’45) ont respectivement remporté les courses de 100m et 800m dames. Tiémoko dit Vieux Camara du San a franchi la ligne d’arrivée devant tout le monde au 100m homme avec un chrono de 11’’60. A l’issu de la compétition toutes les équipes présentes ont eu au moins une médaille d’or. Le Tata de Sikasso a gagné 6 médailles d’or synonyme de premières places, San a obtenu 4 médailles et Ségou en a eu 2. Koutiala et Bougouni ont récolté chacun une médaille d’or. Les meilleurs athlètes de ces trois zones seront sélectionnés pour les championnats nationaux cadets à Kayes.

Ladji Madihéry Diaby

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.