Athlétisme, réunion du Kénédougou : La hiérarchie se fait bousculer

0
0

Trois champions du Mali sont tombés à Sikasso : Sitan Bouaré, Ali Abébé Moussa et Baba Koné.


Le stade Babemba Traoré a abrité samedi dernier la première édition de la réunion d’athlétisme du Kénédougou. La compétition a regroupé les meilleurs athlètes de notre pays, sélectionnés à partir des performances du meeting de San et des championnats nationaux-coupe du Mali de la saison précédente pour ce qui concerne les athlètes de l’intérieur. Pour les athlètes du District, en plus des résultats de l’exercice écoulé, la ligue a organisé un test pour confirmation des performances de la saison dernière.
Au total 108 athlètes étaient en lice pour cette première édition (71 pour la ligue de Bamako, 4 pour Ségou, 3 pour Kayes, 2 pour Koulikoro, Mopti, Tombouctou et Gao et 22 pour la ligue hôte). Les athlètes se sont affrontés dans 15 épreuves : 7 épreuves féminines (100, 200, 400, 800, 5000, poids, saut en longueur) et 8 épreuves masculines (100, 200, 400, 1500, 10000, javelot, poids et le saut en longueur).
La cérémonie d’ouverture était présidée par le gouverneur de la Région Ibrahim Féfé Koné, en présence de plusieurs personnalités dont le représentant de la direction nationale des sports, Oumar Diarisso, le directeur régional des sports, Modibo Bagaga et le président du Comité régional olympique et sportif, Béma Ouattara. On notait également la présence du directeur de l’académie de Sikasso, Chiaka Sanogo et du représentant de l’ONG Save the Children, Seydou Diarra. Dans son allocution, le premier responsable de la Fédération malienne d’athlétisme a d’abord témoigné sa reconnaissance aux autorités de Sikasso pour avoir accepté d’organiser cette première édition de la réunion d’athlétisme du Kénédougou qui, dira-t-il, marque un tournant décisif dans la nouvelle stratégie de développement de l’athlétisme malien. Cette nouvelle stratégie, indiquera Idrissa Bah, « réserve une place de choix et un rôle exceptionnel à la Région de Sikasso qui dispose d’énormes potentialités économiques et sportives ».
« Compte tenu de ce potentiel existant et notre ambition de rehausser l’image de l’athlétisme malien, la fédération a entamé également des démarches pour que la piste d’athlétisme du stade Babemba Traoré reçoive un revêtement synthétique appelé tartan afin que de grandes compétitions puissent s’y tenir », ajoutera le premier responsable de la fédération. Idrissa Bah précisera que la troisième Région abritera désormais trois compétitions majeures : les championnats cadets de la Zone II à Koutiala, la réunion d’athlétisme du Kénédougou à Sikasso et bientôt les journées mondiales de l’athlétisme de Bougouni.
Pour terminer, le président a adressé ses vifs remerciements à l’ensemble des partenaires de la réunion notamment Sama Transport qui a mis gracieusement à la disposition de la fédération deux cars pour transporter les délégations et l’ONG Save the Children qui a offert 200 paires de chaussures Yoro aux cadets.
Pour revenir à la compétition proprement dite, la surprise est venue de l’Usfasienne Mamou Diallo qui a remporté l’épreuve du 5000m devant la grande favorite, Sitan Bouaré. Au total, 7 athlètes ont pris le départ de la course. Après un tour de piste, Sitan Bouaré de l’USFAS prend la tête du peloton suivie de près par sa coéquipière Mamou Diallo et Mariam Diarra du Tata. Les trois athlètes mèneront la course pendant de longues minutes, avant que les deux Usfasiennes faussent compagnie à la Sikassoise, Mariam Diarra. Mamou Diallo et Sitan Bouaré resteront au coude à coude jusqu’au sprint final qui tournera à l’avantage de l’ex-sociétaire du Tata. Mamou Diallo a réalisé un chrono de 19’38’’20 contre 19’38 ‘’26 pour Sitan Bouaré. Mariam Diarra (20’17’’60) du Tata complètera le podium. C’est la première fois que Mamou Diallo dame le pion à Sitan Bouaré d’où la joie des supporters locaux qui fêteront le sacre de l’ex-athlète du Tata pendant de longues minutes.
L’autre sensation de la première journée viendra du côté des hommes avec le premier sacre de Housseïni Alassane au 1500m qui a remporté l’épreuve en 4’19’’85 devant le recordman et champion du Mali, Ali Abébé Moussa (4’21’’52). Les deux athlètes sont sociétaires de l’USFAS et jusqu’à cette réunion du Kénédougou leur confrontation avait toujours tourné à l’avantage du multiple champion du Mali Ali Abébé Moussa. La troisième place de l’épreuve est revenue au Stadiste Harouna Kayentao crédité d’un chrono de 4’22’’22. Au saut en longueur, un autre champion est tombé : Baba Koné du Biton qui n’a pu faire mieux que troisième avec son saut de 6,32 m. Cette épreuve a été remportée par l’USFASien Alou Traoré (6,49m) qui s’est classé premier devant son coéquipier Mohamed Diarra (6,35m).
La victoire de Mamou Diallo au 1500m a inspiré un autre athlète du Tata. Il s’agit de Diakalia Bamba du Tata qui a dominé l’épreuve du 400m en 50’’28, devant Mahamadou Coulibaly (51’’44) du Stade et Amadou Bocoum (51’’88) du Djoliba. Le podium du 400m dame sera constitué de Kadia Camara de l’AS AK (1’02’’54), Moussodjé Coulibaly du CCK (1’03’’26) et Safiatou Sangaré de l’USFAS (1’03’’57). Au 10000m, Djibril Sogodogo a fait respecter la hiérarchie en s’imposant devant son challenger Jean Diamouténé de l’AEA.
Le multiple champion du Mali prendra la tête de la course dès le premier tour du « tartan » avant de se faire dépasser par l’athlète de l’AEA à 6 tours de l’arrivée. Mais Jean Diamouténé de l’AEA ne restera pas longtemps en tête du peloton, Djibril Sogodogo reprenant rapidement l’initiative. Au finish, le champion du Mali s’imposera en 34’16’’34 devant Jean Diamouténé (34’23’’56) et Lassana Galmé du Djoliba (35’11’’18). Au 800m dame Moumou S. Diarra de l’USFAS se hissera sur la plus haute marche du podium en 2’23’’45 devant sa coéquipière Chèta Sanogo (2’26’’48) et Haby Bamba du Tata (2’30’’20).
Si la hiérarchie a été bousculée dans les courses de fond, ce n’est pas le cas pour les sprinteurs (100, 200 m) et les concours de saut dame et de lancers. Dans ces épreuves, tous les favoris ont tenu leur rang, à l’image de Sékou Diassana et Djénébou Danté (100 et 200m) Moctar Djigui (javelot) Cissé Tounkara (saut en longueur) Djibril Doucouré et Nakany Coulibaly (poids homme et dame). « Nos objectifs sont plus ou moins atteints. Nous sommes sur la bonne voie. La compétition n’était pas destinés aux clubs mais aux meilleurs athlètes du District de Bamako et des Régions. Et le moins que l’on puisse dire est que les athlètes de l’intérieur ont tenu la dragée haute à ceux du District. C’est ça notre objectif à savoir développé l’athlétisme dans les Régions. C’est à travers ces genres de réunion que les athlètes peuvent améliorer leurs performances », soulignera le Directeur technique national (DTN), Aliou Maïga.

Envoyé spécial

L. M. DIABY.

jeudi 8 mars 2012

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.